Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1977 Bat Out Of Hell
1981 Dead Ringer
1983 Midnight At The Lost ...
1984 Bad Attitude
1986 Blind Before I Stop
 

- Membre : Richard O'brien

MEAT LOAF - Welcome To The Neighbourhood (1995)
Par MARCO STIVELL le 30 Mars 2020          Consultée 228 fois

Une belle pochette qui faisait espérer beaucoup avec son style de roman de gare/policier d'il y a quelques décennies. Après le succès colossal de Bat Out of Hell II (il n'en connaîtra plus jamais de pareil), MEAT LOAF n'en a pas fini pour autant avec les albums-concept. Welcome to the Neighbourhood n'a nécessité que deux ans de gestation, et on comprend vite pourquoi !

Diverses mains ont contribué à ce disque, ce qui en fait plus un collage qu'autre chose, tout comme la liste des musiciens intervenants. Le seul élément stable reste le chanteur lui-même, mais pas sur tous les titres. En tout cas, il ne faut pas compter de nouveau sur une collaboration franche entre lui et Jim Steinman. Si l'artisan des grands succès de MEAT LOAF est présent, c'est seulement pour deux reprises : l'une, "Left in the Dark" de son album Bad for Good (1981), l'autre, "Original Sin" du projet groupe vocal féminin avorté de Steinman en 89-90 (PANDORA'S BOX). Cette dernière, dans ses élans pop-funk, est la moins convaincante des deux.

L'amour est ici au centre de toutes les préoccupations. Chaque chanson se trouve dédiée à une période donnée de la vie avançant avec diverses histoires pour ne pas dire "nouvelles", telles que le livret de l'album les présente. On parlait de funk, mais le son voulu ici est plutôt rock. À la batterie, Kenny Aronoff arrive plutôt bien à restituer la puissance sonore des disques plus anciens, tandis que les divers pianistes, parmi lesquels Paul Jacobs (musicien de LOAF dans les années 80), tentent eux d'égaler Professeur Roy Bittan avec plus ou moins de confort. Les intros piano-synthés survolés par la voix splendide du chanteur sont légion ici, et ce dès le début très estival, avec ses grillons, son ambiance de route de campagne entre chien et loup.

En rejoignant ce dernier critère, un des points forts de Welcome to the Neighbourhood est justement sa production chaude et ample au milieu des années 90, loin des productions factices de l'époque. Elle profite beaucoup à des titres comme la fameuse reprise de Steinman, "Left in the Dark", les intros de "Where the Rubber Meets the Road" et "I'd Lie for You (And That's the Truth)", le début et la fin folk de "Not a Dry Eye in the House".

Cette dernière est toutefois symptômatique du problème ambient de ce disque. D'un côté, les éléments simples, même au niveau vocal, qui auraient gagné à être mieux développés sur l'album. D'un autre, les développements intéressants mais systématiquement ramenés à un son "lourd", avec de beaux moments rock certes, mais des choeurs à la QUEEN bien trop prononcés. Là où ce disque aurait donc gagné à être différent des autres, il faillit à sa tâche, même dans ce qu'il a de commun.

Les riffs bluesy de "Where the Rubber Meets the Road" sont à l'avenant, c'est l'une des meilleures chansons rock de l'ensemble et une de celles où les choeurs sont les mieux gérés ; question de discrétion, pour le coup. Au début de "Amnesty is Granted", on croit entendre du AC/DC (Steve Van Zandt aux guitares, pour signifier que le E STREET BAND n'est jamais très loin). Non seulement ce morceau F.M chanté avec Sammy Hagar (VAN HALEN) est médiocre, mais de plus, si jamais vous cherchez Harry Vanda et George Young, les façonneurs sonores de la bande australienne, il faut les trouver quelques titres plus hauta, à l'écriture de "Runnin' for the Red Life (I Gotta Life)", guère plus reluisant.

Ensuite, en matière d'élégance qui fait mouche, il convient de citer l'emprunt à Tom WAITS, "Martha". Une ballade valsée, chose rare pour MEAT LOAF, mais qui lui convient très bien, tout comme l'accordéon, les arrangements de synthés épiques qu'on aurait dû entendre plus ici. Il y a aussi le très beau slow "I'd Lie for You (and That's the Truth)" en compagnie de la fidèle choriste Patti RUSSO. À l'inverse, les deux interludes instrumentaux sont assez dérangeants, entre l'orgasme reggae de Susan Wood sur "45 Seconds of Ecstasy", rigolo au moins, et la samba cuivres-percussions sortie des claviers de Jeff Bova, "Fiesta de las Amas Perdidas", pas drôle en revanche. Cela fait un brin foutoir, mais n'empêche pas l'album de cartonner aux USA et en Grande-Bretagne.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


ZUCCHERO
Miserere (1992)
Santana, folk et partie de pêche.




SHAKIRA
Dónde Están Los Ladrones? (1998)
Pop-rock latino américain de qualité.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Meat Loaf (chant)
- Steve Buslowe (basse)
- Kenny Aronoff, John Micell (batterie)
- Jeff Bova (claviers, orgue hammond, programmations)
- Pat Thrall, Tim Pierce (guitares)
- Eddie Martinez, Steve Van Zandt (guitares)
- Kasim Sulton (guitares acoustiques, choeurs)
- Mark Alexander, Paul Jacobs (piano)
- Patti Russo (chant)
- Pearl Aday, Elaine Caswell (choeurs)
- Rory Dodd, Curtis King (choeurs)
- Sammy Hagar (chant, guitare)
- Susan Wood (voix)


1. Where The Rubber Meets The Road
2. I'd Lie For You (and That's The Truth)
3. Original Sin
4. 45 Seconds Of Ecstasy
5. Runnin' For The Red Life (i Gotta Life)
6. Fiesta De Las Amas Perdidas
7. Left In The Dark
8. Not A Dry Eye In The House
9. Amnesty Is Granted
10. If This Is The Last Kiss (let's Make It Last All N
11. Martha
12. Where Angels Sing



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod