Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Michel POLNAREFF - Polnarêve (1974)
Par ERWIN le 28 Mai 2021          Consultée 907 fois

La situation personnelle de Michel POLNAREFF ne s'améliore pas le moins du monde avec la création de ce quatrième opus qui s'avère rocambolesque de bout en bout. Déjà insomniaque et quelque peu parano, sa maman décède, puis l'amiral voit son précieux homme d'affaires Bernard Seneau partir avec la caisse et se retrouve ruiné et sans réelles solutions de rebondir. Il lui faut créer, et prendre son mal en patience. C'est pour cela qu'il quitte l'hexagone via le bateau "le France", s'exile aux USA et ne signe aucun texte sur cet opus, ou le parolier Pierre Grosz prend une réelle importance. De l'autre coté, il compte sur l'arrangeur Jean-Claude Vannier pour réitérer sa performance d'il y a trois ans sur l'histoire de Melody Nelson de GAINSBOURG. L'artiste manque donc certainement en cette année 1974 de son entrain habituel.

"I Love You Because" est probablement le titre ayant le plus passé le cap de la postérité dans cet ensemble. Seul titre signé de Jean-Loup Dabadie, nous avons une petite guitare folk, et la voix si spéciale de Michel qui accompagne les arpèges. Bien entendu, le talent du mélodiste reste entier et les aspects baroques restent là, mixés dans cet ensemble pop de belle allure, les choeurs discrets enrobant le tout dans une certaine sérénité. Mais c'est "Rosy" qui reste à mon sens le classique de cette livraison. On y retrouve cette manière si spécifique qu'à POLNAREFF de développer un chant halluciné sur une mélodie aux relents à nouveau baroques. On retient aussi le complainte "L'homme qui pleurait des larmes de verre", qui demeure encore aujourd'hui une des chansons les plus appréciées du compositeur.

Comme à l'accoutumée, les mélodies sont remarquables, on pense aux jolies variations de "La vie, la vie m'a quitté", puis avec "Le prince en otage" on retrouve une certaine candeur dans les textes ainsi que dans le ton qui annoncent clairement Francis CABREL. Pourtant, malgré les consonances presque southern rock de "La fille qui rêve de moi", je suis moins fan, j'imagine que l'emploi du français y est pour beaucoup, les paroles sont aussi un peu mièvres. Une fanfare drive "Le grand chapiteau" et Michel fait son monsieur Loyal, encourageant les gens à entrer. On est proche de la psychiatrie en termes de sonorités, mais cela reste agréable. "Il est gros" sonne très seventies, avec ses arrangements presque pompiers. Mais le rythme rock et le chant pressé lui confèrent une identité pop plutôt sympa. "Tibili" fait un peu office de remplissage avec son gimmick enfantin. Cela dit, la mélodie reste un tour de force avec ses intonations doowop.

Pour en terminer, que nous racontent les deux instrumentaux ici présents ? "Polnarêve" qui va donner son nom à l'album au Japon ainsi que pour la majorité des fans propose sur un rythme attentiste des cuivres atones et toute une cohorte de sons se voulant à l'époque avant-gardiste. Bien entendu, aujourd'hui, ses effets pré "Star wars" sonnent kitsch à mourir et le titre à un peu souffert. Enfin, nous avons la reprise juste agrémentée des "nanana" de "La fille qui rêve de moi"... elle est très plate, non pas la fille, la reprise bande de Lazes... heu nazes... mais laissez moi vous dire qu'avec un guitariste sachant manier sa six cordes, l'instant aurait pu être mémorable... Dommage !

Cet album n'est pas le faux pas décrit par la critique et de nombreux fans, il contient plusieurs chansons très réussies, qui vont d'ailleurs intégrer les setlists des concerts de Michel. Je retiens notamment la mélopée étrange de "Rosy" avec plaisir. Mais il est indéniable que cette livraison souffre de la comparaison avec les précédentes difficilement critiquables et plus chargées en classique. On n'atteint donc pas la note de quatre étoiles mais juste celle en dessous, sans démériter aucunement. Michel POLNAREFF reste maître de son destin artistique, malgré les déboires qui l'assaillent de toutes parts. Il faudra du courage pour la suite !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par ERWIN :


Michel SARDOU
Le Privilège (1990)
Tonitruant début de décennie




Julien CLERC
Julien (1997)
Un prénom que tout le monde connait


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. La Fille Qui Rêve De Moi
2. Le Prince En Otage
3. Rosy
4. La Vie, La Vie M'a Quitté
5. La Fille Qui Rêve De Moi
6. Le Grand Chapiteau
7. Il Est Gros
8. I Love You Because
9. Polnarêve
10. Tibili
11. L'homme Qui Pleurait Des Larmes De Verre



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod