Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Michel POLNAREFF - Polnareff's (1971)
Par ERWIN le 11 Novembre 2020          Consultée 1342 fois

Trois longues années se sont écoulées depuis le succès du deuxième disque de Michel POLNAREFF. Il faut aussi dire que l'artiste ne fait rien comme personne. Il subit une agression lors d'un concert, son producteur décède, il change de look en laissant ses cheveux pousser et barre dorénavant son visage d'une paire de lunettes carrée fumée pour cacher sa myopie, et dont la monture n'est pas encore toujours blanche. Il enchaîne les conquêtes féminines et son rythme de vie ne convient guère aux médias. Cette année 71 le voit livrer deux B.O et notamment la fameuse "Folie des grandeurs" avec De Funès et Montand. Il est aussi engagé par Johnny HALLYDAY pour l'accompagner en tournée au piano. Bref, au four et au moulin, on s'inquiète des destinées discographiques du jeune homme, mais comme vous allez le voir, on ne devrait pas !

L'opus contient son super classique, "Qui a tué grand maman". POLNAREFF poursuit sa quête d'une pureté musicale alors unique en France dans la chanson populaire. On passe de l'érotomanie du "Bal des Laze" à des considérations écologiques, mais la filiation reste évidente. La richesse de la mélodie est un vrai bonheur. La progression d'accords reste simple, mais l'amiral y greffe un chant d'une singulière beauté. Ca reste baroque en diable et les étudiants coréens reprendront cette chanson comme hymne de leur révolution réprimée dans le sang en 80. Cette chanson fut écrite suite au suicide de son producteur Lucien Morrisse.

Acte II de cette livraison, voici "Nos mots d'amour" qui, bien que plus mainstream que la précédente avec son orchestration très seventies, continue la quête d'un romantisme échevelée. Michel y déploie toute sa science de la mélodie et y chante magnifiquement. Jean-Loup Dabadie a écrit "Mots" mais il faut bien sûr comprendre "Maux". Un bref instant d'enchantement comme lui seul sait les proposer.

On retrouve l'auteur sur plusieurs textes, il est un brin abscons sur la mignonne "A minuit, à midi", sur une mélodie proche de celle utilisée sur "Can't Help Falling In Love" d'Elvis PRESLEY. On remarque les quelques intonations jazzy de "Né dans un Ice Cream", la guitare folky de "Le désert n'est plus en Afrique". Sur "Petite, petite", l'auteur s'amuse à reprendre les titres de tous les succès de l'artiste, et c'est à nouveau un enchantement mélodique. On sent une vibration soul dans "Hey You Woman", à nouveau preuve – s'il en fallait encore – de son tempérament frondeur et créatif, car il est ici clairement funky avant l'heure. "Monsieur l'abbé" nous renvoie à des considérations rock'n'roll avec une critique en règle de la religion.

Trois instrumentaux ponctuent cet album, rien d'étonnant quand on connaît son attrait pour les B.O. L'introductive "Voyages" annonce clairement la couleur : le chanteur-compositeur n'a pas l'intention de baisser les bras malgré la dépression qui l'étreint depuis quelques temps déjà. C'est très créatif et particulièrement réussi. Musicien accompli, il se sert du Minimoog sur "Computer's Dream" qui propose une saveur toute exotique. La guitare – pas Jimmy Page cette fois – y est très acérée, et il y scatte avec talent. Enfin, "... Mais encore" est plus enjouée avec cuivres et piano haut en couleur, cordes, et toujours ce sens de la mélodie inné.

Bref, la postérité des critiques de musique voit en cet album la quintessence des talents de Michel POLNAREFF. Je pense quant à moi que son sens mélodiste n'est ici que rarement pris en défaut et que malgré la déprime et les cures de sommeil, ce Polnareff's est un incontournable de créativité débridée. On est clairement sur un 4, un album donc aussi recommandable que les deux précédents. Peu d'artistes peuvent se vanter en France d'un tel début de carrière. Il divise les opinions, mais ses fans sont déjà jusqu'au-boutistes !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par ERWIN :


Véronique SANSON
Plusieurs Lunes (2010)
Toutes les humeurs de véro




Joe DASSIN
Le Jardin Du Luxembourg (1976)
Symbolique !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Voyages
2. Né Dans Un Ice Cream
3. Petite Petite
4. Computer's Dream
5. Le Désert N'est Plus En Afrique
6. Nos Mots D'amour
7. … Mais Encore
8. Qui A Tué Grand Maman ?
9. Monsieur L'abbé
10. Hey You Woman
11. A Minuit, à Midi



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod