Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : M-ziq, Luke Vibert , Squarepusher, Autechre, Venetian Snares
- Membre : Mike & Rich
- Style + Membre : Caustic Window, Gak, Afx/lfo, Bradley Strider , Power-pill, Polygon Window, The Tuss , Afx
 

 Communauté Aphex Twin (719)
 Label Warp (785)

APHEX TWIN - Come To Viddy (1997)
Par SASKATCHEWAN le 11 Août 2008          Consultée 3133 fois

Un DVD ! Et puis quoi encore ? Pourquoi pas un Blue-Ray pendant que vous y êtes ! Non, Come To Viddy est une honorable VHS comme on n’en fait plus, avec sa charmante petite bande magnétique altérable et sa carapace de plastique noir fort fragile. Mais après tout, c’est pour ça qu’on l’aime. Bien sûr, il faut toujours que nos cousins d’Outre-Manche viennent gâcher les réjouissances en imposant leur format atypique, à l’image de leurs prises de courant révoltantes et de leur manie de circuler à gauche. Le PAL, c’est naze. Seulement, si l’on se penche sur la cruelle réalité des faits, il faut bien avouer que les zouaves anti-conformistes magnétoscopiens, c’est nous. En effet, la France est le seul pays en Europe avec la Biélorussie, les pays du Caucase et la Russie*¹ à utiliser le format SECAM, appelé à disparaître sous peu, le PAL ayant emporté la bataille du DVD. Ce qui n’arrange strictement rien puisque l’incompatibilité des trois formats (SECAM, NTSC et PAL) s’est transformée en incompatibilité de six zones. On n’arrête pas le progrès. Seule solution pour le pigeon : se procurer du matos multi-compatible. On n’arrête pas le profit. Fin de l’introduction technico-chauvino-grincheuse.

J’étais en train de parler de Come To Viddy, courte cassette comprenant trois clips d’APHEX TWIN : celui de On, celui de Donkey Rhubarb et la version longue du clip de Come To Daddy. Pour peu que votre magnétoscope (oui le truc là, qui cale la commode) soit compatible PAL, vous aurez l’immense joie de voir ces trois clips en couleur avec une qualité d’image somme toute pas si dégueulasse que ça. Oui il manque le clip de Ventolin, c’est un scandale, peut-être que les sifflements stridents de ce titre torturé n’étaient pas dignes d’une diffusion à large échelle, ou que la vidéo est apparue bien trop craignos aux yeux des responsables du Label Warp deux ans seulement après sa réalisation (c’est probable, déjà à l’époque, elle semblait tout droit sortie des années 80).

Le clip de On, bien que réalisé en 1993, a eu plus de chance. Il faut dire que son aspect saccadé image par image, suivant les transformations d’une plage chargé d’un bric-à-brac d’objets divers et variés (une bouée, un scaphandre, Richard D. James en carton), possède son petit charme désuet encore aujourd’hui. Le titre en lui-même est l’un des incontournable de la discographie d’APHEX TWIN, avec son atmosphère aqueuse et sa mélodie captivante.
On passe au stade supérieur avec le clip de Donkey Rhubarb, curieuse interprétation du côté enfantin de la musique originale. Des ours en peluche affublés de couches culottes se dandinent perversement et sautillent à qui mieux mieux dans ce qui semble être un atelier désaffecté. Seulement nos placides mangeurs de miel sont affublés du visage de Richard D. JAMES tel qu’il est peint sur la pochette d’…I Care Because You Do, ce qui leur confère un aspect nettement moins rassurant. Les trois nounours ainsi décrits sont parfois accompagnés d’un groupe d’enfants hilares, mais que fait la police ?

La pièce maîtresse de cette vidéo, celle qui a rendu Richard D. JAMES célèbre à la fin des années 90, c’est le clip de Come To Daddy réalisé par Chris CUNNINGHAM, bidouilleur d’images aux idées assez tordues, qualité qui s’avère bien utile quand on prétend réaliser un accompagnement à la musique d’APHEX TWIN. La trame est assez simple : une grand-mère promène son labrador dans un quartier sordide, jusqu’à tomber sur un téléviseur cassé. Plus loin, des enfants au visage de Richard D. JAMES (avec le fameux sourire sadique), assemblés en une meute braillarde, se ruent dans les dédales de la cité HLM pour mettre la main sur le téléviseur. Le visage de Richard D. JAMES, spectral, apparaît sur l’écran et égrène inlassablement le leitmotiv de la chanson : « I waaaaant youuuur souuuuul… Come to Daddy ! Come to Daddy ! »*². Un monstre décharné aux allures de Richard D. James finit par sortir de la télé pour accueillir la marmaille, sous les yeux de la grand-mère horrifiée. L’image est réduite à quelques teintes de gris légèrement bleuté et de noir, le tout filmé nerveusement. Le clip est basé sur une multitude de scénettes répétées, à l’image des deux clips précédents : une gamine traîne son bâton contre une grille, une autre marche dans une flaque, une troisième donne un coup dans un mur ; chaque scénette correspondant à un son du morceau. Le résultat est envoûtant, bizarre et énergique à la fois, à mille lieues de ce que l’industrie musicale a l’habitude de proposer.

Come To Viddy, disponible pour quelques kopeks à peine, est un objet plutôt sympathique si vous souhaitez acquérir les clips atypiques d’APHEX TWIN sur un support matériel. Reste que le DVD WarpVision : The Videos 1989-2004 remplace efficacement cette VHS puisque qu’en plus des clips d’APHEX TWIN, il contient quelques clips de LFO, AUTECHRE, Luke VIBERT, PLAID, PREFUSE 73 et SQUAREPUSHER.


*¹ Note les soviétiques sont nos amis, il faut les aimer aussi (© Les Inconnus) : le PAL étant une invention de nos voisins allemands et le NTSC un format américain, les têtes pensantes de la République s’indignèrent de l’absence de norme vidéo frrrrrançaise et élaborèrent donc un plan machiavélique pour repousser les viles ondes étrangères hors des frontières sacrées de notre beau pays verdoyant. Le SECAM était né. Il était bien entendu hors de question pour les Soviétiques d’adhérer à une norme Ouest-Allemande, ou pire, Américaine, restait la solution Française, qui avait l’avantage de ne pas être trop connotée idéologiquement. C’est pourquoi aujourd’hui encore, les Ouzbeks, les Kazakhs, les Russes mais aussi nos anciennes colonies africaines (promis juré, la France ne s’immisce plus du tout dans leur affaire depuis leur indépendance) diffusent en SECAM (ou en Numérique, mais ça, c’est une autre histoire).
*² Traduction : « Je veux ton âme… Viens voir Papa ! »

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


SKYWATCHERS
The Skywatchers Handbook (2010)
I monster a encore frappé !




APHEX TWIN
Selected Ambient Works 85-92 (1992)
Richard créa aphex, et il vit que c'était bon...

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Richard D. 'aphex Twin' James (musique)
- Jarvis Cocker & Martin Wallace (réalisateurs 1)
- David Slade (réalisateur 2)
- Chris Cunningham (réalisateur 3)


1. On
2. Donkey Rhubarb
3. Come To Daddy (director's Cut)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod