Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : I Monster
 

 Site Officiel (631)

AIR - 10 000 Hz Legend (2001)
Par SASKATCHEWAN le 28 Août 2008          Consultée 3841 fois

Quel chemin emprunter après deux sorties brillantes comme Moon Safari et la B.O. de The Virgin Suicides ? Une chose est sûre, on n’a pas eu longtemps à attendre pour connaître la réponse. En 2001, AIR nous gratifie d’une nouvelle livraison à l’orientation plutôt inattendue et à ce jour unique dans la carrière de nos deux Français. On se souvient que The Virgin Suicides proposait un Ambient épuré, porté par des nappes de synthés inspirées, des cordes typiques d’un accompagnement cinématographique et des basses judicieusement distribuées. Moon Safari quant à lui, dans la continuité de l’EP Premiers Symptômes, voguait sur les eaux tranquilles de la musique électronique aux influences seventies matinée de pop. 10 000 Hz Legend reprend ces différents ingrédients à son compte pour y ajouter un grain de folie salutaire et une richesse sonore sans pareille dans la discographie du groupe.

Vous avez dit richesse sonore ? Oui parfaitement. J’en veux pour preuve la variété d’instruments utilisés, synthés et boîte à rythme bien sûr, mais aussi harpe, batterie, guitare, basse, piano, harmonica… De plus, la cohorte de chanteurs et de chanteuses convoqués apporte une véritable diversité sur le plan vocal : de la chanteuse Trip-Hop Lisa PAPINEAU à la soprano Elin CARLSON, en passant par le chanteur américain BECK. BECK justement, a emporté dans ses valises les musiciens de son groupe (Justin MELDAL-JOHNSON et Roger MANNING), déjà présents sur la tournée de Moon Safari. A noter la participation de Brian REITZELL à la batterie, qui avait tant apporté à l’album The Virgin Suicides.
Du côté des effets, on nage en pleine rêverie électronique : les geysers de bulles répondent aux clappements mesurés, dans un océan de réverbération, de distorsion et de saturation. La structure des morceaux a aussi évolué depuis Moon Safari : les breaks sont plus nombreux, les influences plus variées (orientales, western, rock). Les instrumentaux travaillés (« Radian », « Caramel Prisoner ») répondent aux titres plus pop, plus efficaces (« Radio #1 », « Don’t Be Light »). Ces derniers se démarquent des « tubes » habituels de AIR par un côté plus échevelé, voire ironique sur les paroles de « Radio #1 » : « If you need some fun / some good stereo gum / Radio #1»*¹. Et plus loin : « Brand new ears at once / eject musical trash / Radio #1 »*².

A l’image de The Virgin Suicides, 10 000 Hz Legend est un album pratiquement exempt de temps mort. De l’ambiance feu de camp de The Vagabond au break final percussif de « People In The City », l’auditeur n’a guère le temps de s’ennuyer. Plus encore que sur Moon Safari, Jean-Benoît DUNCKEL et Nicolas GODIN exploitent le vocodeur pour produire des voix robotiques (« Electronic Performers »), des voix que l’on croirait sous hélium (« The Vagabond ») et bien d’autres intonations oscillant entre le loufoque et l’atmosphérique. Ce déluge de voix dénaturées nous amène directement au morceau « Wonder Milky Bitch », parcouru par la voix grave d’un faux crooner lubrique, avec un accompagnement très « Western » qui annonce l’album suivant : City Reading.

Pourtant, 10 000 Hz Legend possède bien quelques écueils. « How Does It Make You Feel » tout d’abord, un titre dominé par les synthés, assez commun dans l’ensemble, irrémédiablement gâché par des chœurs pas très heureux. On peut aussi souligner la ressemblance entre les refrains de « Lucky And Unhappy » et « People In The City » qui fait un peu tâche. Oui, c’est tout. Le reste de l’album, selon moi, est impeccable, foisonnant, joyeux, et que sais-je encore… 10 000 Hz Legend est le manifeste d’une électro foncièrement humaine, très loin des clichés du genre.

Il ne reste pas grand-chose à dire, si ce n’est que 10 000 Hz Legend est le véritable album du changement pour nos deux Versaillais, rôle que l’on attribue souvent, à tort selon moi, à Talkie Walkie, bien plus consensuel. Un indispensable, au même titre que The Virgin Suicides.


*¹ Traduction approximative : « Si tu as besoin de divertissement / de bon chewing-gum stéréo / numéro 1 à la radio ».
*² Idem : « Des oreilles toute neuves tout de suite / éjecte le déchet musical (la camelote musicale ?) / numéro 1 à la radio ».

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


POLYGON WINDOW
Quoth (1993)
Le polygone fenêtre contre-attaque




Klaus KINSKI
Scape Destructive Putrescent (2011)
Electro macabre


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Jean-benoît Dunckel (arrangements électroniques, chant)
- Nicolas Godin (arrangements électroniques, chant)
- Brian Reitzell (invité, batterie)
- Justin Meldal-johnson (invité, basse et chant)
- Roger Joseph Manning Jr. (invité, claviers et chant)
- Beck Hansen (invité, harmonica et chant)
- Jason Falkner & Ken Andrews (invités, chant)
- Buffalo Daughter, Sugar & Yumiko (invitées, chant)
- Lisa Papineau (invitée, chant)
- Jean Croc (invité, sifflet)
- Elin Carlson (invitée, chant soprano)
- Barbara Cohen (invitée, chant)
- Corky Hale (invité, harpe)
- Julia Sarr & Olyza (invitées, choeurs)
- Roger Neill (invité, chef d'orchestre choeurs, cordes et flûtes)


1. Electronic Performers
2. How Does It Make You Feel ?
3. Radio #1
4. The Vagabond
5. Radian
6. Lucky And Unhappy
7. Sex Born Poison
8. People In The City
9. Wonder Milky Bitch
10. Don't Be Light
11. Caramel Prisoner



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod