Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The EVERLY BROTHERS - A Date With The Everly Brothers (1960)
Par LE KINGBEE le 11 Mai 2019          Consultée 102 fois

Que s’est-il passé en mars 1960 ? Le Cargo français La Coubre explose à la Havane. Les Américains envoient 3500 petits soldats au Viêt-Nam. Johnny Hallyday sort son premier 45 Tours. En Afrique du Sud, la police exécute près de 70 manifestants non armés. Enfin, le Vatican s’ouvre au monde en désignant ses trois premiers cardinaux non blancs.

Cette liste historique n’annonce pas que des bonnes choses, mais ça, ni vous ni moi n’y pouvons rien. N’oublions pas non plus que les EVERLY BROTHERS viennent de se faire remercier par Cadence qui n’a pas jugé bon de reconduire leur contrat. Les Cons ! Les deux péquenots n’ont vendu que trois millions de disques en trois ans. Mais Archie Bleyer, grand patron de la petite maison de disques, n’a jamais vraiment rien compris à la musique et mettra la clef sous la porte à peine trois plus tard. Ce grand penseur vendra son catalogue à Andy Williams et en 1964, trois ouvriers viendront décrocher le métronome, célèbre logo du label, qui agrémente la somptueuse façade de l’immeuble new-yorkais abritant le label.

Oui je sais, certains diront que je suis « taquin » voire pire, mais l’histoire ne s’arrête pas là : le 12 janvier 63, Phil Everly (le plus jeune) convole en juste noce avec Jackie Alice Erthel, la belle-fille de Bleyer.

A la lecture de ces quelques lignes, je l’avoue légèrement réductrices de notre petit monde, on pourrait penser que le Mal triomphe toujours ou presque, sauf qu'au début mars 1960, les Frangins Everly signent un contrat de sept ans chez Warner Bros. Certes, Warner n’avait rien de rutilant, la division de disque n’ayant que Tab Hunter comme principale vedette et n’ayant pas été capable de promouvoir Troyce Key, Johnny Carroll, Bob LUMAN ou Warren SMITY qui végétaient telles des plantes vertes. Mais en mars 60, les deux rejetons d’Ike et Margaret Everly signent l’un des plus gros contrats avec une maison de disques.

Avec un tel contrat, les deux frères tapent dans le dur aussitôt avec « Cathy’s Down », chanson dont les paroles proviennent d’une histoire vécue et racontée par leur paternel. Le titre est enregistré le 18 mars avec « Always It’s You » dans les studios de la RCA à Nashville et pour l’anecdote, c’est Archie Bleyer qui paye la séance puisqu’il avait réservé le studio. La chanteuse Country Reba McEntire ou plus récemment Jack Bugg reprendront le morceau rendant ainsi hommage aux frangins. Chez nous Hallyday, Richard Anthony en délivreront des adaptations dont la nation ne sortira pas grandie.
Phil et Don se lancent dans un gros travail de compositions et juillet s’annonce prolifique avec pas moins de cinq sessions durant lesquelles ils mettent en boîte 14 titres. Preuve de l’engouement des programmateurs radios, « Cathy Clown » détrône « Stuck On You » d’Elvis du Top Ten dès le mois de mai et grimpe sur la 1ère marche des charts US. Second constat, c’est la première fois qu’une compo du couple Felice-Boudleaux Bryant se retrouve en face B. Les deux chansons seront naturellement incorporées au disque.
Le couple Bryant qui a longtemps œuvré avec une certaine réussite va soudainement se retrouver sur le carreau. Suite à une brouille avec Wesley Rose, ce dernier retire son nom au contrat et enterre du même coup les projets cinématographiques qu’il visait à l’instar d’Elvis. Les Everly viennent d’échapper au pire, mais cette rupture met fin à leur principale source de tubes, les époux Bryant se retrouvant pris entre deux feux et n’ayant pas leur mot à dire puisque sous contrat avec Rose.
Malgré cette rupture brutale, les Everly avaient préalablement enregistré quatre compo des Bryant qui viennent agrémenter le disque : « Love Hurts » une superbe ballade qui met en exergue la qualité de la close harmony et qui devient l’un des gros succès de Roy Orbison. Le titre sera repris à toutes les sauces, souvent peu gouteuses, mais se prête volontiers à la formule duo. On conseillera celui improbable entre Lucinda Williams et Little Milton ou celui entre Emmylou Harris et feu Gram Parsons. « Donna, Donna » se révèle plus rythmé, au bord du Teen Rock. Le titre sera plus tard adapté par Vline Buggy, parolière de Claude François. Les deux frères donnent un coup de fraîcheur à « A Change Of Heart » une ballade popularisée par Kitty Wells dans un registre Hillbilly à l’ancienne. Dernière collaboration avec le couple Bryant via « So How Come (No One Loves Me) », une ballade que reprendront Don Gibson dans une veine Country avec Charlie McCoy à l’harmo et enfin les BEATLES lors d’une session pour la BBC. On ne compte plus le nombre de reprises de « Baby What You Want Me To Do », grand classique de Jimmy Reed, mais les Everly seront les premiers à tirer un clin d’œil au bluesman dans une version aussi sage que low down. On conseillera la version d’Etta James bien plus explosive et groovy. « Stick With Me Baby », une obscurité de Mel Tillis, se révèle une ballade comme il en existait tant à l’orée des sixties, mais qui éveillera cinquante plus tard l’intérêt de tandem Alison Krauss/Robert Plant. Enfin dernière reprise avec « Lucille », hit interplanétaire de Little Richard et dont les Everly seront les premiers repreneurs.
Don et Phil signent pas moins de trois chansons : outre « Cathy’s Clown », la ballade « That’s Just Too Much » que massacrera Sue Thompson, « Sigh, Cry, Almost Die » ballade légèrement plus vitaminée. Mais c’est l’unique compo du cadet qui vient terminer ce panorama, « Made To Love » connaitra curieusement plus d’adaptations françaises que de versions anglophones. Enregistré le 10 juillet 1960, la chanson connaitra une seconde version via Eddie Hodges, un gamin acteur chanteur, pour le label Cadence, mais c’est par le biais d’une adaptation concoctée par la parolière Vline Buggy que nous autres gaulois connaissons le titre sous l’intitulé « Belles ! Belles ! Belles », titre qui lancera la carrière de Claude François. D’autres chanteurs bien de chez nous reprendront le morceau : Début de Soirée, C. Jerome jusqu’à M. Pokora. Je laisse le soin à chacun d’apprécier ces adaptations comme il se doit, mais se rappeler le blondinet se trémoussant comme un vers avec son gros tricot rouge est un calvaire que je ne souhaite pas à mon plus gros ennemi.
Historiquement, « A Date With The Everly Brothers » demeure le disque des Everly le mieux vendu. Curieusement, le disque connait plus de succès en Angleterre (3ème des classements d’albums) que sur ses terres (9ème). Mais il est vrai que les deux frangins s’étaient produits en terre anglaise pendant plus de 3 semaines en avril, épaulés par les Crickets de Buddy Holly.
Le disque est édité chez nous avec une autre pochette, Vogue semblant ne pas aimer les cabines téléphoniques. Vu le nombre important de ballades et de titres pour midinettes, ce disque est classé en variété internationale, même si les deux frangins, comme les Burnette Brothers, demeurent deux formidables pionniers du Rock n Roll. Presque soixante ans après sa sortie, on se dit que la qualité du chant (close harmony) est toujours aussi intacte.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE :


Lara FABIAN
Lara Fabian (1999)
Maousse kosto !




ZUCCHERO
Black Cat (2016)
Blues et chocabeck font bon ménage !


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Don Everly (chant, guitare)
- Phil Everly (chant, guitare)
- Hank 'sugarfoot' Garland (guitare)
- Chet Atkins (guitare)
- Ray Edenton (guitare)
- Luther Brandon (guitare)
- James Clayton (steel)
- Floyd 'lightnin'' Chance (basse)
- Floyd Cramer (piano)
- Buddy Harman Jr. (batterie)


1. Made To Love
2. That's Just Too Much
3. Stick With Me Baby
4. Baby What You Want Me To Do
5. Sigh, Cry, Almost Die
6. Always It's You
7. Love Hurts
8. Lucille
9. So How Come (no One Loves Me)
10. Donna, Donna
11. A Change Of Heart
12. Cathy's Clown



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod