Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1984 Fistful Of Metal
1985 Armed And Dangerous
  Spreading The Disease
1987 Among The Living
1988 State Of Euphoria
1990 Persistence Of Time
1991 Attack Of The Killer B’s
1992 Live Noize
1993 Sound Of White Noise
1994 Live The Island Years
1995 Stomp 442
1998 Volume 8 : The Threat...
2003 We've Come For You Al...
2004 Music Of Mass Destructio...
  The Greater Of Two Evils
2005 Alive 2
2007 Bbc Live : Caught In A M...
2008 Through Time P.o.v.
2011 Worship Music
2013 Anthems
2016 For All Kings
2018 Kings Among Scotland
 

- Style : Metallica, Slayer, Megadeth

ANTHRAX - Sound Of White Noise (1993)
Par NESTOR le 13 Octobre 2018          Consultée 350 fois

Avec Sound Of White Noise, ANTHRAX confirme la direction musicale empruntée par son précédent album qui délaissait déjà quelque peu les facettes 'fun' du groupe pour privilégier un assombrissement de son propos. Cette mutation s’illustre notamment par le remerciement de Joey BELLADONA au profit de John BUSH, ancien chanteur d’ARMORED SAINT. En effet, celui-ci possède une voix bien plus grave et moins typiquement Heavy que celle de son prédécesseur, qui était emblématique du chant typé Heavy metal des années 80. Cette évolution s’exprime également par l’absence, dans ce nouvel album, de titres 'fusion' dont ANTHRAX avait été un des précurseurs, et par l’arrivée, en tant que coproducteur, de Dave JERDEN qui avait officié précédemment auprès d’ALICE IN CHAINS. Sans que l’on puisse être catégorique sur ce point, cette mue artistique semble inspirée par le récent succès de nouvelles formations qui, à l’instar de PANTERA, ont durci et alourdi leur musique.

Et de fait, dès l’entame de ce disque, avec les très véhéments "Potter's Field" et "Only", nous découvrons un groupe enragé et fougueux. Le chant profond et très agressif de BUSH permet au groupe de gagner en maturité. Il en va de même des guitares qui se montrent plus lourdes et puissantes que jamais, sans pour autant se défaire de leur propension à distiller des mélodies très faciles à mémoriser, limite Pop. A l’image de la batterie, toujours aussi présente et efficace, nous avons là affaire à un groupe au meilleur de sa forme, qui opte pour un son globalement plus grave et plus moderne. Mais, ce surcroit d’agressivité ne se fait pas au détriment de la qualité mélodique des riffs, et le groupe parvient à combiner avec bonheur la puissance des parties de guitare avec de petits leitmotivs catchy du meilleur effet. Le morceau "Only" est à ce titre bien représentatif de cette capacité du groupe à marier mélodie et puissance, tout en insérant ici et là des titres purement agressifs, comme c’est le cas avec "Packaged Rebellion", qui agissent comme des rehausseurs de goûts, permettant ainsi la mise en valeur des qualités mélodiques des morceaux les plus accessibles.

Il serait toutefois exagéré de dire que la totalité du disque est au même diapason. Pour autant, les baisses d’inspiration sont plutôt rares et cet album massif se laisse écouter avec plaisir et aisance. Ainsi, même un "Black Lodge", qui par moment flirte avec le dispensable, possède tout de même des côtés intéressants, notamment lorsque Angelo BADALAMENTI, le compositeur de la musique de Twin Peaks, intervient pour aider le groupe dans cet hommage au film de David LYNCH.

Bien qu’excellent, ce Sound Of White Noise ne peut toutefois pas être considéré comme Le chef-d’œuvre des années 90 car il peine un peu à rester constant sur la longueur. Mais il montre un groupe soucieux de se moderniser sans pour autant renier son passé, et qui réussit à renouveler son propos en misant sur la grande qualité de ses membres. Il parvient à concilier l’équation paradoxale de se montrer à la fois plus sombre, plus agressif et plus Pop.

Il est à noter que la réédition de Sound Of White Noise datant de 2001 est particulièrement recommandable. Au-delà de l’excellent son dont elle dispose, cette version est agrémentée de nombreuses reprises aussi surprenantes que réussies. Il en va ainsi du "Auf Wiedersehen" de CHEAP TRICK, de "Cowboy Song" de THIN LIZZY, et, encore plus étonnant, d’une reprise de THE SMITHS, "London".
Les éditions japonaises, quant à elles, contiennent également une reprise des BEASTIE BOYS, "Looking Down The Barrel Of A Gun", et du "Love Her All I Can" de KISS. Que demander de plus ?

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


TRUST
Trust Iv (1983)
Bon album, à l'orientation grand public déroutante




TRUST
Repression (1980)
Antisocial, tu perds ton sang froid.


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Charlie Benante (batterie)
- Dan Spitz (guitares)
- Frank Bello (basse)
- John Bush (chant)
- Scott Ian (guitares)


1. Potters Field
2. Only
3. Room For One More
4. Packaged Rebellion
5. Hy Pro Glo
6. Invisible
7. 1000 Points Of Hate
8. Black Lodge
9. C11 H17 N2 O2 S Na (sodium Pentathol)
10. Burst
11. This Is Not An Exit



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod