Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Michael Schenker , Rainbow, Shane Gaalaas , Asia Featuring John Payne, Deep Purple, Hiromi, Eloy, Phantom V, Rock Wolves, Paul Raymond Project , Ozzy Osbourne , Kottak, Wolfpakk, House Of Leaf, Mad Max
- Style + Membre : Scorpions, Ufo, House Of X, Black Sabbath, Herman Rarebell , Joe Lynn Turner
 

 Michael Schenker Himself (511)

MSG - Michael Schenker Fest (2017)
Par GEGERS le 6 Mars 2017          Consultée 1540 fois

Il faut bien reconnaître que Michael Schenker n’est pas le plus grand nostalgique qui soit. Comme il l’a prouvé récemment en mettant sur pied le très actif groupe Temple of Rock, l’ange blond de la six-cordes ne s’est que très rarement arrêté pour jeter un coup d’œil dans le rétroviseur. Seul l’excellent live commémoratif de ses 25 ans de carrière, publié en 1997 (Michael Schenker Story Live) avait vu le guitariste reconsidérer son passé avec respect et tendresse. Ainsi, l’annonce du Michael Schenker Fest en a surpris plus d’un. Bien décidé à revisiter le passé le plus ancien de son groupe MSG en compagnie de ses trois premiers chanteurs (Gary Barden, Graham Bonnet et Robin McAuley), le guitariste organise une mini-tournée de trois dates au Japon entre le 23 et le 26 août 2016. C’est la date du 24, au International Forum Hall A de Tokyo (plus de 5000 places), qui fait l’objet d’une captation vidéo retransmise aujourd’hui sous la forme de ce DVD résolument indispensable.

Pour revisiter ainsi la période 1980-1989, riche de 6 albums de qualité, Michael a reconstitué le line-up du troisième album du groupe, puisque nous retrouvons Chris Glen à la basse et Ted McKenna à la batterie. Steve Mann, qui se chargeait des claviers et de la guitare rythmique durant la période McAuley/Schenker Group, est également de la partie.

D’entrée, le public japonais est debout, et le restera tout au long du concert. Le vieux logo du MSG est de sortie, mais lorsque Michael Schenker entre en scène, au son de la chevauchée des Valkyries, c’est un artiste comme transfiguré qui foule les planches. Dire que jusqu’à la fin des années 2000, l’ange blond montait sur scène avec un trac terrible, et jouait en étant en permanence centré uniquement sur son jeu. Ce soir, Michael prend la parole, tout sourire. Il exhorte le public à s’éclater avec lui. Jamais, on ne l’avait vu comme ça sur un témoignage vidéo. Et puis, Michael porte une veste à patchs, à l’ancienne, sur laquelle quatre groupes seulement figurent : SCORPIONS, UFO, MSG, Temple of Rock, ses groupes de cœur, qui l’ont vu naître, s’épanouir, mais aussi se détruire.

Après l’instrumental introductif « Into The Arena », le discret mais toujours classe Gary Barden fait son entrée sur « Attack of the Mad Axeman », agrémenté d’un chouette solo au bottleneck. Trois extraits du premier album (« Cry For the Nations », « Victim of Illusion », « Armed and Ready » et deux du second opus (« Attack of the Mad Axeman », « Let Sleeping Dogs Lie ») sont ici interprétés en compagnie du premier chanteur du groupe. Barden est à la peine sur certaines parties hautes, à l’image du refrain alambiqué de « Let Sleeping Dogs Lie », qui nous permet par ailleurs de redécouvrir le solo de Schenker tout en finesse. Mais le chanteur parvient à adapter certaines lignes de chant ou à faire participer le public lors de ces moments critiques. Sa sympathie l’emporte sans problème sur ses difficultés.
Après un intermède scorpionnesque (« Coast to Coast », sur lequel le bassiste Chris Glen est impressionnant de groove), c’est au tour de Graham Bonnet d’entrer en piste. Celui qui s’était fait licencier en 1982, à l’issue de son premier concert avec le MSG, se fait bluffant. Si son look est décalé (rock et cravate ne sont pas vraiment compatibles), le chanteur livre une prestation impeccable, sa puissance est intacte. Sur « Dancer », qui n’est pas le titre préféré de votre serviteur (handicapé par un refrain mièvre), Gary Barden et Robin McAuley viennent jouer les choristes de luxe.
Le quatrième album du MSG est passé sous silence, à l’exception de l’instrumental « Captain Nemo » accueilli avec ferveur par un public japonais par ailleurs très bruyant tout au long du concert. La période McAuley débute par un extrait de l’album Save Yourself, « This Is My Heart ». Cela ne fait aucun doute, le chanteur irlandais est le mieux conservé des trois, sa voix est exactement la même qu’à l’époque. Sur le morceau « Save Yourself », qui est je l’avoue mon titre préféré du MSG, toute périodes confondues, chant et guitares s’accordent dans une furie bluffante. Quelle dextérité de Michael Schenker, dont le toucher légendaire fait ici merveille ! « Love is Not a Game » est sans doute la plus grosse surprise du show, puisque ce titre issu de l’album Perfect Timing, s’il avait fait l’objet d’un clip, n’était jamais devenu un classique. Le retrouver ici fait plaisir à entendre.

Survolté, Michael Schenker décide de clôturer le show par trois reprises d’UFO : « Shoot Shoot » et « Rock Bottom », tous deux interprétés par Robin McAuley, sont surtout prétextes à de belles et longues envolées à la six-cordes. Finalement, tout le monde monte sur scène pour interpréter le classique des classiques, « Doctor Doctor », dans un joyeux bordel. Les sourires barrent les visages, et il y a de quoi tant cette prestation de haut vol fait honneur non seulement au talent de Michael Schenker, mais aussi à chacun des musiciens qui ont contribué à son succès lors de ces premières années du MSG.

Un regret ? Que le concert soit relativement court (1h40 de show) et que le DVD soit avare en bonus (15 petites minutes de soundcheck et de vidéos backstage). Néanmoins, comment bouder son plaisir en voyant ainsi un Michael Schenker épanoui comme jamais, qui nous gratifie ainsi d’un délectable moment d’histoire ? Il va sans dire que tous les amoureux de la première décennie du MSG sauteront au plafond à l’écoute de ces titres qui n’ont pas pris une ride, et dont l’interprétation est ici sans faille. Cela valait bien une fête !

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


BONFIRE
Live... The Best (1993)
In-dis-pen-sable, même si personne ne le sait




MSG
Bridge The Gap (2013)
Cercle vertueux


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Michael Schenker (guitare)
- Chris Glen (basse)
- Ted Mckenna (batterie)
- Steve Mann (guitare, claviers)
- Gary Barden (chant)
- Graham Bonnet (chant)
- Robin Mcauley (chant)


1. Intro: Searching For Freedom
2. Into The Arena
3. Attack Of The Mad Axeman Ft. Gary Barden
4. Victim Of Illusion Ft. Gary Barden
5. Cry For The Nations Ft. Gary Barden
6. Let Sleeping Dogs Lie Ft. Gary Barden
7. Armed And Ready Ft. Gary Barden
8. Coast To Coast
9. Assault Attack Ft. Graham Bonnet
10. Desert Song Ft. Graham Bonnet
11. Dancer Ft. Graham Bonnet
12. Captain Nemo
13. This Is My Heart Ft. Robin Mcauley
14. Save Yourself Ft. Robin Mcauley
15. Love Is Not A Game Ft. Robin Mcauley
16. Shoot Shoot
17. Rock Bottom
18. Doctor Doctor



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod