Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  B.O FILM

Commentaires (2)
Questions / Réponses (2 / 13)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1978 Toto
1979 Hydra
1981 Turn Back
1982 Toto Iv
1984 Isolation
1986 Fahrenheit
1988 The Seventh One
1990 Past To Present 1977-199...
1992 Kingdom Of Desire
  Greatest Hits Live... An...
2015 Xiv
 

- Style : Journey
- Membre : Vertigo, Steely Dan, Hiromi, David Gilmour , Judas Priest, Frederiksen-denander, Steve Lukather , 801
- Style + Membre : Yoso
 

 Hydrasolation - Le Siteweb Des Fans De Toto (1359)

TOTO - Dune (1984)
Par ERWIN le 3 Décembre 2010          Consultée 3188 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Nous marchons sur des sentiers sacrés. La tétralogie de Frank Herbert est un des piliers de la Science Fiction. Toto va créer à l’occasion de cette BO son unique contribution au monde du cinéma. Le pari est de taille, l’enjeu colossal : David Lynch dirige, les acteurs (dont Sting) ont été triés sur le volet, le peintre HR Giger créateur d’Alien est de la partie. Jusqu’à Brian Eno, pape de l’électronique qui vient prêter main forte à ses petits camarades américains. Rarement une telle débauche de moyens aura été mise en œuvre pour le succès d’un film et de sa BO.

Chacun connait l’exceptionnel talent de musicien des composantes de Toto. David Paich, âme du groupe, va comme à son habitude driver ce projet de A à Z, on y retrouve jusqu’à son père Marty, exceptionnel musicien et chef d’orchestre, à la conduite du Philarmonique de Vienne. Tous les autres : Luke et la « Porcaro connection » sont en rangs serrés derrière le jovial David, et vont délivrer leur unique performance de BO avec une énergie débordante de vitalité doublée d’une imagination admirable.
Je suis formel il n’y a dans ce skeud pas le moindre temps faible.

Mais voyez plutôt: l’introduction parlée par la rejetone De Laurentiis ne dérange pas le moins du monde suivie qu’elle est par le grandiloquent thème principal du film. Une mélodie majestueuse, envoutante mais finalement simple et d’une efficacité remarquable puisqu’inoubliable. Nous allons la retrouver ainsi que moult variations tout au long du skeud.
A chaque fois, le bon gout et une qualité exceptionnelle enrobent cette mélodie pour en tirer le meilleur parti.

Les percussions de « Robot fight », la douceur du « Leto’s theme », l’angoisse émanant de la mélodie de « The Box » dont chacun se souviendra l’expérience. L’énigmatique et fictionnaire « Trip to Arrakis », l’âpreté du « First Attack ». Aucun de ces titres n’est à laisser en chemin et chacun délivre une ambiance propre à relever davantage l’intensité du film.

Cela nous mène à la contribution de Brian Eno, le phénoménal visionnaire. Brian travaille depuis quelques temps déjà au projet de Dune sans cesse retardé pour des raisons financières, son attention s’est donc quelque peu dispersée en chemin mais il nous reste ce fantastique morceau qu’est le « Prophecy Theme ». Un chef d’œuvre d’ambiance irréelle et définitivement ensablée pour l’éternité. Le thème n’a pas pris une ride depuis sa sortie, bien au contraire.

La deuxième partie du skeud nous amène encore quelques bonnes surprises comme ce très Totoesque « Dune » ou la Guitare de Steve Lukather rugit de fort belle manière, on y retrouve avec plaisir les gimmicks habituels du groupe.

Un souvenir tout personnel me vient à l’esprit: lors du premier visionnage du film en cette douce année 84, on entend sur « Big Battle » quelques accords lachés par le guitariste. J’étais à l’époque en pleine crisette Van Halen tapping truc muche, et ce simple mais exceptionnel son de guitare m’a transporté en un instant dans le monde de Luke, que j’ai toujours depuis un intense plaisir à visiter tant l’instrumentiste est phénoménal. Un souvenir de guitare un vrai, et pas en concert!
Enfin, « Final Dream » si répétitive et lancinante qu’elle soit, nous plonge ensuite dans les délices d’une création mélodique hors normes. La BO s’achève sur un autre thème dominé par la guitare de Luke et le piano de Paich, ce « Take My Hand » qui rappelle étrangement certains titres d’Eric Serra , encore inconnu en 84, mais qui ne va pas tarder à sortir de sa boite.

Au final, voila peut-être la plus belle BO existante, en tout cas la plus pertinente, à conseiller à tout un chacun!

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Rod STEWART
Every Picture Tells A Story (1971)
Le dépucelage de rod avec maggie




Dave STEWART
The Ringmaster General (2012)
Exemple d'intégration !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Fergie Frederiksen (chant)
- Bobby Kimball (chant)
- Steve Lukather (guitare-chant)
- David Paich (claviers-chant)
- Steve Porcaro (claviers -chant)
- Mike Porcaro (basse-violoncelle)
- Jeff Porcaro (batterie-percussions)
- L'orchestre Symphonique De Vienne Dirigé


1. Prologue
2. Maint Title
3. Robot Fight
4. Leto’s Theme
5. The Box
6. The Floating Fat Man
7. Trip To Arrakis
8. First Attack
9. Prophecy Theme
10. Dune
11. Paul Meets Chani
12. Prelude
13. Paul Takes The Water Of Life
14. Big Battle
15. Paul Kills Feyd
16. Final Dream
17. Take My Hand



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod