Recherche avancée       Liste groupes



      
REPRISES AVEC ORCHESTRE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Genesis, Malicorne, Manu Katché , Steve Gadd Band, The Purple Helmets

Peter GABRIEL - New Blood (2011)
Par MARCO STIVELL le 14 Novembre 2011          Consultée 2589 fois

Oh la belle pochette minimaliste que voilà, sur fond noir en plus... Pas de doute, Peter GABRIEL nous convie une nouvelle fois à ses aventures symphoniques, dont on est sûrs et certains sans rien savoir de l'album qu'attendre une nouvelle fournée originale de la part du chanteur conduira à une déception. L'heure est toujours à la reprise, mais cette fois ce ne sont plus "les autres" qui sont concernés, c'est uniquement Peter. On nous aurait donc menti, après Scratch My Back, I'll Scratch Yours (pour rappel, des artistes divers qui reprennent Peter GABRIEL) ne paraîtra pas ? A la place, on a New Blood, Peter par Peter, dans la lignée de Sting par Sting et j'en passe, en version symphonique.

Rien qu'au vu de la set-list, on remarquera une prise de risques inexistante concernant le choix de chansons. Peter a allègrement pioché dans ce qui a été joué lors des tournées depuis 2002, en préférant les tubes surentendus aux quelques raretés qui ont constitué l'essentiel du Warm Up Tour en été 2007, par exemple. "Sledgehammer" est absent, mais pas "Solsbury Hill", ni "Digging in the Dirt", ni "In Your Eyes", ni "Red Rain", ni "Don't Give Up", il y a donc de vrais morceaux de So, plus que du reste dans le potage. La seule exception reste "Wallflower", que Peter a fort heureusement ressorti des tiroirs depuis la tournée Scratch My Back (et pour la première fois depuis 1983), ce que tout le monde ne pouvait donc voir. Bah, de toute façon, dans l'ensemble, c'est ce que la plus grande partie du public voulait entendre, et ces chansons restent superbes malgré les milliers d'écoute...

Le remodelage lui aussi est ce qu'il est. Scratch My Back était un concept agréablement surprenant, New Blood lui sera agréablement écoutable. Non seulement l'étonnement n'est plus de mise, mais en plus il faut reconnaître qu'au moins 85 % des idées de l'album étaient prévisibles. Il y a bien des changements, mais les chansons sont très aisément reconnaissables et plutôt fidèlement reproduites, et ce n'est pas seulement grâce au chant. Rien que dans le choix des harmonies, par rapport à "ce qui a été fait avant" dans l'absolu, Peter n'est pas encore en passe de devenir son propre Wagner ou Stravinsky. Quoique concernant le maître russe, on décèlerait presque quelques clins d'oeil dans les cordes rythmiques de "Intruder" (mais ne vous emballez pas, ça reste du 4/4)...

Il y a d'abord au moins le chant. Presqu'aucun des morceaux n'a été transposé, ce qui rassure énormément sur les capacités vocales de Peter à 61 ans. Et l'organe n'a décidément rien perdu de son grain chaleureux, il nous prendra juste à revers dans ses quelques intonations "gothiques" comme sur les couplets de "Darkness".
Ensuite, même si on s'attendait plus ou moins à cette forme globale des chansons, Peter n'a pas hésité à mettre en valeur certaines parties, ou carrément à en enlever. Ainsi, "Downside-Up" s'arrête à un "pull me in" grave et profond, le décollage final ne survient jamais, ce qui contre toutes attentes n'est guère frustrant tant l'idée est bien amenée. "Digging in the Dirt" aussi trouve fin à son pont, et n'y aurait le chant, ce serait l'une des chansons les plus difficilement "saisissables" de l'ensemble. A l'inverse, beaucoup d'autres sont plus "linéaires", pour ne pas dire totalement conformes. "The Rhythm of the Heat" contient exactement la même progression, sauf qu'à la place du gros synthé originel, on a une timbale et des contrebasses, à la place des effets on a des vents, et le tout converge vers un final à la longueur plus conséquente, aux cavalcades fameuses de cordes et cuivres/piccolos stressants. Le disque, d'une manière extrêmement similaire à celle qu'ont d'autres oeuvres plus populaires d'enchaîner chansons up-tempo et ballades, fait se succéder des moments reposants à d'autres plus inquiétants. A ces derniers apppartiennent aussi "Intruder", remarquable notamment lors du pont où les instruments s'entrechoquent, ou encore "Darkness", mémorable pour son riff asséné par l'ensemble de l'orchestre et pour les parties mélodiques toujours aussi belles.

Parmi les titres inclassables, "San Jacinto" n'étonnera réellement guère que par la simplicité de son refrain, à base de nappes de cordes et finissant en mineur pour la coda sombre, et "Mercy Street" se savourera comme cela aura toujours été le cas, sans la surprise de la première fois. Quant aux chansons plus "lumineuses" (musicalement parlant), "Downside-Up" est remplie d'effets "gentle", "In Your Eyes" brille en particulier grâce aux flûtes de la seconde partie et son envolée vocale finale, "Red Rain" révèle une certaine richesse d'instrumentation là où son originale se faisait sobre (la fin), "Blood of Eden" (seul réel apport original du CD bonus où les chansons sont présentes dans leur forme instrumentale) est une merveille de bout en bout (ces voix !). Sur tous ces titres plus que les autres, Peter bénéficie du concours vocal fragile de sa fille Melanie et de Ane Brun, celle-ci donnant une autre dimension à "Don't Give Up" bien qu'encore tout en suavité. "Wallflower" -seul titre où les lignes vocales ont été un peu modifiées- et son petit piano représentent un bijou de simplicité, tout comme la partie instrumentale douce "The Nest That Sailed the Sky"/"A Quiet Moment" (ce dernier n'est pas une chanson inédite, on n'y entend que la mer !). Quant à "Solsbury Hill", j'avais tendance à trouver les cuivres en surplus la première fois, maintenant j'ai fini par les adopter, et ce moment est tellement appréciable que, placé comme cela à la fin, il faut espérer que ce ne soit pas le dernier mot musical de Peter GABRIEL.

Bien structuré et réalisé, ce disque ne sera pas, à l'instar de Scratch My Back, le nouveau chef-d'oeuvre du chanteur. Il est seulement plus évident que son prédécesseur, dans la manière dont on l'appréciera.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


Anthony PHILLIPS
Ahead Of The Field (2010)
Ant joué par d'autres




Sarah BRIGHTMAN
The Trees They Grow So High (1988)
Chansons traditionnelles en piano-voix lyrique


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Peter Gabriel (chant)
- Melanie Gabriel (chant, choeurs)
- Ane Brun (chant, choeurs)
- Tom Cawley (choeurs)
- John Metcalfe (orchestrations)
- Ben Foster (direction de l'orchestre)
- The New Blood Orchestra


1. The Rhythm Of The Heat
2. Downside-up
3. San Jacinto
4. Intruder
5. Wallflower
6. In Your Eyes
7. Mercy Street
8. Red Rain
9. Darkness
10. Don't Give Up
11. Digging In The Dirt
12. The Nest That Sailed The Sky
13. A Quiet Moment
14. Solsbury Hill

- cd Bonus
1. Le Même Disque En Version Instrumentale
2. Blood Of Eden



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod