Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1971 Rory Gallagher
  Deuce
1972 Live ! In Europe
1973 Blueprint
2020 Check Shirt Wizard - Liv...
 

- Style : Led Zeppelin, Jared James Nichols , Cream, Jimi Hendrix , The Jimi Hendrix Experience
- Style + Membre : Nine Below Zero, Taste

Rory GALLAGHER - Against The Grain (1975)
Par ERWIN le 4 Février 2020          Consultée 1564 fois

Rory GALLAGHER est désormais une star reconnue du blues rock lorsque paraît en 75 son cinquième album. L'Irish tour est passé par là. Mais l'irlandais ne change rien pour autant, et sa musique moins que toute autre, son blend de folk, de rock et de blues, parfois hardifié se fait de plus en plus personnel et original, il n'est en tous cas guère comparable à d'autres artistes. La notoriété apporte aussi son lot de satisfaction et c'est l'époque ou il auditionne pour les ROLLING STONES "juste pour voir ce qu'il s'y passe"... sans conviction, ça lui ressemble allez, deux jours à faire le bœuf à Rotterdam et vider des godets avec son pote Keith RICHARDS, voilà qui ne pouvait lui déplaire. On est en tous cas dans le velours sur cet album enregistré aux studios wessex de Londres.

Commençons par le plus lourd : "Lost At Sea" est une vraie merveille de folk rock, qui puise dans les racines celtiques de Rory qui y compare l'amour à la vie d'un marin perdu en mer et sauvé par les sentiments. Dans une île, même natif du Connemara, on est toujours proche de la mer. Ce rythme tranquille mais immuable, ce chant paisible qui narre pourtant le désespoir, jusqu'au solo smooth et tout cool, avec son "grain" si spécifique, tout est parfait sur cette composition, pour moi une des majeures de Rory GALLAGHER. Et voyez donc "Out On The Western Plain", encore une petite perle ciselé par un irlandais sur l'ouest américain, Rory se sent à l'aise sur cette adaptation de LEADBELLY, mais, à considérer l'énorme portion d'Irlandais qui ont fait cette conquête de l'ouest, est-ce finalement si étonnant ? D'ailleurs il passe la chanson à dire qu'il est juste un simple cow boy, ce qui, franchement, lui va bien, avec ses boots et ses pétulantes chemises canadiennes. C'est bluffant comme tout y sonne grands espaces, comme cette gratte folk en droite ligne sortie de la vallée de la mort jusqu'au court solo crépusculaire.

Mais c'est aussi très Rock tout ça : On débute avec un rock'n'roll bien furibard sur "Let Me In", piano et guitare y sont à l'unisson pour un chouette moment de boogie tressautant et bien fendard. On repart au galop sur "Souped Up Ford", avec un numéro formidable au bottleneck, des solos époumonants et plein de bonne humeur, Rory semble s'éclater. Tout ça nous rapproche du QUO finalement, pas de la zique pour intellos ! On a même un piano saloon sur "My Baby Sure", ou Rory cabotine à mort, avec pas mal de talent et un chouette solo de Lou Martin. "I Take What I Want", compo d'Isaac HAYES, ne dépareille en aucune manière dans cet ensemble pas vraiment commercial ! Puis on ralentit sur le slow "Ain't Too Good", qui ne la ramène en aucune manière, avec son discret hammond. "Cross Me Of Your List" avec son état d'esprit R'n'B montre la facette « cool » de l'artiste malgré de furieux chorus de guitare. C'est évidemment seventies en diable.

Mais Rory reste tout de même un bluesman ! "Bought And Sold" nous ramène sur des considérations plus bluesy, le fond de commerce de notre artiste. "All Around Man" est du même tonneau, c'est le cas de le dire ! De la zique pour boire, un élément de vie – hélas trop cher - cher à notre Rory. C'est pour les 4 heures du mat, lorsqu'on est entre ivrognes dans un pub de temple bar à Dublin, là ou aujourd'hui repose à flanc de mur le fac simile du seul et unique amour de Rory GALLAGHER, sa fender sunburst rongée jusqu'au bois, et dans laquelle on trouve incrustée du denim saupoudré de sueur figée par le temps et l'usure. "The One Strat" est célèbre dans la communauté des gratteux. Dans les bonus, nous avons aussi la jam rurale de "Coney Blues", qui donne tout loisir à la strat de sonner claire et légère. Enfin, "At The Bottom" rappelle certaines ambiance folky des LED ZEPELIN à mon sens, c'est super bien foutu, sa facette la plus traditionnelle, magnifiquement assumé comme à l'accoutumée.

Rory GALLAGHER ne fait qu'enfoncer un clou déjà bien malmené précédemment avec ce cinquième opus ou irradie toute sa classe, d'abord comme guitariste, puis comme chanteur, et aussi comme interprète génial capable d'insuffler un soupçon de vie celtique là ou on ne l'attendait guère. C'est brillant et susceptible de plaire à tout le monde. Une musique hors des modes, hors du temps, profondément honnête à l'image de Rory, un artiste hors normes qu'on aime aimer. C'est un 4 évident.

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


Calvin RUSSELL
Soldier (1992)
Soldat perdu




ZZ TOP
Fandango (1975)
J'aurais voulu être prospecteur

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Rory Gallagher (chant-guitare)
- Gerry Mcavoy (basse)
- Lou Martin (claviers)
- Rod De'ath (batterie)


1. Let Me In
2. Cross Me Of Your List
3. Ain't Too Good
4. Souped Up Ford
5. Bought And Sold
6. I Take What I Want
7. Lost At Sea
8. All Around Man
9. Out On The Western Plain
10. A The Bottom
11. Cluney Blues
12. My Baby, Sure



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod