Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK HARD  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


William SHELLER - Albion (1994)
Par ERWIN le 25 Janvier 2020          Consultée 1323 fois

Il s'en est passé des choses dans le monde joli de William SHELLER depuis sa dernière contribution studio au monde de la musique populaire française. Il a donné des concerts symphoniques. A l'opposé du spectre musical, il a ensuite proposé des concerts en solitaire -nous y reviendrons- et a à jamais imposé sa griffe dans l'art en imposant "Un homme heureux" au firmament des classiques. C'est à dater de cette époque que votre serviteur se prend de passion pour le pianiste blond. Alors, bien sûr, tout va pour le mieux, du moins artistiquement. William, ayant réussi sa fusion symphonico pop, souhaite se lancer d'autres défis et pointe son regard acéré vers l'Angleterre, berceau du pop rock. Il recrute Steve Bolton, légende des débuts du hard rock avec son groupe ATOMIC ROOSTER et enregistre avec lui à Londres, en perfide Albion.

Le chef d'oeuvre "Excalibur" est à nouveau présent, mais sous de nouveaux atours. Voyons donc : grosse batterie, basse raide, gratte grasse, mais qu'est-ce donc ? L'emballement ne laisse la place à aucun doute, c'est du... Heavy Metal ? Palala, William sera à jamais un artiste "pas comme les autres". Le rythme est époumonant, jusqu'à la voix du chanteur qui a pris une certaine assurance rock. Ouais c'est dingue ! Cette composition est de toutes manières d'un tel niveau qu'on pourrait aussi en tirer des versions jazz ou reggae qu'elle en garderait toute sa classe. Cela n'enlève rien à la démarche flamboyante effectuée par l'artiste. Chapeau bas !

Le riff est plus hard rock sur "Les enfants sauvages", mais ne vous attendez pas à du sous J-J GOLDMANN époque minoritaire avec Nono. Il n'y a ici aucune concession, Boltz assaisonne le titre en permanence de ses interventions et seule la voix de l'artiste nous rattache encore à la pop. "Good bye good bye good"... un hammond lourd, on nage en plein psychédélisme et c'est prenant. La voix est trafiquée, le titre plein de substances prohibées et très esthétique. "Comme on n'oublie pas" rappellerait presque le riff de "Death Walks All Over You" d'ATOMIC ROOSTER. Mais c'est un brin mollasson par instant, et les effets ne m'emballent pas plus que ça, même si le refrain super metallisé défonce bien. Encore du gros riff bien psychédélique sur "On vit tous la même histoire". L'icone du hard prog des seventies Steve Bolton se lance d'ailleurs dans un titre de hard rock superbe en anglais "I Spy", magnifique de bout en bout, mais à des années lumières d'une composition SHELLERienne, il n'empêche qu'on passe un superbe moment.

Le reste sort du registre hard rock, mais garde souvent du gros son, ainsi le single "Maintenant tout le temps" assortie de sa video, nous replonge dans un bain pop new waveux, seule réminiscence de l'époque où William faisait de la variété pop à la "Fier et fou de vous" en plus rock car Boltz reste intenable. "Silfax" nous replonge dans des effluves très seventies, on évolue ici dans un nuage de beuh, c'est marrant avec un petit côté rock'n'roll. On repasse en mer avec "la navale", le côté cool revient en force, voire slow progressif, avec de jolies nappes de synthé... ça fait souffler ! Je suis moins fan de "Relache", avec son intro loufoque, son rythme psychiatrique et ses choeurs en "papapapa" hérités des années soixante.

Quelle prise de risque tout de même ! On ne peut qu'être admiratif devant une telle démarche. Ceux qui ont vu les photos de l'artiste au début des seventies ne seront pas si surpris, cela dit. Sur le plan des compositions toutefois, on a connu mieux sous la plume de William SHELLER, mais je pense que le but était de se payer une tranche de bon temps en déjouant les plans de chacun avec du bon gros hard rock. Mais l'ensemble sonne très bien, particulièrement "Excalibur" qui prend ici une dimension hallucinante. J'aurais aussi aimé entendre une version métallique de "L'empire de Tohol". Je recommande cependant, c'est un magnifique 3.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par ERWIN :


Michel SARDOU
Le Privilège (1990)
Tonitruant début de décennie




Véronique SANSON
Dignes Dingues Donc... (2016)
Le bonheur...? Quoi d'autre ?


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- William Sheller (chant)
- Steve Bolton (guitare)
- Gary Tibbs (basse)
- David Ruffy (batterie)


1. Good Bye Good Bye Good
2. Maintenant Tout Le Temps
3. Les Enfants Sauvages
4. Silfax
5. I Spy
6. La Navale
7. Excalibur
8. Comme On N'oublie Pas
9. On Vit Tous La Même Histoire
10. Relache



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod