Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hiromi

The WHO - Join Together (1990)
Par MARCO STIVELL le 4 Août 2014          Consultée 1210 fois

En 1989, les WHO célèbrent leur 25ème anniversaire en effectuant une tournée aux États-Unis, dans des grandes salles/stades. C'est un an plus tard qu'un live issu de cette tournée est édité, en double CD et cassette. Join Together, c'est son nom, est donc le troisième live historique des WHO. Il est dédié au batteur Keith Moon. De nombreux critiques reprochent violemment au groupe cette escapade très américaine. Avec un certain recul et à titre de comparaison, on peut comparer ce live à celui que Dire Straits publiera quatre ans plus tard, On the Night, sans guère plus d'égards.

C'est que sur Join Together, tout semble excessif, poussé à l'extrême. Le line-up habituel des WHO depuis vingt-cinq ans, à savoir leur quatuor de base, augmenté par un claviériste depuis quelques années, se voit tout simplement ici multiplié par trois... On peut de ce fait comprendre les réactions des fans de rock pur et dur. Daltrey, Entwistle et Townshend forment un noyau central, entouré par le claviériste John «Rabbit» Bundrick, et c'est le grand Simon Phillips (Mike Oldfield, Toto et tant d'autres) qui tient la place du légendaire Keith Moon, avec plus de classe que n'importe qui d'autre.

Les WHO forment cependant un véritable big band pour l'occasion : percussionniste, deuxième guitariste qui tient en réalité les parties lead (Pete Townshend souhaitant garder la rythmique afin de ménager son audition), et puis deux sections supplémentaires, un chœur et des cuivres (les célèbres Kick Horns), pour aller jusqu'au bout. Join Together est donc l'expérience live boulimique du groupe, jusque dans sa tracklist.

Tant qu'à faire, pourquoi ne pas consacrer un disque entier à Tommy ? Durant ses années phares, les WHO n'avaient que peu joué leur œuvre-phare en concert, en dehors d'extraits séparés. Il s'agit donc d'une première sur disque live. L'ordre de l'opéra-rock est plus ou moins respecté, ce n'est qu'à partir de «Pinball Wizard» que le groupe prend des libertés. Sur 24 morceaux à l'origine, on n'en trouve que 21, «It's a Boy» étant rattaché à l'ouverture. Quant à «Welcome» et l'«Underture», ils sont carrément supprimés. Ce Tommy version big-band à l'américaine, où certains morceaux sont largement revisités en mode funk-soul, donne le sentiment d'une inspiration puisée chez Phil Collins, à cause du personnel employé et notamment des cuivres.

Il n'empêche que le constat reste plutôt positif ("Acid Queen", "Cousin Kevin", "We're Not Gonna Take It"), malgré certaines idées bancales : en priorité, la fin blues lente de «Pinball Wizard», un moment que les WHO semblent n'avoir jamais complètement maîtrisé. Au contraire, l'«Overture» est grandiose, et «Sparks» nous rappelle combien les WHO ont pu être une influence majeure du rock progressif. Le solo de Moog par John «Rabbit» Bundrick révèle une certaine fièvre, comme le jeu de Simon Phillips en général, hyper-polyvalent et très éloigné de Kenney Jones.

La seconde partie contient aussi son lot de bonnes idées. Le live étant prélevé sur plusieurs dates, il s'agit plutôt d'une compilation : «Baba O'Riley», par exemple, n'y figure pas, et on note ainsi peu de doublons par rapport à Who's Last. En revanche, le groupe choisit de combler avec des morceaux solos de Townshend, parmi lesquels on retient surtout «A Little is Enough». Le funky «Face the Face» offre une certaine indépendance aux Kick Horns. Reste la possibilité d'entendre certains morceaux comme «Won't Get Fooled Again» et «5:15» sous cette forme inédite, de même que la fameuse «Join Together» et certains tubes récents («Eminence Front», «You Better You Bet»).

«Love Reign O'er Me» est toujours merveilleuse, grace à Daltrey, et on trouve quelques surprises comme ce «Trick of the Light» fièrement défendu par Entwistle. Le bassiste, comme Daltrey, est fidèle à lui-même tout le long. En revanche, et malgré la bonne volonté de Steve Bolton, l'absence de Townshend se fait nettement ressentir aux parties lead. Quant aux chœurs (parmi lesquels Billy Nicholls), on ne sait quoi en penser, mis à part leur soutien optimal sur «Christmas»...

En somme, Join Together est intéressant pour son expérience même, par principe (si l'on n'est pas un rockeur puriste), et contient de très bonnes choses. Mais ce sont justement ces excès, cette surproduction qui rendent l'écoute laborieuse sur la longueur d'un double disque, alors que le On the Night de Dire Straits, pour reprendre le parallèle susmentionné, garde au moins l'avantage de la concision. En outre, il y a trop de morceaux solo par Townshend. Malgré ses qualités, ce n'est clairement pas le disque live des WHO que l'on ressort le plus souvent...

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Dans La Chaleur De Bercy (1990)
Un de ses meilleurs live




LITTLE STEVEN
Men Without Women (1982)
Springsteen, séries de mafieux, et le reste..


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Roger Daltrey (chant, harmonica)
- John Entwistle (basse, chant)
- Pete Townshend (guitares, chant)
- + Simon Phillips (batterie)
- Steve 'boltz' Bolton (guitare lead)
- John 'rabbit' Bundrick (claviers)
- Jody Linscott (percussions)
- Chyna (choeurs)
- Billy Nicholls (choeurs)
- Cleveland Watkiss (choeurs)
- ::the Kick Horns
- Simon Clarke (saxophones alto et baryton)
- Tim Sanders (saxophone ténor)
- Roddy Lorimer (trompette)
- Simon Gardner (trompette)
- Neil Sidwell (trombone)


- tommy
1. Overture
2. 1921
3. Amazing Journey
4. Sparks
5. The Hawker (eyesight To The Blind)
6. Christmas
7. Cousin Kevin
8. The Acid Queen
9. Pinball Wizard
10. Do You Think It's Alright?
11. Fiddle About
12. There's A Doctor
13. Go To The Mirror
14. Smash The Mirror
15. Tommy Can You Hear Me?
16. I'm Free
17. Miracle Cure
18. Sally Simpson
19. Sensation
20. Tommy's Holiday Camp
21. We're Not Gonna Take It

1. Eminence Front
2. Face The Face
3. Dig
4. I Can See For Miles
5. A Little Is Enough
6. 5:15
7. Love Reign O'er Me
8. Trick Of The Light
9. Rough Boys
10. Join Together
11. You Better You Bet
12. Behind Blue Eyes
13. Won't Get Fooled Again



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod