Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUEGRASS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Benabar, Bernard Lavilliers , Johnny Cash

SANSEVERINO - Honky Tonk (2013)
Par RAMON PEREZ le 28 Mai 2020          Consultée 455 fois

Il aurait sans doute été tentant après le four commercial des Faux Talbins de pantoufler la guitare manouche à la main. Une perspective qui n’a pas intéressé SANSEVERINO, puisqu'il persiste et signe dans sa volonté de faire ce qui lui plait. Une tournée radicalement rock en petit comité succède à celle de l’album, histoire d’être au clair lors des négociations en coulisse pour trouver une nouvelle maison de disque. C’est finalement chez Columbia que le chanteur s’installe pour ouvrir un nouveau chapitre de son œuvre. Quatre albums en quatre ans qui viendront confirmer que l’essentiel chez lui n’est pas le style qu’il joue à tel ou tel moment mais sa façon de faire des chansons. Pour ce nouveau disque, retour à ses premières amours. Davantage inattendues que le style manouche qui l’a fait connaitre puisqu'il s’agit d’un genre encore plus singulier : le bluegrass.

Le jeune Stéphane a découvert cette musique des années avant, ce qui lui a donné l’envie de se saisir d’une guitare ou d’un banjo pour faire ses premières gammes. D'ailleurs son premier prof de guitare fut Christian Séguret, un spécialiste. Un personnage que Sanseverino retrouve des années plus tard, puis qu’il a bien voulu intégrer le groupe dont il s’est entouré pour faire ce disque à la mandoline. Si tu ne vois pas de quel style il s’agit, tu n’as plus qu’à écouter Honky Tonk. Tu comprendras de suite puisqu'il a voulu en faire un vrai disque de bluegrass et s’est entouré pour cela d’un groupe de puristes (guitare, banjo, mandoline, violon, contrebasse). Sorte de country de nordistes, typique des Appalaches (particulièrement du Kentucky, d’où le nom de bluegrass qui est le surnom populaire de cet état), ce genre fait en effet la part belle aux instruments acoustiques à cordes. Musique avec une certaine mélancolie, malgré ses allures généralement très rapides, on y retrouve les traces des origines britanniques des habitants de ces régions, en particulier des effluves irlandaises.

Le bluegrass n’a toutefois historiquement rien à voir avec les honky tonk qui sont un type de bars bien plus typiques du sud des USA (ils ont par ailleurs donné leur nom à un sous-genre de la country). Mais il y a un lien familial qui fait que, vu de loin (par exemple de France), on peut mettre ces deux choses dans le même sac. De toute façon il y a bien peu de spécialistes de ce genre de notre côté de l’Atlantique pour s’en formaliser, ce qui est aussi bien. SANSEVERINO propose du coup un disque très singulier et, pour ainsi dire, pratiquement vierge à nos oreilles. C’est ce qui le rend intéressant avec une autre chose importante : il est réussi. S’être entouré d’un groupe de spécialistes pour réaliser cet album s’entend. Il y a un vrai souffle dans le son de l’album avec le mélange des instruments, notamment un violon aérien et un banjo plus terrien.

D'ailleurs on a l’impression d’être au fond d’un de ces honky tonk, avec l’orchestre jouant sur la scène dans le coin. Le disque est pensé comme une soirée de bal folk animé par cet ensemble, dans un set en trois parties : le répertoire original pour commencer, le moment des reprises ensuite puis une dernière partie à l’ambiance plus relâchée pour finir. Dans la première moitié du disque figure donc l’essentiel des nouvelles chansons écrites par SANSEVERINO qui fait vivre avec aisance son style propre d’auteur et d’interprète à l’intérieur de ce genre musical. L’interprète est très à l’aise dans cet univers, on sent qu’il le connait assez profondément. L’auteur est fidèle à lui-même, livrant des textes bien équilibrés, détendus et amusants le plus souvent, mais avec une certaine mélancolie un peu plus affirmée qui colle bien à la musique. Les souvenirs de son enfance ou de sa jeunesse sont mis à profit pour rendre les choses plus personnelles, d’abord dans un versant introspectif lors de la deuxième chanson puis avec son côté tchatcheur si attachant un peu plus loin. Déconne autour de la fin du monde ratée de 2012 ou des penchants militaristes de certains habitués des honky tonks contraste habilement avec des chansons plus réflexives sur le voyage ou les habitudes de vie occidentales.

Le milieu du disque voit ensuite SANSEVERINO se glisser dans les mots des autres, rhabillés à la mode du soir. La plus étonnante est la première car elle est d’un chanteur contemporain franchement confidentiel qui répond au blaze de BOULE. C’est plutôt chouette de voir un chanteur un peu installé comme SANSEVERINO ne pas se contenter de reprendre les grands anciens mais donner aussi un coup de projecteur à des artistes moins établis. D'autant que la chanson est vraiment bien faite, narrant le coup de blues d’un normand qui rêve de voir sur ses plages des filles en monokini plutôt qu’en doudoune. Viennent après un hommage au mentor François BERANGER puis une version très réussie du classique de Gilbert BECAUD, "Nathalie".

Enfin la dernière partie du disque voit s’alterner les ultimes chansons avec quelques instrumentaux. Du côté des chansons, on retiendra "Freddy", tentative en français de ces ballades caustiques typiquement US (comme "Y a qu’un ch’veu" de POLNAREFF). Il y a aussi un réarrangement d’une chanson de l’album précédent ("Les rockers d'aujourd'hui aiment la java") qui n’est pas d’une utilité première sur un nouvel album mais qui s’inscrit bien dans cette logique "soir de baloche", puisque la réorchestration d’anciennes chansons fait pleinement partie de ce genre de programme. Quant aux instrumentaux, c’est un moyen de renvoyer aux standards du bluegrass, en premier chef à Bill MONROE, la figure tutélaire du genre ("Lonesome Moonlight Waltz") autant qu’une façon de finir ce baloche par la danse et la communion entre le groupe et son public. On a passé une bonne soirée.

A lire aussi en COUNTRY :


The DOOBIE BROTHERS
The Doobie Brothers (1971)
Sponsorisé par gitanes




Johnny CASH
At Folsom Prison (1968)
Dans les prisons de californie y avait un...


Marquez et partagez





 
   RAMON PEREZ

 
  N/A



- Jean-marc Delon (banjo)
- Jidé Jouannic (contrebasse)
- Sanseverino (chant, guitares)
- Christian Séguret (mandoline)
- Christophe Cravero (violon)


1. On Ze Route
2. J'vous Raconte Ma Vie
3. Swing 2012
4. L'avion
5. Plus Jamais
6. Les Marrons
7. Le Honky Tonk Du Tank
8. Carte Postale à Ma Cousine Qui Habite Au Bord De L
9. Le Vieux
10. Russian Lullaby
11. Nathalie
12. Tout Est Dans Mon Sac
13. Freddy
14. Lonesome Moonlight Waltz
15. La Valse Chinoise
16. Les Rockers D'aujourd'hui Aiment La Java
17. Salt Creek



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod