Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1977 Motörhead
1979 Overkill
  Bomber
  On Parole
1980 Ace Of Spades
1981 No Sleep 'til Hammersmit...
1982 Iron Fist
1983 Another Perfect Day
1986 Orgasmatron
1987 Rock'n Roll
  Live At Brixton '87
1988 No Sleep At All
1991 1916
1992 March Ör Die
1993 Bastards
1995 Sacrifice
1996 Overnight Sensation
1998 Snake Bite Love
1999 Everything Louder Than E...
2000 We Are Motörhead
2001 25 & Alive Boneshaker
2002 Hammered
2003 Live At Brixton Academy
2004 Everything Louder Than E...
  Inferno
2005 Stage Fright
2006 Kiss Of Death
  Stone Deaf Forever
2007 Better Motörhead Than De...
2008 MotÖrizer
2010 The World Is Yours
  Lemmy
2011 The Wörld Is Ours Vol. 1...
2013 Aftershock
2015 Bad Magic Xxxx
2017 Under Cöver
 

- Style : Venom
- Membre : Hawkwind, Thin Lizzy, Lemmy, Slim Jim & Danny B.
- Style + Membre : Saxon
 

 Site Officiel (450)

MOTÖRHEAD - Overkill (1979)
Par RED ONE le 9 Mars 2014          Consultée 2420 fois

La gestation du second album officiel de MOTÖRHEAD a été un peu plus simple que celle du précédent sorti en 1977, mais pas exempte de toute difficulté non plus.
La stabilité du groupe n'est d'ailleurs pas encore acquise en 1978, puisqu'en mars de cette même année, Phil Taylor et Eddie Clarke participent tous deux à un side-project nommé The MUGGERS, ce qui dénote bien d'une certaine incertitude quand à l'avenir de la formation britannique. Mais bien vite, le manager Douglas Smith reprend le groupe en main et lui obtient un nouveau contrat chez Bronze Records. Le début d'une longue aventure qui durera jusqu'à la fin des années 1980... pas forcément pour le meilleur, mais nous y reviendrons.

La première commande de Bronze Records au groupe de Lemmy est un single, une reprise du standard "Louie, Louie" de Richard Berry, popularisée par les KINGSMEN dans les années 1960. La face B du single sera une nouvelle composition originale de MOTÖRHEAD, "Tear Ya Down", qui confirme le gain de maturité du son du groupe par rapport au premier album éponyme de 1977. Les ventes étant au rendez-vous, MOTÖRHEAD se voit invité sur le plateau de la célèbre émission de variétés Top Of The Pops, ce qui permettra enfin au groupe de gagner la reconnaissance médiatique qu'il peinait encore à obtenir quelques mois plus tôt.
Devant le succès rencontré par ce single, Bronze Records permet alors à MOTÖRHEAD d'enregistrer un nouvel album. Pour l'occasion, le groupe réussit à s'adjoindre les services de Jimmy Miller, producteur ayant notamment travaillé pour les ROLLING STONES entre la fin des années 1960 et le début des années 1970.
Le résultat des sessions d'enregistrement d'Overkill, second album officiel de MOTÖRHEAD, allait avoir des conséquences astronomiques sur l'évolution future du hard rock international...

Car lorsque l'on écoute les titres emblématiques d'Overkill, à savoir "Stay Clean", "No Class", "Damage Case", "Tear Ya Down" ou bien encore l'incontournable chanson éponyme, on ne peut qu'être frappé par cette rage et cette puissance jusqu'alors inégalées dans le monde du hard rock. En 1979, seul JUDAS PRIEST peut, à la rigueur, prétendre être au même niveau que MOTÖRHEAD en termes de furie metal. Mais JUDAS PRIEST, avec l'album Killing Machine sorti en 1978, a alors clairement affiché son désir de s'orienter vers un metal plus accessible et plus "grand public"... MOTÖRHEAD ne joue clairement pas dans la même catégorie et préfère donner des coups de pieds au cul plutôt que de jouer les poseurs.

Par ailleurs, n'oublions pas que nous sommes déjà en 1979, soit deux ans après l'explosion punk britannique que MOTÖRHEAD a observée plus ou moins à distance : en 1977, Lemmy apprenait ainsi à jouer de la basse à un certain Sid Vicious, alors fraîchement recruté par les SEX PISTOLS. Les aspects punk et rock'n'roll de la musique de MOTÖRHEAD sont donc déjà bien bien présents, comme en témoignent "I'll Be Your Sister", "Limb From Limb" ou encore "No Class"... Mais si MOTÖRHEAD assume l'influence naissante du punk, il affirme également ses prétentions à jouer un heavy metal plus fort et plus speed que la moyenne. Un titre tel que la chanson éponyme "Overkill" ne préfigure-t-elle pas le futur "Painkiller" de JUDAS PRIEST avec dix années d'avance ? Tous les éléments caractéristiques du speed metal à la sauce british sont déjà présents : une double pédale mécanique et impitoyable, un riff monumental et sans concession, un chant apocalyptique et rock'n'roll, une basse cataclysmique... le heavy metal dans toute sa beauté primordiale.
Les influences psychédéliques des débuts n'ont par ailleurs pas disparu. C'est le moins que l'on puisse dire à l'écoute de titres tels que "Capricorn", "Metropolis", des titres aux ambiances aériennes et planantes, qui ne sont pas sans rappeler certains moments de HAWKWIND, l'ancien groupe de Lemmy.

Que retenir au final d'Overkill ? C'est bien simple : tout.
Overkill et ses chansons speed et crades pose définitivement les bases du style MOTÖRHEAD, et les albums suivants ne feront que reproduire cette formule avec quelques variations plus ou moins importantes suivant les périodes. Des titres mythiques, tels que la chanson titre "Overkill", "No Class" ou encore "Stay Clean", peuvent être aujourd'hui considérés comme des pierres angulaires du heavy metal, des chansons qui n'ont toujours pas pris une ride plus de 30 ans après leur publication.
Cet album légendaire est donc la première œuvre majeure de cette légende britannique immortelle qu'est amenée à devenir MOTÖRHEAD dans les années à venir. Le groupe enchaînera d'ailleurs rapidement avec un successeur tout aussi brillant, le monstrueux Bomber qui sortira lui aussi durant l'année 1979.

Overkill, un disque parfait pour s'accoupler au son mélodieux de l'artillerie lourde.

Titres absolument incontournables : "Overkill", "Stay Clean", "No Class", "Damage Case", "Metropolis"...

STAY CLEAN !!!

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


Tony IOMMI
Fused (2005)
Inclinez vous devant le Maître.




MOTÖRHEAD
Ace Of Spades (1980)
L'un des plus grands disques du rock'n'roll ?


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Lemmy Kilmister (chant, basse)
- Fast Eddie Clarke (guitare)
- Phil Taylor (batterie)


1. Overkill
2. Stay Clean
3. (i Won't) Pay Your Price
4. I'll Be Your Sister
5. Capricorn
6. No Class
7. Damage Case
8. Tear Ya Down
9. Metropolis
10. Limb From Limb



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod