Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ghost, Who Cares, Blue Öyster Cult, Scorpions, Judas Priest, Orchid
- Membre : Tommy Heart , Brian May , Rainbow, California Breed, Whitesnake, The Dead Daisies , Bill Ward , Emerson, Lake & Palmer, Uriah Heep, Ian Gillan , Glenn Hughes , Deep Purple, Electric Light Orchestra, Jethro Tull, The Move
- Style + Membre : Kiss, Dio, Ozzy Osbourne , Msg, Tony Iommi
 

 Le Fan-site Le Plus Complet Du Monde (987)
 Site Officiel (526)
 Heaven & Hell (black Sabbath Feat. Dio) (520)

BLACK SABBATH - Sabotage (1975)
Par MARCO STIVELL le 29 Avril 2012          Consultée 634 fois

Certes, BLACK SABBATH n'en est "qu'à" son sixième album (en cinq ans néanmoins), mais son oeuvre jusqu'à 1975 inclue nous aura fait voir plus de merveilles qu'un quelconque groupe de hard-rock ne l'aura alors jamais fait. Les maîtres de l'enfer nous donnent rendez-vous deux ans après Sabbath Bloody Sabbath avec leur petit nouveau, Sabotage, nettement plus rock selon les dires de Tony Iommi.

Pourtant, c'est avec amusement que l'on remarque des titres encore plus longs que ce que le précédent nous avait offert, tels "Megalomania" ou "The Writ". Ces deux morceaux sont à leur tour exemplaires, la première avec son intro marche funèbre, et qui progresse de manière hypnotique jusqu'à ce final épique et époustouflant où ressortent des effets de voix, des nappes de mellotron... La seconde est, une fois n'est pas coutume, introduite par Geezer Butler et sa basse nébuleuse, et fait se succéder des thèmes héroïques en n'oubliant point l'escapade champêtre aux relents de guitare acoustique et de clavecin.

Dans le genre épique, il faut aussi inclure "The Thrill of It All" où la guitare est au centre de l'attention dès le départ malgré une sortie du synthétiseur par la suite, ainsi que la fausse ballade poignante "Am I Going Insane" où Ozzy chante de manière plus grave qu'à l'accoutumée. Le reste l'album est constitué d'autres hymnes mais un peu plus condensés et fidèles à l'esthétique première du hard, tels le saignant et cynique "Hole in the Sky" ou ce "Symptom of the Universe" dévastateur qui aura effectivement influencé plus d'un thrasheux, même si le groupe n'a pu s'empêcher d'y inclure un final acoustique. En cette dernière matière, on rencontre encore le très beau "Don't Start (Too Late)" à l'esprit médiéval. Parlons encore du bizarre mais vibrant "Supertzar" où seuls les riffs de guitare implacables et la noirceur chère au groupe subsistent au milieu de ces choeurs russes, caisse claire, glockenspiel et harpe si froids...

Et encore un chef-d'oeuvre du rock, un !

A lire aussi en HARD ROCK par MARCO STIVELL :


NOBODY'S CULT
Try To Teach Me Love (2017)
Rock français (en anglais), stoner et sexy




THIN LIZZY
Johnny The Fox (1976)
Hard-rock mythique


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   MARCO STIVELL
   RED ONE

 
   (3 chroniques)



- Ozzy Osbourne (chant)
- Tony Iommi (guitare)
- Geezer Butler (basse)
- Bill Ward (batterie)


1. Hole In The Sky
2. Don’t Start
3. Symptom Of The Univerese
4. Megalomania
5. Thet Thrill Of It All
6. Supertazr
7. Am I Going Insane
8. The Writ



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod