Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Black Sabbath, Ghost
- Membre : Ozzy Osbourne , Buck Dharma , Dust
- Style + Membre : Dio
 

 Site Officiel (376)

BLUE ÖYSTER CULT - Spectres (1977)
Par ERWIN le 6 Mars 2012          Consultée 2537 fois

Le cinquième album du BLUE OYSTER CULT sort la mythique année 1977, après 4 œuvres d’une qualité que l’on hésitera pas à qualifier d’exceptionnelle. Ce skeud à l’ambiance « soirée ésotérique » quelque peu malmené par la critique à sa sortie et peu plébiscité par les fans est néanmoins à mon humble avis un « masterpiece », et l’oeuvre la plus aboutie jamais composée par les cinq musiciens de génie.
Mais commençons plutôt par les classiques inusables qui hantent les détours de ce skeud. A tout seigneur tout honneur, nous constatons sans plus attendre la présence de « Godzilla » hymne gargantuesque pachydermique qui devient dès la sortie de l’opus un des incontournables du Culte de l’huitre bleue. Juste à coté, nous avons « R.U. ready 2 rock », chef d’œuvre de hard Rock psychédélique ambiancé plein à craquer de couplets et de bridges tous plus phénoménaux les uns que les autres. Je soulignerai juste que les versions live de cette chanson – souvent rapides et incisives- touchent au sublime.

Avez-vous jamais tenté l’écoute de « Goin threw the motion » nantis d’une preille tolérante ? Si la réponse est positive, vous n’aurez pas su résister au charme adolescent de cette comptine ou le chant d’Eric BLOOM est d’une douceur d’un autre monde. Cette ligne discrète mais omniprésente de synthés lumineuse est un must ; Un vrai régal de bonne humeur. On est loin des standards du Hard Rock certes, mais quel plaisir !
Abordons dès à présent le morceau ultime de Spectres, j’ai nommé « Nosferatu » quel plus bel hommage au titre de cet album. Une ligne épique de guitare poursuivie sans cesse par un piano d’une beauté romantique à se damner. On touche au sublime, que se soit dans un sens féérique ou infernal. L’ambiance est magnifique de clarté, et on imagine bien les tourments vécus par le Vampire, une BO parfaite digne des « Griffes de la nuit » de Murnau. Signalons en outre que cette pièce unique est chantée par le discret bassiste Joe BOUCHARD.
Le reste est loin de faire « remplissage », le chant de Buck sur « Golden age of leather » ne pourra que vous mettre de bonne humeur, alors que « Death valley night » et « I love the night » œuvrent dans une ligne slow mélodique chère à nos New Yorkais, qui se transforme en hymne hard pourvu des chœurs les plus maitrisés que vous trouverez dans le business du Metal lourd. Pensez donc, nous avons là autant de chanteurs que de musiciens, en décomptant le multi instrumentiste Allen Lanier ! Sur « Fireworks », on retrouve tous les ingrédients qui font le succès du Cult pour une vraie réussite mélodique. « Searchin for Celine » voit les claviers de Lanier et la basse de Joseph Bouchard prendre les rênes de cette chanson plus proche de certaines influences funk, comme il sied à ces intellectuels, toujours pusillanimes.

Un mot sur le travail absolument remarquable de Donald Roeser sur cet album. Jamais répétitif, loin d’être démonstratif, le petit guitariste parvient néanmoins toujours à livrer des solos d’une beauté à couper le souffle comme sur « Celine » et « I love the night », sans même évoquer les classiques ici présents. Enfin, « Celestial the queen » est un poil en dessous mais reste de bon aloi.
Du coup, il ne serait être question de mettre moins de cinq étoiles à cet album classique de bout en bout. Si vous avez auparavant suivi les critiques musicaux et passé votre chemin en arrivant sur Spectres, je vous engage vivement à revenir sur vos pas car vous avez raté un épisode important de la rock music.

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


SLAYER
Seasons In The Abyss (1990)
Vivement déconseillé pour la drague




SLAYER
South Of Heaven (1988)
Aprés l'enfer, le paradis !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   ARP2600

 
   (2 chroniques)



- Eric Bloom (guitare - chant sur 4, 6 et 8)
- Donald Buck Dharma Roeser ( guitare, chant sur 1, 2 et 9)
- Albert Bouchard (batterie - chant sur 3 et 5)
- Joe Bouchard (basse - chant sur 7 & 10)
- Allen Lanier (claviers - guitare)


1. Godzilla
2. Golden Age Of Leather
3. Death Valley Nights
4. Searchin’ For Celine
5. Fireworks
6. R.u. Ready 2 Rock
7. Celestial The Queen
8. Goin’ Through The Motions
9. I Love The Night
10. Nosferatu



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod