Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Black Sabbath, Ghost
- Membre : Ozzy Osbourne , Buck Dharma , Dust
- Style + Membre : Dio
 

 Site Officiel (325)

BLUE ÖYSTER CULT - Blue Öyster Cult (1972)
Par PINHEAD le 13 Avril 2011          Consultée 2387 fois

Parmi les petites perles hard US du début des seventies, le BLUE ÖYSTER CULT (avec des trémas sur le O s'il vous plait) fait figure de référence. Un cas pourtant assez épineux : si aucun de ses albums ne fait l'unanimité critique, jamais le groupe n'a pu sortir une œuvre sans que d'autres crient au génie. Entre combo trop banal surestimé et pépite injustement oubliée, la formation originaire de Long Island a toujours suscité le débat.
Un nom tout de même assez bizarre (le culte de l'huitre bleue), un intérêt flou pour la science-fiction, un logo énigmatique que les puritains n'hésiteront pas à associer à la svastika (croix gammée), des chansons lorgnant parfois vers l'idéologie nazie... D'autant plus paradoxal que la majorité des membres, y compris le leader Eric Bloom, est de confession juive... Une chose reste pourtant sûre : Le BÖC est un groupe fondateur, et ce premier album qui chavire entre hard et rock psychédélique est carrément intriguant.

A commencer par cette pochette où le visionneur se retrouve totalement perdu. Les dimensions? Le ciel étoilé? Le noir? Les frontières? Un symbole?
Assez Dark tout ça!
Notez tout de même l'année (1972): le Hard Rock n'en était qu'à ses débuts, et il n'y avait bien que Vincent Furnier (plus connu sous le nom d'ALICE COOPER) pour faire du hard rock aux Etats-Unis. BÖC arrive avant KISS et AEROSMITH dans la digne lignée du groupe STEPPENWOLF : Une formation typique de blues psychédélique qui avait moult fois approché le genre hard.

C'est surement cette influence directe qui a déterminé le style du BÖC : un hard rock décomplexé aux forts relents acides. Pas étonnant non plus de retrouver un hymne biker qui se réfère explicitement à l'incident d'Altamont*, en prenant parti pour les Hells Angels. Le BÖC, un groupe à controverse?? Nooooooon... (ironique). Et ce fameux "Transmaniacon MC" est loin d'être un morceau décevant! Complètement pompé sur "Born To Be Wild" (que le groupe reprendra plus tard en concert), le titre s'avère même carrément jouissif. Un bon titre hard qui défouraille comme l’œuvre en est parsemée : riff et soli tranchants, soutenus par une rythmique carrée et de temps en temps un orgue complémentaire : telle est la recette des tueries de ce premier album. "Stairway To The Stars" en tête, et le sulfureux "City on Flames With Rock n Roll" pour citer les meilleures. La folie électrique de "Before The Kiss a Redcap" dans un registre Heavy Blues est très efficace en son genre, notamment grâce aux guitares tortueuses qui se glissent impunément dans des couplets entourant un break plus rock n' roll relativement bien interprété.

Mais malgré sa musique agressive, le BLUE ÖYSTER CULT reste néanmoins un groupe intellectuel, comme le montre la face cachée de l'iceberg. Une face multicolore et complètement psychédélique qui se cache derrière ce Hard rock blanc et froid. La démonstration commence avec la magnifique ballade "Then Came The Last Days Of May" où la chaude voix et la délicate guitare de Donald "Buck Dharma" Roeser embaument d'un doux parfum d'été les sillons qui circulent inlassablement sur la platine. Le départ est ensuite carrément amorcé avec le planant "Scream" aux divins relents de Space Rock qui enchaîne avec le tout aussi intriguant "She's As Beautiful As A Foot", une curieuse déclaration ("Elle est aussi belle qu'un pied" dixit le traducteur) à l'ambiance lysergique, preuve que l'huitre bleue doit vraiment avoir un goût acidulé.

Et même si le BÖC ne possède pas ce qui FAIT un groupe de hard dans les années 70, c'est à dire un vocaliste acrobate et charismatique, la légèreté du ton des chanteurs qui se relayent (même si Eric Bloom rafle la part du lion en étant "officiellement" le chanteur du groupe, quatre chansons sur dix sont interprétées par d'autres membres) fait oublier ce besoin superflu, par exemple sur l'enjoué "Redeemed"

Malgré l'épaisse couche de poussière qui s'est déposée au fil du temps sur cet album, il va sans dire que les compositions restent intactes. Un peu vieillotes certes, mais le meilleur reste à venir. Annoncé en grandes pompes par "I'm on the Lamb But I Ain't No Sheep" (pfiou, quelle idée de faire des titres aussi longs!), le prochain effort concrétisera à la perfection ce premier essai parfois un peu maladroit à l'image du morceau cité. Noir et blanc? Arrive le rouge pour pimenter un peu ce Hard Rock peut-être encore un peu timide. Tournez la page, le prochain chapitre Tyranny And Mutation s'annonce jouissif dans ce grand roman de science-fiction.
Son titre? BLUE ÖYSTER CULT bien entendu!

4/5

Coup(s) de coeur: "Transmaniacon MC"


*Festival organisé par les ROLLING STONES en 1969 sur un circuit automobile, avec pour toute sécurité un gang de motards payés en bières. Un spectateur y trouva la mort, assassiné par un membre de la sécurité. On a souvent tendance à associer cet événement avec la fin du mouvement hippie.

A lire aussi en HARD ROCK par PINHEAD :


BLACK SABBATH
Black Sabbath (1970)
La messe noire

(+ 4 kros-express)



BLACK SABBATH
Paranoid (1970)
Honteusement parfait !

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Eric Bloom (chant, guitare, claviers)
- Albert Bouchard (chant, batterie)
- Joe Bouchard (chant, basse)
- Allen Lanier (guitare rythmique, claviers)
- Donald “buck Dharma” Roeser (chant, guitare)


1. Transmaniacon Mc
2. I'm On The Lamb But I Ain’t No Sheep
3. Then Came The Last Days Of May
4. Stairway To The Stars
5. Before The Kiss, A Redcap
6. Screams
7. She's As Beautiful As A Foot
8. Cities On Flame With Rock And Roll
9. Workshop Of The Telescopes
10. Redeemed



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod