Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bob Dylan , Neil Young , The Band , Tom Petty & The Heartbreakers
- Membre : Crosby, Stills, Nash & Young, David Crosby , Manassas, Gene Clark

The BYRDS - Younger Than Yesterday (1967)
Par BAAZBAAZ le 16 Avril 2014          Consultée 2190 fois

Younger Than Yesterday est sans doute l’album le plus fascinant des BYRDS. En effet, au-delà de ses évidentes qualités musicales, il possède une saveur très paradoxale : celle du renoncement au succès, de la déception face à la gloire qui file entre les doigts, mais aussi celle de l’envol artistique propre à la maturité. Avec ce disque se clôt définitivement en février 1967 la période où le groupe suscitait l’hystérie du jeune public et faisait la couverture des magazines pour teenagers. Non sans regret, ses membres se drapent dans leur dignité, assument les années qui passent – deux ans à peine depuis leurs début, mais c’est un laps de temps considérable à l’échelle des 60s – et décident d’en profiter pour libérer au maximum leur créativité.

Une chanson, la première, incarne à merveille ce mélange ambigu entre espoir, amertume et lucidité : « So You Want to Be a Rock 'n' Roll Star », coécrite par McGuinn et Hillman, est une satire mordante qui se moque de la rapidité avec laquelle se fabriquent les nouvelles stars du rock jetées en pâture aux hordes d’ados idolâtres et consuméristes. Beaucoup y ont vu une critique acerbe de THE MONKEES, dont c’est alors l’heure de gloire au sommet des charts et qui occupent solidement le fauteuil où s’étaient brièvement installés les BYRDS. Mais c’est aussi leur propre histoire que ceux-ci racontent : celle d’un groupe qui a connu le succès, puis l’a vu s’estomper trop vite faute de hits pour l’alimenter. Au milieu de la chanson, les cris de la foule, enregistrés lors de la tournée anglaise de 1965, sonnent avec une terrible ironie.

La rancœur qui affleure ici est largement compensée par la confirmation de l’élan d’inspiration pressenti sur Fifth Dimension, l’album précédent. On retrouve sur Younger Than Yesterday la même soif de découvertes et la même volonté d’ouverture à des influences plus large que le folk qui fut la première source d’inspiration du groupe. Les sonorités raga et jazz, l’apparition des cuivres – notamment la trompette de MASEKELA – et les effets psychédéliques donnent aux chansons une complexité passionnante alors même qu’elles demeurent concises, mélodiques et accessibles. Signe de profusion dans l’écriture, une seule reprise est cette fois incluse : « My Back Pages », écrite par DYLAN et sortie en single (sans succès) malgré les réticences de Crosby, prouve que les BYRDS – ou leur label Columbia – n’ont pas tout à fait abandonné leurs vieux automatismes et que l’espoir de retrouver le haut des charts persiste encore.

Le grand homme des premiers albums avait été Gene Clark. Puis McGuinn et Crosby avaient pallié son départ avec classe sur Fifth Dimension. Mais le pilier de Younger Than Yesterday est cette fois Chris Hillman, qui s’impose comme le songwriter étincelant d’un groupe qui fut, tout au long de son histoire, un incroyable pourvoyeur de talents. Moins influencé par le folk, moins délirant que Crosby, plus enraciné dans la country et le bluegrass, Hillman monte en puissance fin 1966 et permet aux BYRDS d’élargir leur palette sonore. Les quatre chansons qu’il compose seul sont décisives pour donner à l’album son impact musical. Que ce soit dans un registre assez léger (« Have You Seen Her Face ») ou plus sombre (« Thoughts and Words », avec son splendide et poignant solo psychédélique), il se révèle doué et inspiré.

Sans compter que Hillman mène le groupe en terres country avec une aisance et une maitrise étonnantes pour un artiste en pleine éclosion et resté jusqu’alors un peu en retrait. Mieux, il le fait en trouvant un équilibre aussi précieux et efficace que celui que les BYRDS avait su maintenir entre le folk et le rock d’inspiration anglaise. Les BEATLES, en effet, ne sont jamais loin et la mélodie règne ici sans partage : pétillante et enjouée « The Girl With No Name » illustre cette réussite. Mais c’est surtout avec le joyau « Time Between », élégant et entraînant, qu’Hillman parvient à réconcilier brillamment ses diverses sources d’inspiration.

A ses côtés, McGuinn, plus discret, continue à tisser avec sa Rickenbaker les intenses toiles électriques qui sont la signature du groupe. Mais c’est Crosby qui joue des coudes pour devenir le second compositeur important des BYRDS. Pour le meilleur, mais aussi pour le pire… Car il tout autant capable d’écrire d’extraordinaires chansons qui mélangent le folk, le jazz et le rock (« Renaissance Fair », « Everybody’s Get Burned », « Why ») que d’interminables et pénibles élucubrations invertébrées et molles (« Minds Gardens ») qui horripilent même les autres membres. En plein essor, mais parfois excessif dans sa volonté de déstructurer les schémas pop rock, Crosby le hippie vaporeux est alors tout simplement en train de déclencher sa guerre pour le leadership. Son style s’affirme, ses ambitions aussi.

Avoir confié la production au mythique Gary Usher, qui accédera par la suite à la postérité avec le merveilleux Present Tense de SAGITTARIUS, est un autre coup de génie tant le son est ici clair et inventif. Mais malgré cette explosion artistique, Younger Than Yesterday comporte quelques moments plus faibles, et n’est donc pas un album parfait (« C.TA.- 102 » laisse perplexe). Il s’agit pourtant sans conteste de l’un des meilleurs disques des BYRDS, qui marque un tournant dans leur discographie. Pour peu de temps encore, ils font preuve d’une cohésion précaire mais inédite. Et le fait qu’il flotte sur l’album un parfum de nostalgie et de grandeur déchue ne peut que le rendre plus attachant. Contrairement à ce que dit le titre, les membres du groupe ne sont pas « plus jeunes qu’hier ». Ils vieillissent, et ils le savent bien.

A lire aussi en ROCK par BAAZBAAZ :


PHOENIX
Wolfgang Amadeus Phoenix (2009)
Classe mondiale




The PLIMSOULS
Beach Town Confidential (2012)
Le testament live furieux d'un groupe culte


Marquez et partagez





 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Roger Mcguinn (guitare, voix)
- David Crosby (guitare rythmique, voix)
- Chris Hillman (basse)
- Michael Clarke (batterie)


1. So You Want To Be A Rock 'n' Roll Star
2. Have You Seen Her Face
3. C.t.a.-102
4. Renaissance Fair
5. Time Between
6. Everybody's Been Burned
7. Thoughts And Words
8. Mind Gardens
9. My Back Pages
10. The Girl With No Name
11. Why



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod