Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE BAROQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Georg Friedrich Handel , Antonio Vivaldi , Jan Dismas Zelenka
- Style + Membre : Lambarena

Johann Sebastian BACH - Suites Anglaises N°1, 3 & 6 (perahia) (1724)
Par CHIPSTOUILLE le 14 Octobre 2006          Consultée 4828 fois

Le piano, ou plutôt son ancêtre, le clavicorde (qui fonctionne sur un procédé similaire de cordes frappées avec un marteau, rien à voir avec l’orgue ou le clavecin) fut inventé en 1709. L’un des compositeurs baroques à en avoir eu la primeur fut Domenico SCARLATTI. Ce ne fut – malheureusement diront certains – pas le cas de Johann Sebastian BACH qui ne découvrit cet instrument que quelques années avant sa mort. Ce dernier, étonné du résultat que l’on pouvait obtenir avec un tel instrument, encouragea que l’on reprenne ses diverses compositions sur ce tout nouveau tout beau piano.

C’est ce que Murray Perahia applique à la lettre avec ces suites qui n’ont d’anglaises que le nom (qui n’est d’ailleurs pas d’origine), puisqu’elles furent composées par un Allemand et caractéristiques d’une fusion des styles italiens et français. Fusion que BACH tentait de réussir par ses propres moyens alors qu’éclatait la fameuse querelle des bouffons à ce sujet outre-Rhin (en France, donc). Deux choses s’opposent donc ici, des suites dont l’écriture est remarquable, et un pianiste anachronique qui tente de leur apposer les spécificités de son instrument, idéal pour moduler la force du jeu, passant de "piano" en "forte" avec l’aisance que l’on connaît des meilleurs interprètes.

Sur le premier point, BACH maîtrise son ouvrage, y développe pleinement sa méthode contrapuntique, associant la richesse des mélodies à la française à l’aisance naturelle et la souplesse du style italien. Reste le problème commun à ses compositions pour instrument seul, bien souvent monolithiques, et n’ayant pour seules possibilités de variations que celles de la mélodie et de la technique de jeu ; l’époque baroque – et BACH s’y tient fermement – n’étant pas des plus propices aux variations de tempo au sein d’un même mouvement.

Sur le second point, il faudra composer avec un piano, instrument qui "tape" par excellence. D'une multitude de frappements de cordes, certains atteignent l'orgasme musical là où d'autres supportent plus qu'ils n'apprécient les à-coups successifs de l'instrument. Le son du piano manque malheureusement de corps et perd vite de sa majesté lorsqu'il est joué sans accompagnement, chose désespérément absente ici. C'est donc avant tout une histoire de goût, mais le piano ne sied que rarement à la musique baroque et ce recueil ne fait malheureusement pas exception.

Certains esthètes de l’instrument parviennent tout de même en de rares occasions à faire mouche. Perahia s’y emploie avec vigueur sans convaincre réellement, là ou Glenn Gould atteint plus régulièrement son but. Sans l’égaler, on pourra reconnaître qu’au bout de quelques tentatives d'écoutes forcées, on s'aperçoit que le pianiste anglais réussit quelque exploit, notamment dans l’Allemande et la seconde Bourrée de la suite n°1, la courante de la suite n°3 ou bien encore le prélude, les gavottes et la gigue de la suite n°6.

Etonnamment donc, on parvient, même pour les plus réfractaires au « BACH repris au piano », à se trouver un chemin dans le dédale creusé de notes frappées ici proposé (pas toujours malheureusement, il subsiste un grand vide dans la suite n°6, par exemple). Se prendre d’affection pour les mélodies étant bien entendu le meilleur moyen de passer outre le côté monolithique de la combinaison style/instrument. Soyons indulgents, on y reviendra avec un certain plaisir, en prenant soin d’écouter chaque suite séparément, j’en suis pratiquement persuadé…

PS: précisons tout de même qu'un enregistrement réunissant les suites anglaises 2,4 & 5 interprétées au piano par le même Perahia existe également.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Joseph HAYDN
Symphonie N°104 Londres Ou Salomon (jochum) (1795)
Accomplissement.




Georg Philipp TELEMANN
Suites & Cto Pour Flûte à Bec Et Orchestre (steger) (2006)
Triptyque de styles charmant et ingénieux


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Murray Perahia (piano)


- english Suite N°1 En La Majeur, Bwv 806
1. Prélude
2. Allemande
3. Courante I
4. Courante Ii Avec Deux Doubles
5. Sarabande
6. Bourrée I
7. Bourrée Ii
8. Gigue
- english Suite N°3 En Sol Mineur, Bwv 808
9. Prélude
10. Allemande
11. Courante
12. Sarabande
13. Gavotte I
14. Gavotte Ii (ou La Musette)
15. Gigue
- english Suite N°6 En Ré Mineur, Bwv 811
16. Prélude
17. Allemande
18. Courante
19. Sarabande - Double
20. Gavotte I
21. Gavotte Ii
22. Gigue



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod