Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Robbie WILLIAMS - Take The Crown (2012)
Par ERWIN le 9 Janvier 2013          Consultée 1738 fois

Drôle de truc, la vie de Rock star… La bonne étoile de Robbie WILLIAMS le guide toujours au travers des écueils de cette vie pourtant généralement portée sur les excès. Le boy band ultime, la reconnaissance Internationale de l’artiste solo, quelques turpitudes inévitables, quelques bas, beaucoup de hauts, et nous voilà déjà avec 38 berges au compteur. Le renouvellement n’est pas une sinécure loin s’en faut. La mode est un rouleau compresseur sans aucun état d’âme. Alors c’est avec bonhommie et une certaine modestie que Rob va se lancer dans la neuvième aventure de ses albums solo. Il s’acoquine pour l’occasion avec de parfaits inconnus, Tim Meltcaffe et Flynn Francis des Aussies potes de sa femme, qui ont su appâter la poule aux œufs d’or. Et là, magique ! La formule prend, les gars pondent en une semaine de quoi remplir un album. Et c’est un opus d’une pop assez ultime que vous tenez entre les mains, suivant la rennaissance des TAKE THAT… Nul n’est parfait…

Alors, si vous ne me croyez pas, écoutez donc le premier single « Candy » et ses arrangements que vous penserez avoir écouté des millions de fois… Mais il n’y a rien à faire, le plaisir est bien là, on a envie de se trémousser en entendant ce morceau taillé pour l’été et les dance floors de bord de mer. Un petit sucre d’orge, comme le titre pourrait le laisser supposer, et un numéro 1 au Billboard. Le second single «Different» - qui vient à peine de sortir - est un titre poppy de bonne facture. Voilà de la bonne variété. Pour peu que vous ne soyez pas trop difficiles, cela devrait vous convenir. Robbie y est indéniablement à son aise, dans son répertoire : des mélodies faciles et quelques harmonies sympas sur les refrains. Cela ne révolutionnera pas la musique mais donne envie d’investir les dance floors, et quelques effets alternatifs sur les grattes rendent le titre original. Bon, cela reste du business, du coup, ces deux singles sont du compositeur chevronné Andy Barlow, spécialistes ex-hits en perfide Albion.

Le riff light de « Shit on the radio » est-il un regret de son début de carrière ? Bah non, faut pas rêver, un chti côté dance, disco, bien dans la mouvance définitivement pop de notre artiste. « All that I want » a un son new wave des eighties très marrant, c’est celui de l’époque et même la batterie sonne boîte à rythmes cartonnée, les synthés sont cheap et rappelle A-ha. « Hunting for you » est agréable, et « Into the silence » vous rappellera une ambiance à la U2, sympatoche. Nos estimés collègues rosbifs voient dans « Hey wow yeah yeah » un hommage à ce brave Plastic BERTRAND… Cela me laisse pantois… Certes le titre a un petit côté agressif, de là à le stigmatiser punky pop… Il y a une dimension d’écart que je ne franchirais pas, mais cela reste écoutable. Puis « Not like the others » propose un rythme rapide et offensif, nanti d’un refrain efficace. Les titres que je préfère sont ceux qu’on trouve au début de l’album « Gospel » est assez addictive et le meilleur morceau de l’opus doré est incontestablement « Be a boy »… On pensera ce que l’on veut des paroles, surtout après avoir pris connaissance des tabloïds angliches sur la sexualité de l’icône londonienne. Enfin, l’opus s’achève sur une pseudo ballade « Loosers », chantée en duo avec la chanteuse LISSIE, un brin simpliste, on croirait du BON JOVI en moins couillu.

En substance, si vous m’avez suivi, voilà de la musique facile qui risque de ravir votre petite amie si elle n’est pas trop branchée musique. Cette galette vous permettra de partager quelques moments d’intimité sympas en sa compagnie. C’est garanti sur facture, les mélodies sont faites pour être retenues facilement, et Robbie fait le job avec sa bonne humeur coutumière. Mais finalement, n’est-ce pas ce qu’on lui demande ?

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par ERWIN :


Robbie WILLIAMS
Swing When You're Winning (2001)
Super gai et réussi.




Arthur FREED
Singin In The Rain (1952)
Sublime classique


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Be A Boy
2. Gospel
3. Candy
4. Different
5. Shit On The Radio
6. All That I Want
7. Hunting For You
8. Into The Silence
9. Hey Wow Yeah Yeah
10. Not Like The Others
11. Losers



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod