Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (13)
Questions / Réponses (1 / 6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1975 High Voltage
  Tnt
1976 High Voltage (int)
  Dirty Deeds Done Dirt...
  Dirty Deeds Done Dirt Ch...
1977 Let There Be Rock
1978 Powerage
  If You Want Blood....
1979 Highway To Hell
1980 Back In Black
1981 For Those About To Ro...
1983 Flick Of The Switch
1984 '74 Jailbreak
1985 Fly On The Wall
1986 Who Made Who
1988 Blow Up Your Video
1990 The Razors Edge
1992 Live At Donington
  Live
1995 Ballbreaker
2000 Stiff Upper Lip
2001 Stiff Upper Live
2008 Black Ice
2011 Let There Be Rock
2014 Rock Or Bust
 

- Style : The Darkness , Guns N' Roses, The Dead Daisies
- Membre : Dio, The Firm , Asia, Manfred Mann's Earth Band, Uriah Heep
 

 Site Officiel (473)
 Highway To Ac/dc (fan Site) (1172)

AC/DC - Powerage (1978)
Par BAKER le 24 Novembre 2019          Consultée 207 fois

C'est le moment de la consolidation pour AC/DC dont le dernier album a marqué les esprits. Cette façon de durcir le ton tout en conservant les racines blues-rock, ça avait déjà été fait, mais pas avec un doux dingue comme Bon Scott, pas avec un guitar hero aussi costaud qu'Angus Young, pas avec une telle cohésion de groupe. Powerage se devait de rester dans la lignée tout en apportant de la fraîcheur. Fraîcheur il y aura, de par la bonne humeur globale (pas éternelle) du disque, son côté léger. Est-ce que la force ravageuse de Let There Be Rock restera intacte ?

Il convient d'abord de préciser qu'encore une fois, peu ou prou la dernière, Powerage connaît une version différente en Australie et en Europe, différence moins visible car la pochette (à la fois kitsch et terriblement icônique) est cette fois la même. Un titre différencie les deux 33 tours : l'Australien débute par un très bon "Rock'n'Roll Damnation" presque dansant, accessible, dont le maître mot est fluidité mais pas vraiment originalité, tandis qu'à sa place nous autres Européens avons droit à "Cold Hearted Man", un peu plus mélodique et bluesy, proche des chansons à velléité pop des deux premiers albums... sur les pressages Australiens. Vous suivez ? Une chose est en tout cas à retenir : pour une fois, la tracklist de la version Européenne est très largement supérieure à l'Australienne, fort bancale. Comment peut-on considérer "Gimme a Bullet" comme autre chose qu'un début de face ?

Dans son ensemble, le disque se montre sympathique mais inférieur à son aîné. La faute peut-être à une formule qui commence justement à en devenir une. Ainsi ledit "Gimme a Bullet" souffre un peu d'un couplet à la mélodie trop attendue, tandis que "Up to my Neck in You" ne force pas leur talent et que "Kicked in the Teeth", malgré une belle énergie, ne peut faire oublier qu'elle passe derrière la chanson "Let There Be Rock".

Heureusement, Powerage, ce ne sont pas que ces facilités. Ce sont aussi de bons titres qui donnent le sourire. "Down Payment Blues" essaie de faire la synthèse entre "Ain't No Fun" et "Overdose" avec un certain succès, tout comme "What's Next to the Moon" tente de retrouver le côté fun et joyeusement irrévérencieux de "Big Balls" ou "She's Got Balls" avec un refrain très accessible - peut-être trop au goût de certains d'ailleurs. Comme pour prouver que le groupe en a encore beaucoup sous la pédale, deux titres se partagent les antipodes : "Sin City" possède une certaine lourdeur, une violence sous-jacente qui préfigure un peu ce que sera l'album Flick of the Switch ; au contraire, "Gone Shootin' ", légère comme une plume et dôtée d'un riff particulièrement canaille, est un grand classique terriblement addictif à qui ne manque qu'un bruitage de canard, même si on se doute que ça parle plus de poule ou de belette.

Evidemment, même si le disque manque un peu de force et d'unité, ça reste le haut du panier ; il y a cependant deux éléments qui font que Powerage continue la légende bien plus que la ternir. D'abord, il y a "Riff Raff", un titre ravageur, rapide, féroce, bluesy et rock'n'roll, un best-of à lui seul des albums déjà sortis, un régal avec Angus en feu. Ensuite, il y a Bon Scott. Ses progrès au chant depuis Let There sont phénoménaux. Il est beaucoup plus juste, plus puissant et plus naturel tout en conservant sa gouaille junévile et sa salacerie innée. A lui seul, il hisse un groupe déjà culte à un niveau supérieur, en terme d'accessibilité et de professionnalisme. Powerage n'est peut-être pas le meilleur album de la période Scott, mais il est une marche de plus sur le court escalier menant AC/DC à la gloire mondiale.

Note finale : 3,5 / 5, je ne peux que monter à 4 devant le cataclysme Riff Raff. Et puis on est en France ici : vous avez plus de chances de trouver le 33 tours pressage européen, le bon.

A lire aussi en ROCK par BAKER :


STYX
The Mission (2017)
Un grand moment d'aor purement classique !




JIM PETERIK & WORLD STAGE
Winds Of Change (2019)
La vieille garde ne se rend pas


Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
   BAKER

 
   (2 chroniques)



- Bon Scott - Voix
- Angus Young - Guitare Solo
- Malcolm Young - Guitare Rythmique
- Cliff Williams - Basse
- Phil Rudd - Batterie


1. Rock 'n' Roll Damnation
2. Gimme A Bullet
3. Down Payment Blues
4. Gone Shootin'
5. Riff Raff
6. Sin City
7. Up To My Neck In You
8. What's Next To The Moon
9. Cold Hearted Man
10. Kicked In The Teeth



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod