Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1988 Out Of The Silent Pla...
1989 Gretchen Goes To Nebr...
1990 Faith Hope Love
1992 King's X
1994 Dogman
1996 Ear Candy
1998 Tape Head
2000 Please Come Home... M...
2001 Manic Moonlight
2003 Black Like Sunday
2004 Live All Over The Place
2005 Ogre Tones
2008 Xv
2022 Three Sides Of One

KING'S X - Please Come Home...mr Bulbous (2000)
Par ELK le 11 Mars 2023          Consultée 811 fois

KING’S X a quitté les années 90’S avec deux albums nous ayant globalement laissé sur notre faim. Sans être réellement mauvais, ces deux opus marquaient un net recul d’inspiration et de production au regard des standards des cinq premiers des Texans.

Le groupe prend alors quelques décisions fortes pour pondre son nouvel album, notamment celle de tout composer ensemble en s’isolant quelques semaines avant de passer à l’enregistrement puis au mixage assurés par le guitariste Ty Tabor.
A l’arrivée du disque, même si la pochette est nettement meilleure que celle du précédent, j’ai un peu craint le pire à la découverte du titre de l’album Please Come Home Mr Bulbous n’étant pas des plus engageants et le nouveau jeu de mot sur la tête du personnage rappelant celui du médiocre "Tape Head".
Mais, sitôt l’objet posé sur la platine, la bonne surprise s’est rapidement dessinée : une production excellente, peut-être la meilleure jusqu’alors, une inspiration retrouvée avec un niveau général de composition de grande qualité.
On y trouve quelques titres marquants, le retour des superbes harmonies vocales du trio et une belle variété d'ambiances, allant des plus directes à une veine plus progressive en fin d’album. L’orientation grunge est cette fois parfaitement assumée lors des parties instrumentales les plus rudes de l’album, à travers des riffs caractéristiques du genre. Ceci se fait parfois au détriment des sonorités plus 'hard-blues' et groovy, mais l’opus comprend également une flopée d’excellents solos et d’arpèges magnifiques dont Ty Tabor a le secret. J’accorde également une mention spéciale à la batterie de Jerry Gaskill, magnifiquement capturée, marquée par toute la subtilité et la force d'un jeu toujours musical et inspiré. L’album permet également de profiter d’un Doug Pinnick de retour en grande forme, tant dans son chant que son jeu de basse nettement moins confus que dans les deux enregistrements précédents.
Dès le premier titre, "Fish Bowl", on retrouve KING’S X tels qu’on l’aime; ce n’est pas le meilleur morceau de l’album mais les prises de risque sont de retour avec des couplets quasi-parlés, un refrain entraînant chanté par Ty et surtout un pont central proche d’une impro Jazz qui montre que les Texans sont avant tout décidés à se faire plaisir.
"Julia", superbe ballade au refrain magique, confirme ce net regain de forme, jusque dans les gros riffs du milieu du morceau. Au rayon des belles réussites, citons également "Marsh Mellow Field" qui baigne dans une ambiance pop assez magique, et se voit doté d’un superbe solo de Ty. "When You’re Scared" est également une composition très réussie aux chœurs magnifiques et au nouveau solo très inspiré de Ty. "Charlie Sheen" est une des perles de l’album, avec une magnifique intro de batterie (quel son !), un très joli arpège de Ty soutenu par une ligne de basse dynamique et une magnifique montée des voix jusqu’au refrain chanté par Jerry. Très pop et très classe ! "Bitter Sweet" me plaît également beaucoup. Le son en est limpide et les chants en canon de toute beauté, de même que les mélopées de guitare. "Move Me" et "Move Me Part 2" sont en fait une seule et même composition de plus de 12’, d’une veine progressive évocatrice des délices de "Faith, Hope, Love", grâce notamment à une seconde partie tournée vers les polyphonies vocales, exercice dans lequel le groupe excelle. "She’s Gone Away" se signale par son joli refrain et un passage très expérimental mais maîtrisé où le volume se réduit progressivement jusqu’au quasi-silence, alors que "Smudge" a un démarrage intriguant, des couplets à la limite du rap, un refrain encore top et une explosion de gros riffs très grunge.

Cet album est donc une belle réussite, une surprise un peu inattendue à l’époque, qui laissait espérer des musiciens plus libres, enfin affranchis de l’obligation d’une réussite commerciale à hauteur de leur talent. Peut-être le fait que Doug et Ty se soient chacun lancés avant cet album dans des projets personnels leur a-t-il alors permis de retrouver ce plaisir de composer et jouer ensemble et autorisé le retour d’une belle inspiration.
J’avais à l‘époque retrouvé beaucoup d’espoir dans le futur du groupe, on verra que l’album qui suivra fera malheureusement l’effet d’une douche froide, raison de plus pour goûter pleinement le bonheur d’écouter de nouveau Please Come Home…Mr Bulbous.

A lire aussi en HARD ROCK par ELK :


QUEENS OF THE STONE AGE
In Times New Roman (2023)
Hissez le drapeau rouge !




MAMMOTH WVH
Mammoth Ii (2023)
Bon sang ne saurait mentir


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Doug Pinnick (chant, basse)
- Ty Tabor (guitare, chant)
- Jerry Gaskill (batterie, chant)


1. Fish Bowl Man
2. Julia
3. She's Gone Away
4. Marsh Mellow Field
5. When You're Scared
6. Charlie Sheen
7. Smudge
8. Bitter Sweet
9. Move Me
10. Move Me (part Two)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod