Recherche avancée       Liste groupes



      
SKA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Specials
- Membre : Cathal Smyth
 

 Site Officiel (294)

MADNESS - Oui Oui Si Si Ja Ja Da Da (2012)
Par ERWIN le 14 Janvier 2013          Consultée 1644 fois

Quand on a vécu tout jeunot les premiers pas du groupe légendaire qu’est MADNESS, on ressent comme un honneur le fait de s’attaquer à leur discographie. Les souvenirs sont légion, et d’une tenue que les artistes des eighties aimeraient partager. Cette nouvelle page, le chapitre des fous, est incontestablement un grand plaisir à poser sur le papier. Alors, sortez les cotillons, plongez dans la sangria, ça va pas être triste !

“My girl”, le premier single issu de cette dixième livraison, est une véritable perle comme tirée d’un répertoire du milieu des années soixante. C’en est troublant tellement c’est réussi, le chant, les rythmes jusqu’au petit solo de Mélotron, qui fait l’effet bœuf escompté. Le moins qu’on puisse dire est que les louftingues échappés de l’asile semblent en pleine forme et sont toujours au pinacle de leurs capacités. C’est bien entendu une composition de Mike « Mr Barso » Barson, toujours aussi talentueux.
Il compose d’ailleurs aussi « Never knew your name », second single de l’album, titre beaucoup plus révélateur des années qui virent leurs plus grand succès, mi New Wave, mi disco, une autre tuerie, en toute simplicité.
Peu après nos grands malades se lâchent sur « La luna ». Peu de groupes sont capables d’une telle plaisanterie… Non non, je rigole pas, il n’y a jamais rien eu de sérieux dans les compositions des angliches. Ecoutez plutôt le chant de Suggs, goguenard comme aux plus beaux jours. Quel talent ! Intact et immaculé… Il y a bien un Dieu pour les ivrognes, décidément.

Nous retournons vers des considérations beaucoup plus Reggae ska avec « How can I tell you », une des quatre contributions de l’halluciné Smythe, morceau joyeux et sautillant, presque frétillant. La section de cuivres y est remarquablement en place alors que la guitare se fait plus agressive que ce à quoi nous étions habitués. Il compose aussi cette « Misery » qui sonne maniaco-dépressive, ce rythme, cette orchestration, voila la musique des fous, sans aucun doute. C’est un titre pourtant presque doowop. Visiblement, nos amis les fous furieux ont beaucoup de choses à dire. Chas est aussi responsable du pseudo dramatique « Death of a rude boy », dont on retiendra le refrain monumental et qui fut distribué via internet avant la sortie du skeud. Ah on n’en fait plus comme cet oiseau, Carl «Chas smash » Smythe est bien unique au monde.

Un petit mot sur les musicos, menés par le charismatique Graham « Suggs » McPherson, qui assure ses parties de chant avec le brio que nous lui avons toujours connu. Chas l’homme orchestre des louftingues est omniprésent, alors que Mr Barso aux claviers abat toujours la portion la plus classique du répertoire, lui qui reste le créateur de classique comme « Night boat to Cairo » Le « discret » sax de Thompson et la guitare incongrue de Forman complète le fameux dispositif qui n’a donc pas pris une ride.

Et vous allez voir que le plaisir continue. « Kitchen floor » est une étrangeté qui jette un pont entre le Reggae et le Blues… Autant vous dire que j’en ai rarement entendu, des titres de cette trempe. Ouais ça arrache ! « Leon » est un titre pop de haute extraction, qui eut pu faire partie des compositions d’un Macca de la grande époque, rien que ça. C’est d’ailleurs le grand Peter Blake qui a crée la pochette mignonnette, quelques années après avoir fait celle d’un certain Sergent Poivre, rien que ça ! « Circus » est un nouveau gimmick pour les aliénés… Jamais aucun groupe n’a mieux porté et assumé son patronyme.
Je vous conseille enfin la splendide ligne de basse de « Small world » qui nous rappelle les grandes heures de la New Wave Two tone dont les originaires de Camden s’étaient fait les portes étendards.

Ce n’est point un retour puisque les Londoniens n’ont jamais laissé tombé l’affaire, et que leur dernier opus date de 2009, mais franchement, cette cargaison 2012 est une sensationnelle réussite compte tenu de l’évolution musicale. On ne peut qu’être conquis par la bonne humeur dégoulinant de talent que contient la rondelle. Un seul mot d’ordre s’impose : devenez fous !

A lire aussi en SKA par ERWIN :


MADNESS
Madstock (1992)
Tsunami sonore




MADNESS
The Liberty Of Norton Folgate (2009)
They are london !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Graham 'suggs' Mcpherson (chant)
- Chris 'chrissie Boy' Foreman (guitare)
- Mike 'mr Barso' Barson (claviers)
- Lee 'kix' Thompson (saxophone)
- Carl 'chas Smash' Smythe (trompette - chant)
- Daniel Woodgate (batterie)
- Graham Bush (basse)


1. My Girl 2
2. Never Knew Your Name
3. La Luna
4. How Can I Tell You
5. Kitchen Floor
6. Misery
7. Leon
8. Circus Freak
9. So Alive
10. Small World
11. Death Of A Rude Boy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod