Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1997 Ocean Machine Biomech
1998 Infinity
2000 Physicist
2001 Terria
2003 Accelerated Evolution
2004 Devlab
2006 Synchestra
2007 Ziltoid The Omniscien...
2019 Empath
  Tests Of Manhood
 

- Membre : Anneke Van Giersbergen , Steve Vai
- Style + Membre : Ayreon
 

 Site Officiel (2372)

Devin TOWNSEND - Empath (2019)
Par ERWIN le 10 Janvier 2020          Consultée 939 fois

Nous avons de la chance. En faisant un rapide tour d'horizon des genres musicaux et des artistes les plus représentatifs, le Heavy Metal peut s'enorgueillir d'avoir dans ses rangs la personnalité sans doute la plus géniale toutes scènes confondues. Devin TOWNSEND nous sert son art sur des plateaux depuis maintenant plus de 25 ans, avec toujours la même qualité, le même attachement à la perfection. S'il fallait en citer un, nous serions probablement nombreux à citer le canadien. Ayant déjà tout prouvé à de maintes reprises, on n'est plus en attente que d'un éventuel déclin, qui pour le moment, est loin de se présenter. Devin parvient systématiquement à se renouveler, même s'il aborde des genres radicalement différents. L'unique question étant de savoir s'il reste capable de faire "aussi bien".

"Castaway" introduit donc ce dix-huitième opus ainsi qu'il l'aurait fait sur l'ambient Ghost il y a quelques années déjà. La plage, le vent, des ukulele sur fond d'azur... Tout ça ne sonne pas franchement Metal... Mais c'est alors que retentissent les voix des choeurs sur "Genesis" chers à notre magicien canadien depuis Epicloud. Le miracle va-t-il se reproduire ? Le refrain bien speed donne le ton, et très vite les blast beat opérés par Samus Paulicelli retentissent avec fracas. Tout ceci sonne franchement tellurique, du Devin dans le texte. Je suis moins fan de la vidéo que je l'aurais souhaité, mais quelle importance finalement ?

Là où la video ne trompe pas son monde en revanche, c'est bien sur "Spirits Will Collide", ce spectaculaire environnement spatial, qui évoque Ziltoïd, ce gorille qui manie la basse tel un énorme Pastorius et ces éléphants qui martèlent le rythme devant la foule de l'humanité réunie pour chanter la glorieuse composition qui pourrait servir d'hymne à notre planète, c'est vraiment classe. N'est-ce pas d'ailleurs le message de cette chanson ? Halala ! Tout mégalo qu'il soit, le divin devin n'en a pas oublié son génie qui irradie ici de toutes ces notes. Mais regardez donc sa tête sur la video, il a l'air tout fier – et apaisé ? - de son petit tour de passe-passe, se positionner ainsi en héraut de l'humanité, phantasme d'enfance. Bon un petit chef d'oeuvre de plus, le sommet de cette livraison !

Alors quand on dispose de l'organe vocal d'un devin TOWNSEND et qu'on est au point convergent d'une technique proche de la perfection et d'une tessiture à se damner, on a envie de se lâcher et cela donne "Why ?", comme construit de manière classique et où le chanteur module et pousse sa voix dans ses ultimes retranchements. Pas de problèmes ni même de doutes, voilà le plus grand chanteur du metal - de toute la musique moderne ? - en activité. La dernière minute se muant en chevauchée métallique, comme... il se doit ? Une belle réussite !

L'étrange ambiance de "Borderlands" - un coq en intro - avec son piano hoquetant est bien loin de nos éléments métalliques habituels. C'est sympa et tout mignonnet. Plein d'effets pop voire presque grande variété internationale, ne serait-ce la voix exceptionnelle de notre divin chauve préféré. Quand la gratte part, bien sûr cela change la donne, et Devy a l'air de bien s'amuser sur ce morceau rigolade. Alors bien sûr, le titre dure plus de 11 minutes, il y a donc des tiroirs : à débuter par l'intervention d'une Che aimée Dorval douce comme une brise estivale. Une gratte au pouce digne de Ki reprend le lead avec parcimonie sur de gros synthés pompiers. Puis un autre break ambient cette fois... Oui ça part dans tous les sens, c'est du Devin quoi !

On repart sur du Metal bien speedé avec "Hear Me". Comme souvent, le refrain est grandiose et profondément Devinien, on y entend la belle Annekke par instants. Mais il y a aussi beaucoup de pop et donc des choeurs partout ! Ils reprennent de plus belle sur "Evermore", mais le refrain presque jazz progy me séduit moins. Ils sont aussi sur "Requiem" où ils mènent la danse comme dans une B.O de Disney, Marco appréciera ! Les plages de "Sprite" malgré leur aspect positif me semblent moins prenantes, le bridge à la grosse voix est un peu nébuleux.

Et si vous trouvez que 11 minutes c'est un bail, le titre suivant "Singularity", plat de résistance pantagruélique, dure plus de 23 minutes. On ne classe pas Devin en prog metal pour rien ! Une intro planante de gratte, comme pour un décollage, le chant cool de devin, accompagné de... choeurs mais oui, est vraiment relaxant, très beau. On remarque ensuite la résurgence de l'esprit STRAPPING YOUNG LAD sur "There Be Monsters", c'est impressionnant mais franchement à mon âge ça essoufle, je sais pas comment fait Devin pour tenir ! Puis "I Am I" nous renvoie à l'époque de Addicted, à coup de puissance percussive et de rythmique hachées. Très Devinien, avec les énormes synthés derrière les choeurs cosmiques. On rétrograde dans la puissance avec "Curious God", avec beaucoup de bidouillages et pas mal d'interlude. "Silicon scientist" débute ensuite par un coup de sweep rapide, puis cela reste "parlé" comme dans une B.O. On en termine par "Here comes the sun" qui n'est pas la reprise de George HARRISON, mais où un autre maître de la six cordes est présent en la personne de son mentor Steve VAI, joli titre pour conclure cette œuvre.

J'assume, on est loin d'avoir entre les mains la meilleure oeuvre de mister TOWNSEND. Mais nous avons avec "Genesis", "Why ?" et surtout le cosmique "When Spirits collide" des morceaux classiques d'envergure, qui prendront place dans les set list à venir. Difficile de faire un tri au beau milieu de l'avalanche de standards déjà pondus par le Canadien. Sa postérité ne fait pas le moindre doute, sa cohorte de fans jusqu'aux boutistes résolument à ses côtés, Devin ne craint rien, mais apprend à vivre au présent, ce qu'il semble aujourd'hui avoir plus de plaisir à faire qu'auparavant. Cet album est un instantané de la personne qu'est Devin de nos jours. Il sera complètement différent lors de la prochaine livraison. Un 4 pas extatique mais correct.

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


UFO
Lights Out (1977)
Vous allez l'adorer

(+ 1 kro-express)



ACCEPT
Restless And Wild (1982)
La princesse de l'aurore.


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Castaway
2. Genesis
3. Spirits Will Collide
4. Evermore
5. Sprite
6. Hear Me
7. Why ?
8. Borderlands
9. Requiem
10. Singularity
11. 1-a Drift
12. 2-i Am I
13. 3-there Be Monsters
14. 4-curious God
15. 5-silicon Scientist
16. 6-here Comes The Sun



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod