Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK MAINSTREAM  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1979 In The Heat Of The Ni...
1980 Crimes Of Passion
1981 Precious Time
 

- Style : The Runaways , Joan Jett

Pat BENATAR - Crimes Of Passion (1980)
Par LONG JOHN SILVER le 21 Juillet 2015          Consultée 2322 fois

Le succès rencontré par l’album In The Heat Of The Night donne des ailes à la tournée de Pat Benatar, celle-ci passe par l’Europe, en outre son groupe vient d’accueillir le batteur Myron Grombacher, personnage qui restera parmi les fidèles de la dame. Les choses semblent vouloir aller dans le bon sens. Ajoutons à cela qu’entre elle et Neil Giraldo : « c’est du sérieux ». (1)
Sauf que la donzelle a signé un contrat qui stipule que la société Chrysalis est en droit de lui réclamer un nouvel album tous les neuf mois. Bien entendu cette clause était écrite en tout petit et personne n’avait pris le temps de s’attarder sur ce détail : Pat est tenue de stopper net sa tournée pour filer en studio sous la houlette de Keith Olsen, producteur mainstream (FLEETWOOD MAC et plein d’autres) désigné par la direction.
Jusqu’ici tout va presque bien, du moins en façade, or c’est à ce moment précis que la dame nouvellement divorcée de monsieur Benatar va réellement commencer à éprouver la cruauté du monde du show business.
En tout premier lieu sa liaison avec Neil Giraldo déplait fortement en haut lieu, ce qu’on ne manque pas de faire comprendre aux intéressés, ainsi le sexisme inhérent à la société civile s’exprime souvent dans le milieu de manière décomplexée, que se soit aux niveau des médias ou de la direction du label, plus rarement (mais aussi) dans le public.

Pour enregistrer, on s’installe en Californie et on passe aux Sound City Studios avec un programme de chansons originales pour l’essentiel qu’on parachève avec des reprises ou des créations de commande dont on s’est approprié la maternité si on excepte « Wuthering Heights », titre choisi par Neil Giraldo afin de compléter l’album.
Ce disque, conçu dans l’urgence et réellement produit par Neil Giraldo – Olsen se désintéressant très vite de l’affaire – est pourtant un authentique réservoir à classiques. « Treat me Right » pose derechef l’humeur de la brunette, c’est du rock pêchu qui signifie aussitôt que si tu cherches les crosses, tu trouveras à qui parler, aussitôt il est clair qu’il vaut mieux rester poli (et courtois) avec la dame… Ce titre deviendra le 3e single extrait de Crimes Of Passion, il fera une carrière honorable dans les charts et figurera deux ans après sur la bande son du blockbuster Officier et Gentleman. Mais la première chanson à découvrir le Billboard sera « You Better Run » soit une reprise des YOUNG RASCALS que Pat chantait déjà avant de signer et avec laquelle elle enflammait le public. Là encore elle distribue les beignes sur un riff mémorable, gageons que Joan JETT en ait pris de la graine quand elle est allée chercher « I Love Rock’n’Roll » chez les ARROWS. Quoi qu’il en soit « You Better Run » deviendra la deuxième vidéo* à être diffusée sur la naissante MTV, la première où on entende de la guitare…et du rock !
Mais c’est « Hit Me With Your Best Shot », le deuxième single écrit pour l’occasion par Eddie Schwartz, alors obscur chanteur canadien, qui va vraiment faire son trou. Cette chanson, pourtant écrite au second degré, ne manque pas d’ambiguïté sexiste, chose que Pat trainera quelque peu comme un boulet, le public l’adoptant.
Toutefois le titre majeur de ce disque, le plus marquant, celui qui reste comme étant un classique incontestable est sûrement « Hell Is For Children », morceau hard rock dramatique qui commence comme une power ballad puis se transforme en mid tempo sur son refrain avant d’accélérer sur le final en apothéose. Le texte, qui dénonce la maltraitance faite aux enfants, fera polémique, que d’aucun dénonce l’opportunisme commercial de la chanteuse par la récupération d’un sujet sensible ou encore qu’on ait compris le titre au premier degré… décidément !

Mais revenons à la musique et abordons le reste du disque, parce que cet album de rock radio friendly ne se limite pas à quatre extraits devenus incontournables dans le répertoire de la dame. « Little Paradise » au riff très groovy est un excellent petit rock bien hargneux, de même « Out-A-Touch » tout aussi rentre-dedans et qui clôt l’affaire seront souvent jouées sur scène. « I’m Gonna Follow You », au couplet pop et au refrain bien rock, a également fait son petit bonhomme de chemin, cette chanson écrite par Billy Steinberg lancera véritablement, à l’instar de Eddie Schwartz, le carrière de son géniteur qui travaillera à nouveau pour Pat BENATAR mais surtout cosignera « Like A Virgin » de la Ciccone avec au bout l’énorme succès que l’on sait. « Wuthering Heights » de Kate BUSH connait le même traitement rock ballad que « Don’t Let It Show » sur l’album précédent, les guitares se chargeant de se substituer à l’orchestration originale tandis que Pat démontre son aisance vocale en allant chercher sans forcer les aigus emphatiques de la mélodie, et c’est bluffant. Enfin, si « Never Wanna Leave You » et « Prisonner Of Love » sont deux ritournelles pop plutôt bien fichues pour des titres de remplissage, elles ne marquent toutefois pas les esprits.

L’album finalisé, Chrysalis ne daignera pas créditer Neil Giraldo en tant que co-producteur, laissant Keith Olsen profiter au maximum des retombées de son emploi fictif. De plus, Pat souhaite apparaître entourée de son groupe sur le devant de la pochette, vœux refusé : elle sera photographiée en justaucorps dans une salle de danse en devanture et on la retrouve entourée des garçons sur l’arrière, eux-mêmes vêtus des fringues imposées par le label, d’où la crispation collective apparente sur le cliché. Pendant le tournage du clip de « You Better Run », Pat refuse de reproduire des attitudes qu’elle juge grotesques… pire, le label diffuse une photo de la couverture retouchée pour la promo, recadrée juste au dessus de la poitrine de Pat, sur laquelle on a gommé les bretelles (comme quoi bien avant photoshop, c’était possible) du haut de son maillot, laissant imaginer la nudité supposée du modèle…chose que la jeune femme au caractère bien affirmé ne pardonnera jamais.
L’album paraît en août 1980, il devient aussitôt le succès qui restera comme étant le plus important de la carrière de la chanteuse, plus de cinq millions de copies s’écoulant rapidement à travers le monde. Cependant la place de n°1 dans les charts lui échappe, c’est Double fantasy du couple LENNON/ONO qui s’adjuge cette position. Début 1981 Pat reçoit le grammy award de la meilleure chanteuse rock pour ses prestations enregistrées sur Crimes Of Passion. Son groupe ayant depuis des mois repris la route et joué dans des salles pleines à craquer. Pat, elle, est loin d’avoir dit son dernier mot, or lorsqu’elle s’exprime, on l’écoute… sinon gare !


* La première vidéo diffusée par MTV étant « Video Killed The Radio Star » (BUGGLES)
1) Car je ne me lasse pas de recycler les tirades des plus grands poètes francophones.

A lire aussi en ROCK par LONG JOHN SILVER :


Pat BENATAR
Gravity's Rainbow (1993)
Pat au top.




The J. GEILS BAND
Bloodshot (1973)
Rouge !


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Pat Benatar (chant)
- Neil Giraldo (guitare, claviers)
- Scott St Clair Sheets (guitare)
- Roger Caps (basse)
- Myron Grombacher (batterie)


1. Treat Me Right
2. You Better Run
3. Never Wanna Leave You
4. Hit Me With Your Best Shot
5. Hell Is For Children
6. Little Paradise
7. I'm Gonna Follow You
8. Wuthering Heights
9. Prisoner Of Love
10. Out-a-touch



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod