Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Black Sabbath
  Paranoid
1971 Master Of Reality
1972 Black Sabbath Vol. 4
1973 Sabbath Bloody Sabbat...
1975 Sabotage
1976 Technical Ecstasy
1978 Never Say Die!
  Never Say Die
1980 Heaven And Hell
  Live At Last
1981 Mob Rules
1982 Live Evil
1983 Born Again
1986 Seventh Star
1987 The Eternal Idol
1989 Headless Cross
1990 Tyr
1992 Dehumanizer
  Masters Of Misery - The ...
1994 Cross Purposes
1995 Forbidden
  Cross Purposes Live
  Between Heaven And Hell
1996 The Sabbath Stones
1998 Reunion
1999 The Last Supper
2002 Past Lives
2007 The Dio Years
  Live At Hammersmith Odeo...
2013 13
  Live... Gathered In Thei...
2016 The End
 

- Style : Scorpions, Orchid, Who Cares, Ghost, Blue Öyster Cult, Judas Priest
- Membre : Rainbow, Tommy Heart , Brian May , California Breed, Whitesnake, The Dead Daisies , Bill Ward , Glenn Hughes , Emerson, Lake & Palmer, Ian Gillan , Uriah Heep, Ted Nugent, Deep Purple, Electric Light Orchestra, Jethro Tull, The Move
- Style + Membre : Kiss, Dio, Ozzy Osbourne , Msg, Tony Iommi
 

 Le Fan-site Le Plus Complet Du Monde (1032)
 Site Officiel (553)
 Heaven & Hell (black Sabbath Feat. Dio) (556)

BLACK SABBATH - Sabotage (1975)
Par ERWIN le 6 Août 2011          Consultée 3959 fois

1975. Le sixième effort vinylique du Sabbath noir. Et déjà quelle carrière ! Chaque album des natifs de Birmingham aura amené une pierre de voute titanesque à l’édification de la grande cathédrale du Heavy Metal. A mon sens « Sabotage » est la quintessence de cet esprit novateur. Tony Iommi prend en cette année le contrôle total de l’évolution sonique du groupe. Le studio devient sa tanière tant et si bien que sa machine de guerre rodée par cinq albums légendaires devient un rouleau compresseur dantesque alors unique au monde.

L’opus marque une nette démarcation avec les velléités expérimentales de « Sabbath bloody sabbath ». les cavalcades y sont nombreuses et dotées d’un grain beaucoup plus moderne, désormais les racines psychédéliques de la musique se délitent, ne reste plus que le Metal et sa puissance. C’est ainsi que « Hole in the sky » ouvre l’album comme une charge de cavalerie lourde, à la fois moderne et directe, annonciatrice des futures évolutions du Hard Rock, d’ailleurs le riff de « Symptom of the universe » n’est-il pas l’archétype du thrash, la rythmique éffrénée, le chant linéaire d’Ozzy, la lourde frappe de Bill Ward ? Nous nageons dans des eaux troubles, d’où l’angoisse n’est jamais exclue. La recette magique est là, il faudra pourtant attendre quelques années avant que les groupes de la bay area et quelques New yorkais prennent en main les rênes de la destinée du Thrash, avec l’avantage des progrès techniques en matière de son et d’enregistrement. L’intro à la guitare espagnole sur « Don’t start » ne cache cependant en rien l’appartenance du titre au Heavy Metal de grande tradition, j’y perçois personnellement une influence directe sur la future NWOBHM, ainsi que des groupes épiques américains, MANILLA ROAD, CIRITH UNGOL ou ANGEL WITCH en tête… c’est ça faire l’histoire.

Une collection de riffs surpuissants déboule dans tous les sens à l’écoute de cet album, écoutez plutôt ce « Supertzar » de sinistre mémoire nanti de chœurs qui influenceront plus d’un groupe de Black Metal… Et dans le genre Riff, vous pourrez aussi vous passez « the writ of it all » pour vous muscler avec attention les trapèzes et le dos à grands coup de furieux headbanging.
Sur « Am I going insane », on sent la folie furieuse du charismatique chanteur sortir par toutes les intonations de son chant plaintif, et ce refrain d’anthologie ne vous quittera plus jamais.
Chaque instant de ce skeud est tout bonnement historique et devrait faire partie du patrimoine mondial de l’humanité.

Cependant, le Sab ne perd pas de vue non plus sa passion pour les ambiances délétères et le sépulcral atmosphérique. Ses premières amours se retrouvent tout du long des neuf formidables minutes de « Megalomania ». Il y en a donc pour tout le monde. Les musiciens sont irréprochables, bien que n’ayant pas quitté le hangar à poudre blanche précédemment décrit par mon camarade Tomtom.

Toutefois cette prise de pouvoir ici effectuée par Iommi, si elle ne vampirise pas encore les capacités vocales du Madman, va contribuer à considérablement pourrir une ambiance déjà tendue par la surconsommation de stupéfiants. C’est l’instant ou Ozzy commence à rêver de liberté. Par voie de conséquence, c’est aussi la fin de la grande époque. Etrangement, le constat est le même chez les grand rivaux DEEP PURPLE et LED ZEPPELIN, à quelques mois prés.
Cet album est finalement le testament de la première époque du Hard Rock. La seconde génération va débuter, le Sabbath noir aura construit des fondations phénoménales pour ses suivants, qu’ils se nomment MOTORHEAD, JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN ou autres MANOWAR.

Le heavy metal n’est pas près de n’être qu’une mode, des années de gloire l’attendent, les nombreux enfants tous légitimes de BLACK SABBATH vont envahir la planête musique.

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


Devin TOWNSEND
Z² - Sky Blue (2014)
Sous le ciel bleu de Devin

(+ 1 kro-express)



LINKIN PARK
The Hunting Party (2014)
New metal


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   MARCO STIVELL
   RED ONE

 
   (3 chroniques)



- Ozzy Osbourne (chant)
- Tony Iommi (guitare)
- Geezer Butler (basse)
- Bill Ward (batterie)


1. Hole In The Sky
2. Don’t Start
3. Symptom Of The Univerese
4. Megalomania
5. Thet Thrill Of It All
6. Supertazr
7. Am I Going Insane
8. The Writ



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod