Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (662)

The STRANGLERS - La Folie (1981)
Par WALTERSMOKE le 28 Décembre 2019          Consultée 128 fois

En 1981, les STRANGLERS sortent de nouveau deux albums en l'espace de quelques mois à peine. Même si le groupe a bien pris son temps pour sortir Meninblack, force est de constater qu'il sait être régulier, productif et toujours aussi bon, a priori.

La paire de 1981 est-elle pour autant aussi bonne que celle de 1977 ? Non. Autant les frères siamois Rattus Norvegicus et No More Heroes sont franchement proches du génie, autant l'enchainement Meninblack/La Folie laisse plus circonspect, surtout à cause de ce dernier. Ce ne sont pas les bons morceaux qui manquent, pourtant. La doublette d'ouverture "Non Stop"/"Everybody loves you when you're dead" est très bonne, présentant des STRANGLERS inspirés et capables de sortir une new-wave dynamique et acérée. Le meilleur morceau reste de loin "Let me introduce you to the Family", à la rythmique entêtante et au chant féroce. Quant au morceau-titre, il se pose comme d'habitude en long final, mais se pare ici des atours de l'expérience musicale dénotant avec le reste de l'album, entre le chant limite désabusé de Burnel et évocation de l'affaire Issei Sagawa – notons également que La Folie désigne aussi un village de Normandie, la région d'origine du bassiste.

L'inspiration et l'efficacité patronnent La Folie (l'album), ce qui ne les empêche pas d'être parfois aux abonnés absents. Les sonorités de "Golden Brown" et bien évidemment ses paroles sont belles à apprécier, mais est-ce vraiment une chanson mémorable ? Le parlando de Cornwell n'est pas si désagréable que ça de manière générale, mais il faut admettre qu'il passe moyennement sur "Ain't nothing to it". Et puis là encore, même les meilleurs morceaux souffrent d'une production pas nécessairement solide qui rend le tout un peu daté.

Avec La Folie, les STRANGLERS prouvent quelque part qu'ils savent rester les mêmes musiciens bourrés de talent depuis leurs débuts tout en sachant proposer une recette plus consensuelle, plus acceptable à grande échelle. L'album aurait pu faire une transition de choix vers un avenir fortement audacieux et pertinent, et Aural Sculpture en sera une preuve. Mais avant... il y a Feline.

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


OMD
Omd Live : Architecture And Morality And More (2008)
Le retour d'OMD, en live !




OMD
The Punishment Of Luxury (2017)
Une punition au goût exquis


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Hugh Cornwell (guitare, chant)
- Jean-jacques Burnel (basse, chant)
- Dave Greenfield (claviers, chant)
- Jet Black (batterie)


1. Non Stop
2. Everybody Loves You When You’re Dead
3. Tramp
4. Let Me Introduce You To The Family
5. Ain’t Nothin’ To It
6. The Men They Love To Hate
7. Pin Up
8. It Only Takes Two To Tango
9. Golden Brown
10. How To Find True Love And Happiness In The Present
11. La Folie



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod