Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION POP CLASSIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


William SHELLER - Univers (1987)
Par ERWIN le 20 Janvier 2020          Consultée 1676 fois

Les trois années qui séparent les derniers opus de William SHELLER sont le lieu de nombreuses expérimentations classiques pour le pianiste blond : au piano, en quintette, sa tête et devant de micros parterre de fans. Simplement avait eu le mauvais goût d'être trop court. Cette fois, William est prêt pour la joute et, pour la première fois, il semble que les diverses influences du compositeur puissent désormais cohabiter, pour le plus grand plaisir de chacun. D'ailleurs, la pochette ne trompe pas, il faut s'attendre à une avalanche d'ambiances classiques dans ce septième opus.

Je me souviens fort bien, à la sortie du "Nouveau monde", d'avoir pensé que tout cet environnement étrange ne me convenait vraiment pas et que je ne risquais pas d'aimer un jour. La voix de William me semblait trop fluette et la vidéo me semblait ridicule. Voilà voilà. Comment se fait-il que j'y sois si sensible toutes ces années plus tard ? Les touches classiques me paraissent presque miraculeuses aujourd'hui. Traitez-moi de girouette et je suis obligé de vous donner raison. L'ensemble est en tout cas fort plaisant, avec un refrain magnifique et un solo de gratte bien destroy.

"Les miroirs dans la boue", sans doute le classique de cette livraison, reste à raison dans toutes les setlists du Parisien depuis sa sortie. La douceur de la mélodie jouxte celle de "Petit comme un caillou", de même que le sujet, pour, au final, un moment de grande qualité.
"L'empire de Tohol" est une des pièces les plus ambitieuses de notre artiste qui y déploie toute sa science des arrangements classiques, sur un rythme heavy metal, jamais démenti. C'est d'ailleurs Renaud HANTSON des fiers SATAN JOKERS qui officie à la batterie, rien d'étonnant. Vous êtes surpris ? Oubliez cela et réécoutez SHELLER car si ce titre vous botte, il y a tout un monde à côté de Tohol. La voix du bridge nous rapproche instantanément de Tolkien et des grands de la fantasy. Alors certes, il faut un peu s'accrocher mais ensuite, quel bonheur ! Quelle classe !

Mais tout commence par les cuivres, les cordes et la gratte agressive de "Darjeeling". On sent très vite que l'auteur comme le compositeur souhaitent ouvrir leur champ d'expérimentations au maximum. Cela nous donne un ensemble très original, trop sophistiqué pour être qualifié de variété, avec pourtant une certaine simplicité d'accès. La fusion classique/pop continue sur "Encore une heure, encore une fois", mais le titre ne me séduit guère, un brin trop 'pressé' à mon goût.

Les petites pièces au piano sont plus que jamais là. Ici, nous avons en premier lieu la sympathique "Basket ball". "Guernesey" se rapproche bien plus d'une marche funèbre qui évoque l'exil de Victor Hugo dans les îles anglo-normandes. Bernard LAVILLIERS, auteur du texte, y joue de son mieux avec les mots pour retranscrire les écrits du géant de la littérature. Le sujet original interpelle et son traitement laisse admiratif. Malgré l'ambiance samovaresque, je suis moins fan de "Cuir de Russie", mais le solo de violon est top, comme les notes de Janick, d'ailleurs. Enfin, l'instrumental "Chamber Music" tire les marrons du feu avec une belle mélodie et son ambiance romantique.

Univers reste un des grands succès de William SHELLER. C'est à dater de cet album que le chanteur a véritablement trouvé son style et va appliquer ce traitement à tous ses albums à venir. Plusieurs titres sont plébiscités par les fans et, il faut le dire, par la critique, l'album se vendant la bagatelle de 300 000 unités, ce n'est pas rien ! J'oscille entre un 3 et un 4 trop faiblard pour être atteint, je reste donc sur un 3,5 de bon aloi, et je conseille fortement l'écoute de "Les miroirs dans la boue", de "L'empire de Tohol" et du "Nouveau monde". La carrière de SHELLER est proche de l'envol définitif.

A lire aussi en VARIÉTÉ FRANÇAISE par ERWIN :


Nino FERRER
Métronomie (1972)
évolution drastique




Véronique SANSON
Amoureuse (1972)
Le papillon s'envole


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- William Sheller (chant-claviers)
- Janick Top (basse)
- Laurent Roubach (guitare)
- Renaud Hantson (batterie)


1. Darjeeling
2. Basket-ball
3. Encore Une Heure, Encore Une Fois
4. Les Miroirs Dans La Boue
5. Chamber Music
6. Le Nouveau Monde
7. Cuir De Russie
8. Guernesey
9. L'empire De Tohol



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod