Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUTHERN ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Allman Brothers Band , The Outlaws

The MARSHALL TUCKER BAND - Together And Forever (1978)
Par BAYOU le 18 Février 2018          Consultée 669 fois

Carolina Dreams, paru en 1977, cartonne au point de devenir album de platine. Le groupe, en pleine euphorie, élabore très vite le projet d’un nouvel album, avec une approche plus commerciale pour définitivement accrocher le public.
Pourtant la maison de disques Capricorn commence sérieusement à battre de l’aile et, proche du dépôt de bilan, a d’autres chats à fouetter.
Stewart Levine est choisi pour produire le disque, pour relever le défi plus exactement, car les productions précédentes, « A New Life », « Where We All Belong » ou « Searchin' For A Rainbow », avaient mis la barre très haut. La structure du groupe est toujours présente : Toy Caldwell et son frère Tommy, Paul Riddle, Goerge McCorckle, Jerry Eubanks, et Doug Gray.

Ce dernier possède toujours une voix extraordinaire et il le démontre dès « I'll Be Loving You », le morceau d’ouverture aux accents cow-boy, assez caractéristique de l’ADN du groupe.
La musique coule, fluide. Les chorus de guitares sont d’une incroyable finesse, bref du bon boulot.
Puis, la flûte introduit « Love Is A Mystery” qui lorgne incontestablement vers les charts et les radios FM avec un son propre et un tempo moyen, même s’il s’étire sur plus de sept minutes et se transforme assez vite en un échange instrumental, le naturel revenant au galop pour notre plus grand plaisir d’autant que le chorus final de Toy prolongé par la flûte est superbe.
“Singing Rhymes”, avec ses chœurs et sa guitare acoustique, introduit des sonorités différentes, pas vraiment convaincantes, est heureusement sauvé par la beauté de la voix de Doug Gray.
On rentre dans le ventre mou de l’album avec « Dream Lover », ballade qui s’oublie très vite, avant de retrouver les riffs de Toy dans « Everybody Needs Somebody » qui n’est pas vraiment convaincant non plus, avant « Change Is Gonna Come », morceau en mid-tempo qui tente de renouer avec les grandes heures du groupe, même si cela ressemble un peu à une jam instrumentale que les musiciens jouent quand ils manquent d’inspiration.

“Asking Too Much Of You” est, une nouvelle fois, sauvé par la voix de Doug Gray qui fait oublier l’aspect assez commun de l’instrumentation.
L’édition CD propose un bonus track, “Bound And Determined”, enregistré en live, et où le groupe retrouve sa magie, ce son de guitare, ce sens de la mélodie qui en font un (sinon le) grand représentant du southern-rock.

Au final, Together and Forever n’est pas un mauvais album, mais il souffre de la comparaison avec ses merveilleux prédécesseurs. Le groupe cherche à explorer de nouvelles directions afin d’élargir son audience et tâtonne un peu.
Sans le savoir à l’époque, cet album signait la fin de la grande époque du groupe, la fin de son contrat avec Capricorn Records, le prestigieux label de Macon déposant son bilan la même année.

Après les grands albums et le succès, commence le temps des épreuves.

A noter que la pochette est de loin la plus laide de tous les albums du groupe.

A lire aussi en COUNTRY par BAYOU :


Gene CLARK
No Other (1974)
Spécial boîte à demandes !




Johnny CASH
American Iv : The Man Comes Around (2002)
Sublime et profond.


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



- Toy Caldwell (guitare)
- Tommy Caldwell (basse)
- Paul Riddle (batterie,)
- Goerge Mccorckle (guitare)
- Jerry Eubanks (flûte, saxophone)
- Doug Gray (chant)


1. I'll Be Loving You
2. Love Is A Mystery
3. Singing Rhymes
4. Dream Lover
5. Everybody Needs Somebody
6. Change Is Gonna Come
7. Asking Too Much Of You
8. Bound And Determined (live)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod