Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Philippe LAVIL - La Part Des Anges (2012)
Par MARCO STIVELL le 10 Mai 2012          Consultée 1140 fois

En avril 2012, Philippe LAVIL passe dans une émission sur France 2 et y donne un bon résumé de son parcours musical. Lancé par un tube en 1970 («Avec les Filles Je Ne Sais Pas»), il connaîtra une traversée du désert jusqu'à son retour sous les feux des projecteurs grâce à Didier Barbelivien en 1982 avec «Il Tape Sur Des Bambous», puis «Elle Préfère l'Amour en Mer» en 1985. En une phrase, j'ai résumé tout ce que ce brave Philippe lui-même considère comme les points noirs de sa carrière car bien qu'ils lui aient apporté la reconnaissance, ces tubes éclipseront tout ce qui émanera réellement de lui, ce qu'il tenait vraiment à faire. Ses albums de la fin des années 80 et du début des années 90 n'auront pas le succès escompté, et ne parlons pas de ceux qu'il publie plus ou moins régulièrement depuis. Pour le grand public et les underground, rien à faire, il reste le minet de quelques tubes, à reléguer aux oubliettes (comme tout ce qui vient de la variété pour les underground d'ailleurs). C'est proprement regrettable car si on peut effectivement dire que son style ne l'a jamais été, underground, loin de là, le personnage demeure attachant et sa musique également, pour peu que l'on aime rêver des îles dans un style léché. Pour ma part, j'ai en partie grandi avec le Zest of de Philippe LAVIL, paru au milieu des années 90, ça règle vite la question.

La Part des Anges ne fait pas exception à cette règle. Ce dernier album tient lui aussi à nous parler d'amour, de voyage et de plages d'argent, mais toujours avec un certain second degré. Dans ladite émission, Philippe parle de son accident de ski survenu en 1997, où il aurait pu laisser sa peau sinon pire, finir tétraplégique. Dès lors et plus que jamais, il ressent le besoin de chanter des choses simples et avec un certain détachement. Sa musique était déjà éprise d'une forte sérénité et le bonhomme étant aujourd'hui sexagénaire -mais toujours playboy-, il ne faut plus en espérer grand-chose d'autre (quoique...).

La Part des Anges n'est qu'à moitié un disque original. Pour savoir facilement quelles chansons le sont, il faut retenir celles qui ont été éditées par Ampsa / Palass, soit «Sur Mon Epaule», «La Fille du Train», «Mercurochrome», «Viens Voir Ce Que tu Deviens» ainsi que «La Part des Anges». Cette dernière est déjà une invitation au voyage (comme la pochette), c'est la seule nouvelle chanson entièrement écrite par Philippe et la plus entraînante du disque grâce à son rythme typiquement zouk. Le mambo «Mercurochrome» est un duo avec l'un des architectes du disque, Camille Bazbaz. Le piano et l'accordéon soulignent ce nouveau clin d'oeil aux femmes, également présent sur «La Fille du Train» où apparait Bryony Perkins, une jeune artiste anglaise amie de Bazbaz, et où la profondeur se mêle à la légèreté. «Viens Voir Ce Que Tu Deviens» est sans doute la plus belle de toute, augmentée d'une flûte traversière fort agréable.

Plus haut, il était sous-entendu que l'autre moitié du disque est constituée de reprises, self-reprises en fait, mais l'artiste est coutumier de cela depuis bien longtemps. Il a presque pioché exclusivement dans ses derniers albums, à partir de 1997. Sans être particulièrement détonantes par rapport aux originales, «Sous les Moustiquaires» et «Sous le Même Soleil» (cette dernière étant un duo avec le tout aussi brave Louis Chédid) sont moins chargées en arrangements et font ressortir pour le coup des influences reggae fort sympathiques. «Ti Case» est là aussi une splendeur minimaliste, la surprise reposant sur la présence des steel drums aux côtés de la guitare nylon. «Ailleurs C'est Toujours l'Idéal» quant à elle nous offre le plaisir d'un tempo un peu plus pop-rock avec relents d'orgue Hammond, de guitare rêveuse... Une seule exception car nettement plus ancienne, «Fort de France» que l'artiste a déjà revisité plusieurs fois et qui donne en réalité l'occasion d'une participation de Laurent Voulzy, dont Philippe est un grand admirateur. Le texte a été un peu revisité pour laisser un peu de place à la Guadeloupe natale de l'auteur de Caché Derrière et Lys & Love. Cette version a ma faveur, tout comme celle de Déménage en 1994 car acoustique, splendide avec ses flûtes et ses steel drums. Une bien jolie conclusion.

L'album est assez court (33 minutes) mais suffisant par rapport à l'ambiance recherchée. Les arrangements sont bien pensés quoique sans folie (on appréciera en particulier les guitares, les flûtes, les steel drums !). Les chansons sont agréables et la voix aussi, toujours bien qu'elle ne s'aventure plus trop. Philippe LAVIL mérite mieux que le concept de la ménagère (que je trouve lassant) et si ce dernier album n'est pas son meilleur, il nous permet de passer un beau moment comme d'habitude, entre bateaux, cocotiers et ventilateurs.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Juliette ARMANET
Petite Amie (2017)
Pop-variété française




Alain SOUCHON
Toto 30 Ans, Rien Que Du Malheur... (1978)
Souchon et Bretons


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Philippe Lavil (chant)
- Taofik Farah (guitares)
- Jérôme Perez (guitares)
- Viryane Say (basse)
- Nicolas Rajaonarisoa (batterie)
- Andy Narell (steel-drum)
- David Hadjaj (cuivres)
- Yann Cléry (flûte)
- Pierre-michel Balthazar (percussions)
- Frédéric Kret (violoncelle)
- Fabrice Colombani, Christiane Prince (choeurs)


1. La Part Des Anges
2. Sous Le Même Soleil (en Duo Avec Louis Chédid)
3. Sur Mon Epaule
4. Sous Les Moustiquaires
5. La Fille Du Train (en Duo Avec Bryony Perkins)
6. Ti Case
7. Mercurochrome (en Duo Avec Bazbaz)
8. Viens Voir Ce Que Tu Deviens
9. Ailleurs C'est Toujours L'idéal
10. Fort De France (en Duo Avec Laurent Voulzy)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod