Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1977 Bat Out Of Hell
1981 Dead Ringer
1983 Midnight At The Lost ...
1984 Bad Attitude
1986 Blind Before I Stop
 

- Membre : Richard O'brien

MEAT LOAF - Bat Out Of Hell Ii: Back Into Hell (1993)
Par MARCO STIVELL le 1er Octobre 2019          Consultée 1012 fois

S'il y a bien un retour qu'on n'attendait pas, c'est celui-là ! Il a fallu moins de temps à MEAT LOAF qu'à Mike OLDFIELD pour s'apercevoir qu'il était possible de renouer avec le succès d'un premier album mythique des années 70 (qui a dit qu'ils avaient tenté leur chance, chacun en duo avec une chanteuse avant ?) en donnant une suite à celui-ci (pareil pour les suites ultérieures, encore plus rapprochées) à peu près dans les mêmes temps, au début des années 90, après quelques années de vaches maigres. Pour LOAF, c'était carrément des années de silence radio !

En fait, lui et Jim STEINMAN avaient mis en chantier Bat Out of Hell II: Back Into Hell aussitôt après le premier volet en 1977, mais pendant la tournée, le cahier de paroles a été dérobé, et puis c'était le moment où LOAF commençait à perdre franchement sa voix. Ensuite, il y a eu les années 80, les "je t'aime moi non plus"... 1993 concrétise la fin (temporaire) de difficultés et de pourparlers. Un coup plutôt bien lancé puisque quelques 14 millions de copies en sont écoulées, avec des numéro 1 aux USA, en Grande-Bretagne, Australie/Nouvelle-Zélande, Allemagne, Suisse/Autriche, Pays-Bas et Scandinavie !

MEAT LOAF ne s'en cache point : même si STEINMAN avait en tête une oeuvre du style Parrain II après le I (meilleur avec Brando ou seulement Pacino ? Telle est la question), l'appellation Bat Out of Hell sert d'abord à booster les ventes. Le concept n'a de fil rouge que les thématiques chères au parolier : amour, sexe, rock'n'roll, enfance dérangée, regards sur la vie passée et tout ce que cela comporte de hantise... Selon STEINMAN, "Objects in the Rear View Mirror May Appear Closer Than They Are", où un homme se juge à travers un miroir, a été particulièrement difficile à écrire et à interpréter : MEAT LOAF nous surprend lui-même avec une voix grave comme jamais. Quelle magie sur ce morceau habité d'arpèges de Stratocaster et de claviers amples !

Et penser que "I'd Do Anything for Love (But I Won't Do That)", avec ses 12 minutes au compteur et ses tournures habiles autant qu'acérées (pendant deux couplets, LOAF chante ce qu'il fera par amour et ce qu'il ne fera pas dans le suivant, ainsi de suite), est devenu un single à succès dans plusieurs des pays susmentionnés ! Pour redémarrer en terrain connu, Eddie Martinez (accompagnateur de STEINMAN) reprend l'effet moto à la guitare de 77 par Todd RUNDGREN joyeusement. Ce dernier n'est présent ici que pour des choeurs et arrangements vocaux, de même que certains comparses d'UTOPIA, comme le bassiste Kasim Sulton, qui avaient fait le chef d'oeuvre Bat Out of Hell.

Tout cela pour en revenir au son rock d'avant en grande pompe, sous la direction de Jim STEINMAN, même si les synthétiseurs ont laissé leur marque. Ici, on ne les entend pas ou alors peu sur le premier titre, préférant laisser l'illustre Roy Bittan reprendre les mélodies grandiloquentes de piano là où elles avaient été laissées, un orgue Hammond chatoyant que même son employeur et ami Bruce SPRINGSTEEN favorisait moins depuis quelques temps. On retrouve aussi avec bonheur Steve Buslowe, méconnu mais inspiré bassiste de LOAF dans les années 80. Pour le reste de l'orchestration, ce sont essentiellement de nombreux/euses choristes (acteurs pour certain-e-s) ainsi que des "requins" de studio : Tim Pierce, Pat Thrall, Jeff Bova...

Vu la force des nouvelles compositions offertes par le tandem LOAF/STEINMAN, on pense bien sûr au Boss, encore une fois. La batterie claque fort - le "Mighty" Max Weinberg a laissé sa place à Kenny Aronoff -, le titre s'étire en montées et descentes toutes aussi lyriques les unes que les autres, et l'intervention féminine ne se fait point attendre. Lorraine CROSBY, avec sa voix rocailleuse, succède à une Ellen FOLEY pourtant bien présente elle aussi, trop diluée dans les méandres de la chanson au miroir toutefois.

Le pessimiste "Life is a Lemon and I Want My Money Back" est le genre de mélodie excellente pour LOAF qui revient tout frais et, sans atteindre les sommets d'avant, prend un certain plaisir à chanter sur ce disque, à nous en donner tout autant. Les synthés y sont massifs, les solos de guitares vrombissants, miam ! "Rock and Roll Dreams Come Through" ressemble à du QUEEN, finement léché par le sax de Lenny Pickett. On comprend moins l'intervention de ce dernier en introduction de "Good Girls Go to Heaven (Bad Girls Go Everywhere)" – quel titre ! - d'autant plus que le titre, malgré un caractère rock FM de haute qualité, s'enlise un brin durant un interlude funk qui ne rend pas justice à "Paradise by the Dashboard Light".

Bat Out of Hell II: Back Into Hell est moins passionnant que son grand frère de 1977, pour cela et quelques autres choix discutables. Néanmoins, on y retrouve l'esprit comédie musicale, l'alternance de parties rock et ballades littéralement féériques ("Out of the Frying Pan (and Into the Fire)" mêle les deux superbement). On est plus que jamais dans un style rock de stade, moyens modernes en prime, mais terriblement efficace ("Everything Louder Than Everything Else", pour ne citer que lui).

"Lost Boys and Golden Girls", slow obligatoire en conclusion, justifie l'emploi de choeurs mieux que d'autres chansons, tandis que "It Just Won't Quit" ferait presque penser à du Bruce HORNSBY. "Wasted Youth" est le monologue attendu de Jim STEINMAN, encore meilleur que l'intro de "You Took the Words Right Out of My Mouth", par sa dimension horrifique et rythmique, dans le but que la voix supplante la batterie : un enfant découvre le rock'n'roll, devient fou, explose sa guitare et veut tuer ses parents, avant d'être arrêté par son propre père. De quoi donner envie d'y venir et revenir !

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


10,000 MANIACS
The Wishing Chair (1985)
Premier vrai album




CUT_
Millionairhead (1999)
Prometteur mais éphémère


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Meat Loaf (chant)
- Jim Steinman (paroles, production, narration)
- Todd Rundgren (choeurs, arrangements vocaux)
- Kenny Aronoff, Jimmy Bralower (batterie)
- Rick Marotta (batterie)
- Steve Buslowe (basse)
- Roy Bittan (piano, claviers)
- Jeff Bova (orgue, synthétiseurs, programmations)
- Eddie Martinez, Tim Pierce, Pat Thrall (guitares)
- Lenny Pickett (saxophones)
- Bill Payne (piano)
- Brian Meagher, Justin Meagher (cornemuses, caisses claires)
- Brian Meagher Jr (cornemuses, caisses claires)
- Lorraine Crosby (chant)
- Kasim Sulton, Ellen Foley (choeurs)
- Rory Dodd, Brett Cullen (choeurs)
- Michelle Little, Robert Coron (choeurs)
- Cynthia Geary, Stuart Emerson (choeurs)
- Amy Goff, Elaine Goff (choeurs)
- Max Haskett, Curtis King (choeurs)
- Gunnar Nelson, Matthew Nelson (choeurs)
- Eric Troyer (choeurs)


1. I'd Do Anything For Love (but I Won't Do That)
2. Life Is A Lemon And I Want My Money Back
3. Rock And Roll Dreams Come Through
4. It Just Won't Quit
5. Out Of The Frying Pan (and Into The Fire)
6. Objects In The Rear View Mirror May Appear Closer.
7. Wasted Youth
8. Everything Louder Than Everything Else
9. Good Girls Go To Heaven (bad Girls Go Everywhere)
10. Back Into Hell
11. Lost Boys And Golden Girls



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod