Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUTHERN ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Pronounced Leh-nerd S...
1974 Second Helping
1975 Nuthin' Fancy
1976 Gimme Back My Bullets
1977 Street Survivors
1988 Southern By The Grace Of...
1991 1991
1993 The Last Rebel
1994 Endangered Species
1997 Twenty
1999 Edge Of Forever
2003 Vicious Cycle
2012 Last Of A Dyin' Breed
 

- Style : Blackberry Smoke, Jared James Nichols , Doc Holliday, Ted Nugent
- Membre : Damn Yankees
- Style + Membre : Blackfoot, The Black Crowes
 

 Site Officiel (1309)

LYNYRD SKYNYRD - Endangered Species (1993)
Par ERWIN le 21 Janvier 2024          Consultée 261 fois

Donc le retour de LYNYRD SKYNYRD 2eme partie… Difficile d’être dithyrambique lorsqu’on sort de l’écoute de 1991 qui signe piètrement ce retour. Nous étions en droit d’attendre certains fulgurances de la part de Gary ROSSINGTON ou de Ed King, mais tout ce ci reste fort sage pour le moment. Alors lorsque les gars se pointent avec sous le bras un album constitué de reprises de leurs propres compositions on se dit que ça put et que tout ceci sent à plein nez l’arnaque a fan. En ces années nonante, la mode est aux versions acoustiques, certains en ont fait leurs choux gras, pourquoi pas les cadors du sudistes qui ont tant de peine a relancer leur carrière ? Huitième opus c’est parti !

Quand on est du sud, on a des références, et le king Elvis en fait partie, alors reprendre "Heartbreak Hotel" - une de ses rares compositions - n’a rien d’extraordinaire. Cette version se veut bien plus bluesy que l’originale qui restait encore très rockabilly. Joli petit blues a la sauce folk, "Down South Junkie" propose une basse galopante du plus bel effet et un chant très concerné de Johnny Van Zant. "All I Have Is A Song" est un slow de jolie facture, avec une mélodie sympa qui se laisse chanter.

Et nous avons trois compos du nouvel arrivant Mike Estes : Nous retrouvons beaucoup de tradition dans "Devil In The Bottle", qui nous emmène dans les grands espaces américains. La national retentit avec beaucoup de bonheur, c’est la logique même d’entendre les cadors du sudiste employer cet instrument. "Good Luck, Bad Luck" est un peu passe partout mais agréable. "Hillbilly Blues" ne casse pas des briques mais reste un bon exemple de blues rock mélant influences bluegrass, folk et country dans le même espace. Rien de transcendant toutefois dans cet ensemble un brin disparate, il faut l’avouer.

Beaucoup de redites et de reprises donc : "I Ain’t The One" n’est pas la plus connue des songs du premier opus de nos rednecks, elle sonne pas mal ainsi. "Things Goin On" ne l’est pas plus, on joue la carte de l’authenticité chez les gars de jacksonville, c’est sympa. Leur amour pour les boisons fortes leur avait donné l’envie de composer "Poison Whiskey" lors des sessions de ce même opus, toujours sympa et entraînante. "Sweet Home Alabama" n’est pas la plus hard des chansons de LYNYRD, alors une version acoustique n’est finalement pas si différente que ça de l’originale, et j’avoue préférer la voix de Johnny a celle de son grand frère, ne me lynchez pas !

Il faut admettre que la voix de Johnny pense super bien sur "Saturday Night Special", qui se compare sans soucis avec sa grande sœur tiré de Nuthin Fancy. L’absence de solos électriques ne permet en revanche pas une réelle émulation. Tirée du même album, "Am I Losin" renaît par la grâce d’un choix surprenant, il y a toujours du grand espace sur cette compo. "The Last Rebel" éponyme de l’album précédent gagne quelques galons avec cette version acoustique. Le titre a tiroirs manquait quelque peu d’émotions et de profondeurs, c’est gagné pour cette fois.

Il y a un aspect best of dans ce disque, même acoustique, la démarche est incertaine, en dépit du choix surprenant des titres. Comme si les gars n’avaient pas été capables de proposer plus de compositions de leurs crus… C’est hasardeux d’autant qu’on ne manque aucunement de compiles pour cela. Le reste des titres est sympa mais ne parvient jamais a percer la couche d’indifférence polie que tout chroniqueur doit ressentir au début de chaque écoute. Il me manque les grattes nom de dieu, un opus de southern rock sans guitares incisives c’est juste ….chiant ? Probablement… Dont acte !

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


Calvin RUSSELL
Sounds From The Fourth World (1991)
Un taulard chante du blues




Johnny WINTER
John Dawson Winter Iii (1974)
Jeannot Hiver à son zénith


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Johnny Van Zant (chant)
- Gary Rossington (guitare)
- Ed King (guitare)
- Mike Estes (guitare)
- Leon Wilkeson (basse)
- Billy Powell ( piano)
- Owen Hale ( percussions, batterie)


1. Down South Junkie
2. Heartbreak Hotel
3. Devil In The Bottle
4. Things Goin On
5. Saturday Night Special
6. Sweet Home Alabama
7. I Ain’t The One
8. Am I Losin
9. All I Have Is A Song
10. Poison Whiskey
11. Good Luck, Bad Luck
12. The Last Rebel
13. Hillbilly Blues



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod