Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1979 In The Heat Of The Ni...
1980 Crimes Of Passion
1981 Precious Time
 

- Style : The Runaways , Joan Jett

Pat BENATAR - Get Nervous (1982)
Par LONG JOHN SILVER le 26 Août 2015          Consultée 2250 fois

« Tu n’imagines tout de même pas que les gens viennent à tes concerts pour te voir chanter ? »
Celui qui vient de prononcer cette phrase se verra aussitôt imprimer sur la joue offerte cinq phalanges et une partie de la paume de Pat – nouvellement – Giraldo. Pourtant c’est le big boss (anglais) de Chrysalis. Tout ça à cause de la photo de couverture choisie par la chanteuse pour la pochette de Get Nervous, son album à paraître : on la voit outrageusement maquillée, enserrée dans un camisole de force. Pas de quoi fouetter un chat, mais c’en est trop pour le big boss qui tient à conserver l’image glamour de son « produit ». Pat refera la photo dans la même posture, le maquillage choisi initialement pour le recto étant visible sur le verso, mais là, elle est prise à l’intérieur d’un plan bien plus large...
Mais au moins, avoir ainsi molesté le proprio l’avait soulagée, à ce qui se dit.

Pour réaliser Get Nervous, - on reste sur des cadences ininterrompues : pas moins d’un album par an, suivi par une tournée – nos jeunes mariés ont réussi à imposer Peter Coleman comme producteur, l’ingé son providentiel qui avait secondé Neil Giraldo sur Crimes Of Passion. Mais ils durent repousser les fréquentes suggestions de la maison disques quant aux titres devant figurer sur l’album. Les chansons sont donc quasiment toutes des créations et on note la présence répétée de Billy Steinberg dans les crédits. De plus, aller chercher « Shadows Of The Night », une obscure chanson qui venait de faire un hit en Allemagne, était quand même sacrément bien vu. Pat et son batteur y on ajouté du texte, ainsi elle la fait sienne comme elle s’empara d’« Heartbreaker ». Ce titre va rencontrer un succès international et lui permettre d’empocher - au passage - son 3e grammy award consécutif en tant que meilleure chanteuse rock de l’année.

Le groupe qui l’entoure connaît un léger remaniement : exit la deuxième guitare, Neil Giraldo souhaite désormais l’apport plus conséquents de claviers. Il s’agit d’une évolution notable, d’autant que Precious Time en était quasiment dépourvu.
Charlie Giordano (membre actuel du E.STREET BAND) est donc intégré dans l‘équipe.
Au final, le son du cocktail rock/pop du groupe s’en trouve pas mal modifié, pour un rendu qui tire étonnamment mais nettement en direction d’un rock qui défouraille. Toutefois, viennent s’intégrer des sons de guitares et de synthés directement influencés par la synthpop et la new wave britannique, or, ils participent grandement à l’intensité rock que dégage Get Nervous.
Comme sur « Anxiety (Get Nervous) », bâti sur un riff de guitare qui taille les haies, accolé à une note pulsée à la basse, où les ornements, qu’il s’agisse de nappes de synthés ou de motifs de guitare, s’éloignent du son du hard rock américain pour clairement s’inspirer de ce qu’on entend en Grande Bretagne. Cette chanson est un des points d'orgue du disque et fera l’objet d’une sortie en single.
La voix de Pat Benatar excelle tout du long de cet opus, citons ses performances dramatiques et héroïques sur « Shadows Of The Night », ou encore la ballade rock « Fight It Out », mais que dire de celle sur « The Victim » - titre le plus hard de l’album – sinon qu’elle déchire tout, avant un final instrumental qui enfile les directs au point que j’en reste pantois à chaque fois ?

« I Want Out », de facture classic rock, sera également jouée sur scène, tout comme le seront les deux singles US, la poppy « Looking For A Stranger » et l’irrésistible rythm’n’blues « Little Too Late ». Tout ceci est charmant, on en frissonne de plaisir, Pat varie son chant, ne cherche pas l’esbroufe mais t’en colle une d’emblée quasiment à chaque fois, c’est plus fort qu’elle et c’est bon.
Restent quelques chansons moins connues, car tous celles que j’ai citées sont devenues, sinon des classiques, au moins des titres qu’on retrouve sur plein de compilations ou en live : « I‘ll Do It », « Tell It To Her » et « Silent Partner ».
La première est le titre le plus new wave de l’album, ç’aurait pu être du hard fm, on a échappé à ça, or, c’est franchement réussi nonobstant d’inénarrables claviers 80’s. Les deux suivantes, placées aux dernières positions sont oubliables en dépit des chouettes vocalises qui ouvrent « Silent Partner » et du final bien rock qui la clôt.

L’album devient assez vite un immense succès, comme les précédents. Le tournant artistique dans la carrière de la chanteuse ne paraît pas encore bien net, le choix d’intégrer des synthés sait se faire encore discret par exemple, pourtant, il sera irréversible car en réalité Get Nervous est un album de transition. Et, une fois de plus, cela ne veut pas dire médiocre. Ni inaccompli.
Pat Benatar, une fille toute simple élevée à Long Island, règne bien sur le rock féminin en 1982. Elle devance aussi plein de mecs par ailleurs.
En 1983, Pat revient en France, à Paris sous le chapiteau de l’Hippodrome de Pantin, à peu près à l’endroit où se situe désormais le Zénith... J’ai noté le rendez-vous sur mon carnet... et on ne répond pas non à La Reine du rock.

A lire aussi en ROCK par LONG JOHN SILVER :


Iggy POP
Post Pop Depression -live At The Royal Albert Hall (2016)
Veni, vedi, vici




ALICE COOPER
From The Inside (1978)
DiabolicA Lisse


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Pat Benatar (chant)
- Neil Giraldo (guitare)
- Myron Grombacher (batterie)
- Charlie Giordano (claviers)
- Roger Caps (basse)


1. Shadows Of The Night
2. Looking For A Stranger
3. Anxiety (get Nervous)
4. Fight It Out
5. The Victim
6. Little Too Late
7. I'll Do It
8. I Want Out
9. Tell It To Her
10. Silent Partner



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod