Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ghost, Who Cares, Blue Öyster Cult, Scorpions, Judas Priest, Orchid
- Membre : Tommy Heart , Brian May , Rainbow, California Breed, Whitesnake, The Dead Daisies , Bill Ward , Emerson, Lake & Palmer, Uriah Heep, Ian Gillan , Glenn Hughes , Deep Purple, Electric Light Orchestra, Jethro Tull, The Move
- Style + Membre : Kiss, Dio, Ozzy Osbourne , Msg, Tony Iommi
 

 Le Fan-site Le Plus Complet Du Monde (969)
 Site Officiel (513)
 Heaven & Hell (black Sabbath Feat. Dio) (500)

BLACK SABBATH - Technical Ecstasy (1976)
Par ERWIN le 12 Octobre 2011          Consultée 3318 fois

Le septième album du Sabbath noir marque une franche délimitation avec la discographie passée des fondateurs du heavy metal. La pochette de couverture tout d’abord qui se veut plus futuriste, science-fictionnaire, puisqu’elle représente selon la poétique image d’Ozzy lui-même : « deux robots qui baisent sur des escalators ». C’est aussi l’adjonction d’un synthétiseur, tenu par Gerard Woodruffe et qui va intervenir pour le meilleur de la musique, c’est toutefois un net infléchissement dans la pureté de la démarche. Les problèmes internes du groupe apparaissent aussi carrément dans les lyrics puisque les questions touchent au sexe, à la drogue, à la difficulté des rapports humains dans leur ensemble...

L’ouverture sur « Back street kids » présente un riff somme toute classique du sieur Iommi, pour un titre lourd mais rapide, avec un chant geignard d’Ozzy, qui semble à première vue en pleine forme. Efficace. « You won’t change me » porte le trademark de maître Iommi, un riff de guitare saturé du plus bel effet rehaussé d’un synthétiseur qui prend soudainement la consistance d’un Hammond. Un superbe titre, aux nombreuses parties, comportant un solo lumineux et une lancinance jusque là rarement égalée. « Dirty women » dispense un nouveau riff d’outre espace de la part du créateur du heavy metal. Un nouvel hymne à écouter en boucle pendant votre vie entière.

Une curiosité est présente avec « It’s allright », slow chanté par le batteur Bill Ward avec la bénédiction d’Ozzy, ce qui prouve tout de même s’il en était besoin un certain éloignement du chanteur, preuve que l’équilibre des quatre de Birmingham est en train de vaciller. Les Guns'n'Roses en feront plus tard une de leur reprise favorite en concert. L’ambiance y est d’ailleurs tout sauf métal. « Rock’n’roll doctor » est un autre ovni sur cet album à surprise, puisque un piano très rock’n’roll y fait une apparition dans un esprit très roots.

« She’s gone » est en revanche à mon sens la plus belle composition jamais écrite par Black Sabbath. Le désespoir du chant d’Ozzy y est inégalable… Comme quoi ça sert d’être un homme déséquilibré et perpétuellement aux abois. Un slow ultime, un vrai slow heavy metal. Ceux qui n’aiment pas cette ode surnaturelle mentent. A ce titre, l’album dispense un charme certain. C’est le premier du groupe que j’ai personnellement découvert, et j’ai un souvenir ému de l’instant de la première écoute de « She’s gone ». Les orchestrations y sont fabuleuses.

« Gypsy » me laisse un tantinet froid malgré une débauche d’effets très novateurs pour le Sab. « All moving parts » est sympa mais nettement en dessous des autres titres. Du coup, l’opus futuriste se révèle moins abouti que ses illustres prédécesseurs, Après Led Zep et le Purple, c’est au tour du Sab de subir les outrages du temps et les ravages des psychotropes en tous genres dont ne manquent pas de se nourrir tous les membres du groupe, tout comme pour leurs petits camarades, et quand je dis innocemment « se nourrir », n’oubliez pas de multiplier par dix ce qui vous semble être une dose déjà volumineuse de schnouffe. C’était les seventies, sex, drugs and rock’n’roll… Mais regardez plutôt la tête de notre brave Ozzy aujourd’hui pour vous faire une petite idée…

C’est un 3.5 que j’arrondis à 3.

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


SLAYER
Seasons In The Abyss (1990)
Vivement déconseillé pour la drague




SLAYER
World Painted Blood (2009)
Le retour de la pluie rouge.


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   MARCO STIVELL
   RED ONE

 
   (3 chroniques)



- Ozzy Osbourne (chant)
- Tony Iommi (guitare)
- Geezer Butler (basse)
- Bill Ward (batterie)


1. Back Street Kids
2. You Won’t Change Me
3. It’s Allright
4. Gypsy
5. All Moving Parts
6. Rock’n’roll Doctor
7. She’s Gone
8. Dirty Women



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod