Recherche avancée       Liste groupes



      
CONTE CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : An Triskell , Bernard Benoit
- Membre : Mariannig Larc'hantec , Magic Chaudron
 

 Site Officiel (315)
 Musique Progressive Bretonne (201)

MYRDHIN - La Vie De Merlin (1998)
Par MARCO STIVELL le 4 Juin 2013          Consultée 1243 fois

Enfin ! C'est le mot qui vient à l'esprit en cette année 1998, lorsque paraît ce disque de La Vie de Merlin. Il s'est écoulé à peu près vingt ans entre la parution du 33 tours Merlin l'Enchanteur et celle-ci. MYRDHIN l'a souvent dit en interview, il n'aime pas faire deux fois la même chose. Il faut donc s'attendre à l'adoption d'une autre formule pour ce nouveau disque.

En effet, Merlin l'Enchanteur en 1979 était un disque enregistré devant une classe de jeunes enfants qui posaient tour à tour des questions à MYRDHIN, celui-ci leur parlant du personnage de Merlin, de son entourage dans la forêt de Brocéliande, de sa harpe... du personnage en lui-même donc, sans attache temporelle. La Vie de Merlin, comme son nom l'indique, est encore différent. Le disque est réalisé par MYRDHIN seul et bien seul, pour la première fois depuis... Graal en 1972 ! Ici, on n'entend que MYRDHIN, sa voix, sa harpe, sa présence. Car qui de mieux que lui peut incarner les personnage de Merlin, à la fois ouvert aux autres mais solitaire par instinct ? Et ce dernier se dévoile différemment ici.

Ce n'est plus sa nature qui nous est détaillée, mais son histoire qui nous est contée. Sa naissance, dans la forêt de Brocéliande nécessaire à cette existence merveilleuse, le barde ne manquant point de nous rappeler que "tout en nous, comme une mélodie portée par le vent, la forêt se répand", et que "entre l'eau, la femme et la lune vont des secrets perpétuels" selon la formule de la regrettée druidesse Angèle Vannier (extrait de la "Cantate Pour la Saint Jean"). La forêt naît ainsi, et Merlin avec elle. Le récit progresse, nous relate les hauts faits de Merlin. Sa ruse envers Vortigern... Son premier haut fait pour Uter Pendragon, en usant de sa harpe... La Table Ronde... Son aide pour la conception d'Arthur... L'arrivée d'Arthur au trône (et qui est bien le seul détail commun entre ce récit et l'adaptation du mythe par Walt Disney, à laquelle les enfants sont le plus souvent habitués !)... L'aide précieuse de Merlin encore pour que Perceval trouve le château du roi pécheur et ainsi le Graal... Le retrait de Merlin dans la forêt, sentant sa quête terminée et le piège de Viviane, qui signifie la fin de sa présence en ce monde... On peut trouver certains chapitres dans d'autres récits, mais celui-ci semble toujours plus vrai que les autres tant on sait combien MYRDHIN incarne parfaitement son personnage. L'histoire nous est racontée avec un langage aisé à comprendre, mais contenant quelques mots comme "allure méphistophélique" (pour qualifier l'apparence de Merlin devant Ygerne) qui nous confirment que cette adaptation n'est définitivement pas réservée aux seuls enfants.

A propos du son maintenant, le barde n'est donc accompagné que de sa harpe, les seuls "invités" étant les chants d'oiseaux nécessaires pour l'univers et la quiétude forestière et dont le barde souhaite imprégner l'auditeur. Ils sont placés en début et fin de l'oeuvre. Tout comme Merlin l'Enchanteur, La Vie de Merlin est un conte musical où les interludes à la harpe seule servent de conclusion aux chapitres. La harpe peut aussi parfois rajouter quelques résonances pour souligner le récit, mais globalement elle s'en tient à un rôle d'illustration-repos musical, lorsque MYRDHIN décide de marquer un temps de pause. La harpe est celle qu'affectionne le plus MYRDHIN, à savoir la clairsach, ou harpe bardique et qui sonne aussi pure sur ce disque que sur le magnifique Harp in Aquarius quelques années plus tôt. Les roulements d'arpèges placés en introduction figurent comme l'une des rares touches d'originalité en termes de composition, car le reste du temps MYRDHIN utilise des thèmes plus ou moins connus de ses albums précédents. Dans l'ordre, on croise "Marzhin en e Gavell" (l'une des trois seules chansons, transposée ici par rapport à celle de A Cordes et à Cris), puis "Ar C'hazig Yaouank", "Fluences", "War Hentoù Gwervaen", "Distro Dahud" ou encore "Balafenn", le tout se concluant avec l'hymne "Brocéliande, Que Veux-Tu ?", idéal pour souligner la triste fin du récit. Bien entendu, chacun de ces thèmes est revisité en l'absence d'autres instruments comme le shakuhachi de Pol Huellou, ou par rapport au passage sur une harpe différente des versions antérieures. On ne peut qu'apprécier cette intimité et ce naturel, plus évidents encore que pour des réalisations collectives et étoffées, bien qu'également plus rares au cours de cette carrière.

Harpe et voix se joignent ainsi pour vous conter à nouveau l'univers de Merlin, ce personnage emblématique de la cosmogonie celtique. Associez ce disque et celui de 1979 et vous saurez tout à son sujet, avec l'avantage que cela vient de lui-même !

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


MYRDHIN
Harpsody (duo Ars Celtica) (1998)
Deux harpeurs abordant le IIIème millénaire




DANGER MOUSE & DANIELE LUPPI
Rome (2011)
Pour les fans de Morricone et de western-spaghetti


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Myrdhin (harpe bardique, chant)


1. Naissance De Merlin
2. Merlin Et Vortigern
3. Pendragon Et Vortigern
4. Danse Des Géants
5. La Table Ronde
6. Naissance D'arthur
7. L'épée Excalibur
8. Le Sacre D'arthur
9. Merlinus Sylvester
10. La Prison D'air
11. Disparition De Merlin



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod