Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUTHERN ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Pronounced Leh-nerd S...
1974 Second Helping
1975 Nuthin' Fancy
1976 Gimme Back My Bullets
1977 Street Survivors
1988 Southern By The Grace Of...
1991 1991
1993 The Last Rebel
1994 Endangered Species
1997 Twenty
1999 Edge Of Forever
2003 Vicious Cycle
2012 Last Of A Dyin' Breed
 

- Style : Blackberry Smoke, Jared James Nichols , Doc Holliday, Ted Nugent
- Membre : Damn Yankees
- Style + Membre : Blackfoot, The Black Crowes
 

 Site Officiel (1309)

LYNYRD SKYNYRD - God And Guns (2009)
Par ERWIN le 12 Février 2024          Consultée 337 fois

Cet album au titre tellement redneck est le 13ème de LYNYRD SKYNYRD. Une sortie du groupe de Jacksonville est malheureusement souvent associée aux décès décomptés dans le groupe : cette fois, le guitariste OUTLAWS Hughie 'Flame' Thomasson nous a quitté ainsi que le bassiste Ean Evans, mort juste avant la sortie de l’album, c’est lui qui assure ses parties. Le bilan est lourd, très lourd, et les membres restants du groupe doivent resserrer les liens. Hughie a pas mal composé pour cet opus, il est donc remplacé par Mark Matejka, mais son jeu aérien si complémentaire de celui de Ricky Medlocke ne résonnera plus. La couverture est sobre mais belle, une véritable image d’epinal dont reste absent le drapeau Dixie, plus trop en odeur de sainteté.

L’introduction chez LYNYRD est toujours révélatrice, alors "Still Unbroken" possède quelques trademarks à la BLACKFOOT, l’évidence pour les fans. Il va de soi que Ricky Medlocke a mis pas mal de lui-même dans ce titre efficace et le chant de Johnny est vraiment à la hauteur. Le son est balèze, l’ambiance est aux grands espaces avec des solos d’outre espace du grand amérindien qui pose plus que jamais sa patte sur le géant du sudiste. Le premier échange de solos avec Mark Matejwka rappelle les dialogues déjà lointains avec Charlie Hargrett chez les pieds noirs. Ce titre a été utilisé par les catcheurs de la WWE.

La glorification de la vie sudiste est à sa place sur la toute simple "Simple Life" au riff superbe, qui fait écho de manière logique à "Simple Man" bien des années plus tard. Johnny y narre la vie telle qu’elle était dans le sud. Tous ont vécu ainsi, cela sonne véridique, un petit titre au ton assez pop, avec des refrains et des choeurs bien foutus, nous pourrions tous aussi bien être en compagnie de BON JOVI ou d’un des autres grands de l’AOR.

John 5, le transfuge découvert par MARYLIN MANSON, est de la partie sur les compos à bien des endroits. On note le joli refrain entraînant de "Little Thing Called You", les arpèges agressifs et addictifs de "Storm", qui doivent aussi pas mal au grand amérindien. D’ailleurs, "Floyd", qui semble sortie de la besace de John 5, est certainement la compo qui me botte le plus dans cette livraison, un vrai petit chef-d’oeuvre de blues rock. Le rythme est terrible, les 'aie aie aie' sont dévastateurs. On se croirait dans un film de zombies mexicains ! Un petit côté épique flotte sur cette mélodie.

Il fallait en parler, "God & Guns" est le titre de l’album. Le sud profond, là d’où viennent nos rednecks. Et à nouveau l’ambiance ressemble à s’y méprendre à du BLACKFOOT, c’est troublant. Les armes et la bible, beaucoup d’Américains 'moyens' en parlent là-bas et, comme le chante Johnny, c’est la base sur laquelle s’est construite l’Amérique, ça fait un peu peur aux oreilles progressistes européennes. Imaginez pour moi qui vis en Islande où les forces 'armées' sont 'désarmées', un excellent titre. Pour continuer dans le sujet, "That Ain’t My America" enfonce le clou sur un mode quasi americana, genre pour lequel la voix de Johnny est vraiment parfaite, une super compo.

Un peu d’autoglorification ne fait jamais de mal, on n’est jamais si bien servi que par soi-même, non ? Du coup, les gars de Jacksonville nous ont pondu avec "Skynyrd Nation" un petit rock’n’roll trainard où Ricky et Johnny échangent le micro, très sympa et très ramenard mais aussi très écoutable. Nous poursuivons dans le trip avec une compo qui semble droit sortie de la SG de Gary, la bien nommée "Southern Ways", qui résonne ma foi plutôt bien. La magnifique "Gifted Hands", de toute beauté, propose une fin en forme d’apothéose qui sied si bien au géant du southern rock, lui qui a créé la chose. Mark et Ricky y échangent solo après solo et l’ambiance est absolument dantesque.

Un petit coup d’à peine moins bien sur quelques titres : on est au croisement de la countrypolitan et du southern rock sur "Unwrite That Song", qui reste très agréable au demeurant. Avec "Comin Back For More", on entre de plein pied dans les territoires de l’AOR. Toute trace de southern rock a disparu au profit d’une production rutilante et de refrains mainstream. Mais ce 13ème album n’a de funeste que le nombre et les décès associés, son contenu est excellent et ne rougit pas face aux glorieux aînés des premières heures. Je suis sur un 4 resplendissant.

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


MOLLY HATCHET
Molly Hatchet (1978)
Molly frappe un premier coup !




BLACKBERRY SMOKE
Be Right Here (2024)
La mure est toujours aussi gouteuse


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Gary Rossington (guitare)
- Billy Powell (claviers)
- Johnny Van Zant (chant)
- Ean Evans (basse)
- Michael Cartellone (batterie)
- Rickey Medlocke (guitare)
- Mark Matejka (guitare)


1. Still Unbroken
2. Simple Life
3. Little Thing Called You
4. Southern Ways
5. Skynyrd Nation
6. Unwrite That Song
7. Floyd
8. That Ain’t My America
9. Comin Back For More
10. God & Guns
11. Storm
12. Gifted Hands



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod