Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL/MOTOWN  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1977 Bat Out Of Hell
1981 Dead Ringer
1983 Midnight At The Lost ...
1984 Bad Attitude

MEAT LOAF - Stoney & Meatloaf (1971)
Par MARCO STIVELL le 28 Juin 2019          Consultée 250 fois

MEAT LOAF a toujours eu un problème avec son identité. Marvin (nom de famille : Lee Aday) à la naissance, puis Michael selon son voeu et à l'état civil depuis un certain nombre d'années. Tout tourne autour du M, y compris ce surnom qui signifie "pain de viande" (traduction de "meat loaf"), qu'il garde depuis l'enfance comme les quelques 120 kg de sa morphologie (même durant ses années de végétarisme) et dont les origines varient : son père flic pour le moins absent (dans le sens pilier de bar, où Marvin et sa mère allaient souvent le cueillir), un professeur de sport à l'école...

Sa taille lui offre les avantages de certains métiers, gardien/agent de sécurité par exemple, mais c'est bien la musique qui le motive depuis l'adolescence et sa voix puissante se fait vite remarquer. Parti de Dallas où il est né pour Los Angeles et un peu par hasard durant la période hippie, il fonde un groupe soul auquel il donne son nom et fait diverses premières parties pour d'autres petits jeunes : THE WHO, THEM, GRATEFUL DEAD, Taj MAHAL, Janis JOPLIN, MC5, THE STOOGES, RENAISSANCE...

Puis MEAT LOAF est embauché sur la comédie musicale HAIR à Detroit, aux côtés de Shaun Murphy alias STONEY, chanteuse locale. En 1971, leur premier disque est une collaboration commune suggérée par la maison Motown, avec laquelle ils ont signé via le label Rare Earth. Ce disque reste néanmoins impersonnel pour les deux car l'équipe de production enregistre les morceaux sans consultation des chanteurs avant de les faire venir, et ensuite, les arrangements sont formatés, on s'en doute ! En plus, le surnom de Marvin est écrit en un seul mot ! La plupart des compositions provient du chanteur Mike "Scorpion" CAMPBELL et du guitariste Ray Monette.

Cela pourrait constituer un plaisir d'écoute, la présence des légendaires Funk Brothers auprès de MEAT LOAF, mais l'album souffre pas mal des arrangements. Grosse instrumentation forcément, cordes, cuivres utilisée de manière diversifiée, saxophones en avant sur "Game of Love" qui est un "swamp" blues, cordes égayantes sur la country de "Jessica White", ou encore façon pathos et paillettes sur le pop/gospel "Sunshine (Where's Heaven)". Cela a son charme, mais il y a pas mal de moments médiocres, de passages à vide comme le pont de "Jimmy Bell" (traditionnel) ou le solo de Ray Monette pourtant joli mais bien trop étiré sans raison à la fin de "Kiss Me Again".

Les guitares, basse "Babbitt" comprise, nous séduisent sur le même morceau (ah, ces trémolos !), puis autant que les cordes sur la folk de "She Waits by the Window". Celle-ci aurait gagné à continuer dans la même ambiance tout le long, sans montée lyrique de la part des deux chanteurs. Un titre comme "It Takes All Kind of People" reste de la Motown pur jus, on écoute gentiment. MEAT LOAF semble un peu à l'étroit sur le blues monotone de "Lady Be Mine", mais STONEY l'aide à pousser la chanson en avant.

C'est amusant de remarquer combien il tire la couverture, introduisant souvent les morceaux seuls, pour reléguer sa collaboratrice aux choeurs. Cela peut expliquer pourquoi "Game of Love", une reprise de (Ike &) Tina TURNER et que STONEY chante seule, est absente de la réédition de ce disque en 1978, une fois que MEAT LOAF aura connu le succès.

Autre morceau escamoté, "(I'd Love to Be) As Heavy as Jesus" qui introduisait l'album dans un bon parfum hippie et comédie musicale, avec son rythme shuffle torride et ses choeurs dérangeants qui répètent "heavy as Jesus Craaaaïiiiiiist". Cela devait poser problème de le remettre au bon souvenir d'une Amérique puritaine... À la place, vous gagnez "Who Is the Leader of the People", sorte de "Papa Was a Rolling Stone" chanté par MEAT LOAF, franchement moyen ! Sans parler d'une pochette trois fois plus discutable que l'originale...

Au moins, et à travers quelques moments convaincants, les deux voix sont belles - la sienne à lui, déjà particulière ! - et se mélangent bien, notamment pour le titre funk "What You See Is What You Get", un des meilleurs de l'ensemble avec sa touche glorieuse et sa mélodie efficace, dont le single parvient à se faire une place timide dans les charts US. Shaun STONEY Murphy devient par la suite choriste de renom, pour Bob SEGER dans les années 70, puis Eric CLAPTON dans les années 80, enfin pour LITTLE FEAT de 1993 à 2009, date à laquelle elle commence à publier des disques de blues sous son vrai nom.

Pour MEAT LOAF, dont le contrat avec Motown prend vite fin contrairement à son ex-partenaire, la grande histoire commence juste !

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


COCK ROBIN
First Love, Last Rites (1989)
Pop aérienne et cuivres mariachi




Phil COLLINS
Both Sides (1993)
Le plus "à part" de tous, à tous les niveaux


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Meat Loaf, Stoney Murphy (chant)
- Mike Campbell (choeurs, instrumentations)
- Telma Hopkins, Joyce Vincent (choeurs)
- Bob Babbitt, Mike Campbell (instrumentations)
- Ray Monette, Andrew Smith (instrumentations)
- Ralph Terrana, Charlie Irwin (instrumentations)
- Richard Ponte, Jim Simmons, Scott Strong (instrumentations)


1. (i'd Love To Be) As Heavy As Jesus
2. She Waits By The Window
3. It Takes All Kind Of People
4. Game Of Love
5. Kiss Me Again
6. What You See Is What You Get
7. Sunshine (where's Heaven)
8. Jimmy Bell
9. Lady Be Mine
10. Jessica White



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod