Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1975 High Voltage
  Tnt
1976 High Voltage (int)
  Dirty Deeds Done Dirt...
  Dirty Deeds Done Dirt Ch...
1977 Let There Be Rock
1978 Powerage
  If You Want Blood....
1979 Highway To Hell
1980 Back In Black
1981 For Those About To Ro...
1983 Flick Of The Switch
1984 '74 Jailbreak
1985 Fly On The Wall
1986 Who Made Who
1988 Blow Up Your Video
1990 The Razors Edge
1992 Live At Donington
  Live
1995 Ballbreaker
2000 Stiff Upper Lip
2001 Stiff Upper Live
2008 Black Ice
2011 Let There Be Rock
2014 Rock Or Bust
 

- Style : The Darkness , Guns N' Roses, The Dead Daisies
- Membre : Dio, The Firm
 

 Site Officiel (393)
 Highway To Ac/dc (fan Site) (894)

AC/DC - High Voltage (1976)
Par A.T.N. le 13 Février 2012          Consultée 3460 fois

4 lettres électriques. Un uniforme d’écolier. Une légende.
3 accords. Toujours les mêmes, sous une forme ou une autre. Du blues joué au métronome. Du blues joué très fort, sur une section rythmique sobre et carrée. Bref, du ROCK*.
2 frères. Un pondeur de riffs implacables, et un diablotin épileptique qui trousse des solos irradiés en pentatoniques survoltées sur sa Gibson SG.
1 voyou au micro. Formidable gueulard. Petite hyène bourrée d’humour et de malice.
0 doute : AC/DC est un des groupes les plus importants du XXème siècle.

Leur histoire commence en Australie, où ces jeunes émigrés écossais (Malcolm et Angus YOUNG, issus d’une grande fratrie), ayant recruté le chanteur Bon SCOTT, font parler d’eux sur les scènes de la grande île. Deux albums voient le jour localement en 1974 et 1975 et font du boucan. Ce blues rapide et électrifié jusqu’à la moëlle finit par résonner dans les majors, et en 1976 sort (en Europe et aux USA cette fois) un condensé de ces 2 albums, le bien nommé High Voltage.

Et le monde découvre avec jubilation ce savoir-faire chirurgical, cette science diabolique du riff, qui conduit n’importe quel être humain (faites le test avec votre voisin, votre grand-mère, votre expert-comptable, votre enfant de 4 ans) à battre du pied en rythme, ou à secouer la tête binairement, au plus tard pendant le deuxième couplet. C’est de la sorcellerie. Les frères YOUNG sont les condensés de Keith RICHARDS, Ray DAVIS et Ritchie BLACKMORE dans leur capacité à créer LE riff qui désarme totalement par son évidence, sa communicativité immédiate. Angus le soliste, le plus jeune des deux, construit le mythe avec un son très aigu, tranchant, qu’il ne modifiera jamais dans ses solos de possédé. Après des essais scéniques avec Spiderman ou Zorro, il s’arrêtera finalement sur un costume d’écolier pour définir ce qui deviendra le symbole du groupe.

Le plaisir est décuplé par le frontman qui braille des paroles au second degré, où il sera toujours question de filles qu’on aime se faire, ou qu’on va se faire, ou qui refusent de se laisser faire… sinon d’enfants à problèmes, de la dure vie de rocker... Des thèmes simplissimes, bien virils, des propos de bar, si jouissifs à gueuler par-dessus ces riffs carrés. D’autant que SCOTT est terriblement balèze pour poser sa voix sur le beat, faisant partie intégrante de la machine magique.

Dans ce livre premier des Tables de l’Electricité, on notera la jubilatoire cornemuse (très rare incursion d’un instrument acoustique, hommage à leur Ecosse natale ?) de « It’s A Long Way To The Top » - cette note qui perdure sur les power chords, c’est extraordinaire ! -, la construction des excellents « Live Wire » ou « High Voltage », le refrain entêtant de « Rock’n’Roll Singer », le blues pokerien de « The Jack » repris en chœur dans les salles du monde pendant les 40 ans qui vont suivre, les paroles d’enfer de « She’s Got Balls »… et tous ces riffs mémorables, à la pelle, portés par la complémentarité des deux frangins.

Un petit bémol pour le trop boy-scout « T.N.T », balourd et convenu, mais l’album n’en est pas moins bonnard de bout en bout. Il annonce des morceaux encore plus incroyables sur les albums suivants.




* Les frères YOUNG ne diront jamais jouer autre chose que du 'rock’n’roll', et toute autre étiquette n’est qu’une création journalistique pour débattre stérilement de frontières sans intérêt.

A lire aussi en ROCK par A.T.N. :


The ROLLING STONES
Sticky Fingers (1971)
The best of the best of rock'n'roll...




ARCADE FIRE
Reflektor (2013)
Incontournable


Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
  N/A



- Bon Scott - Voix
- Malcolm Young - Guitare Rythmique, Choeu
- Angus Young - Guitare Solo
- Phil Rudd - Batterie
- Mark Evans - Basse, Choeurs


1. It's A Long Way To The Top (if You Wanna Rock 'n'
2. Rock 'n' Roll Singer
3. The Jack
4. Live Wire
5. T.n.t.
6. Can I Sit Next To You Girl
7. Little Lover
8. She's Got Balls
9. High Voltage



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod