Recherche avancée       Liste groupes



      
COUNTRY FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marie-annick Lépine
 

 Site Officiel (587)

Les COWBOYS FRINGANTS - Que Du Vent (2011)
Par GEGERS le 7 Décembre 2011          Consultée 1340 fois

Quatre années après la parution de ce chef-d'œuvre que reste l'album L'Expédition, les COWBOYS FRINGANTS décident de prendre le contrepied parfait de cet album qui leur a permis de s'imposer en Europe malgré une promotion inexistante. Que Du Vent, avec ses tempi enjoués ainsi que ses chœurs omniprésents et fédérateurs, se veut en effet un album bien plus festif et léger. Qui a dit futile ?

Accouché dans l'urgence après une tournée éreintante, ce nouvel album des Cowboys québécois est pensé et taillé pour la scène. Loin des considérations humanistes et philosophiques du précédent opus, le groupe retrouve ici l'ironie et l'humour qui faisait fureur sur Motel Capri et Break Syndical. La verve gentiment moqueuse ou tendrement mordante de JF-Pauzé, parolier de la totalité des morceaux, est de retour, et fait plaisir à entendre. La tête pensante des Cowboys brocarde ces stars d'un jour qui vendraient père et mère pour leur moment de gloire (« Télé »), se moque du groupe sur « Hasbeen » et « Party » avec force de second degré et d'un humour qui ne sont pas sans rappeler les « Shack à Hector » et autres joyeusetés. Inutile de dire que les nostalgiques seront aux anges, tandis que ceux qui ont pris le train des Cowboys avec La Grand-Messe découvriront ici la facette la festive du groupe, légèrement mise en retrait depuis l'album pré-cité.

Malgré tout, dans ce registre léger, les COWBOYS atteignent leurs limites, ne parvenant à proposer des morceaux supérieurs à ceux, fondateurs, qui ont permis au quatuor d'atteindre le statut de groupe culte au Québec. Impossible de résister à « Paris-Montréal », qui fera effectivement fureur en live, à force de « Oh oh oh » scandés à l'envi. Néanmoins, « Hasbeen » et « Party », bien que sympathiques, trouvent rapidement leurs limites et peinent à tenir la comparaison avec leurs glorieux prédécesseurs. Sueur froide. Fort heureusement, Que Du Vent ne se limite pas à cela !

Non, car les années ont passé, et les COWBOYS ont mûri. Le savoir-faire de JF-Pauzé et Marie-Annick Lépine dans la composition de morceaux plus posés et profonds s'est encore affiné, et si guitare électriques et chœurs imposants donnent un ton résolument léger et orienté scène à l'ensemble, sous la surface se cache une richesse musicale et textuelle d'une très grande qualité. La porte de l'Expédition n'est pas totalement fermée, et le groupe nous le rappelle en proposant « L'horloge », titre calme qui, à la manière d'« Entre deux taxis » ou « Droit devant » sur l'album précédent, narre les vicissitudes de l'existence et du temps qui passe avec une tendresse empathique. Le morceau « Que du vent », porté par une mélodie flamboyante et le chant délectable de Karl Tremblay, joue sur son côté espiègle et mélancolique, pour s'imposer comme une des meilleures pièces de l'album. Les COWBOYS renouent également avec les ambiances de La Grand-Messe, en proposant des titres conscientisés et politisés : le mordant « Classe moyenne (avec anchois) », se veut un véritable brûlot country-rock irrésistible, tandis que « Shooters », une pièce tendre et toute en progression, traite du drame du chômage avec une justesse effroyable. Encore une fois, les mélodies font mouche, et même si les COWBOYS se reposent sur leurs acquis on ne peut rester de marbre à l'écoute de cette beauté brute et à fleur de peau.

Malgré une petite frayeur et quelques titres à l'intérêt limité (« Comme Joe Dassin » qui marque néanmoins le retour des cuivres, « On tient l'coup » aux allures de face B), les COWBOYS livrent avec Que Du Vent un album à tiroirs qui délivre à chaque écoute un peu plus de ses secrets. Un résultat finalement à la hauteur des attentes, en espérant que le groupe retrouvera l'ambition et l'audace artistique de La Grand-Messe et L'Expédition sur sa prochaine réalisation.

3,5/5

A lire aussi en COUNTRY par GEGERS :


Austin LUCAS
A New Home In The Old World (2011)
Miracle thérapeutique




Chuck RAGAN
Covering Ground (2011)
Finalement, ça va


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Karl Tremblay (chant)
- J-f Pauzé (guitare)
- Marie-annick Lépine (violon, mandoline, accordéon, piano, voix)
- Jérôme Dupras (basse, guitare, percussions)


1. Télé
2. Paris - Montréal
3. Marilou S'en Fout
4. L'horloge
5. Que Du Vent
6. Classe Moyenne (avec Anchois)
7. Comme Joe Dassin
8. Hasbeen
9. Party!
10. Shooters
11. On Tient L' Coup



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod