Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1978 Van Halen
1979 Van Halen Ii
1980 Women And Children Fi...
1981 Fair Warning
1982 Diver Down
1984 1984
1986 5150
1988 Ou812
1991 For Unlawful Carnal K...
1993 Live: Right Here, Right ...
1995 Balance
1998 Iii
2004 The Best Of Both Worlds
2012 A Different Kind Of T...
 

- Style : Bon Jovi
- Style + Membre : Chickenfoot, Montrose
 

 Site Officiel (479)

VAN HALEN - 3 (1998)
Par ERWIN le 6 Décembre 2020          Consultée 346 fois

Allons bon, voilà que Sammy HAGAR a été vidé de VAN HALEN ! Surpris vous êtes ? Malgré les articles relatant les aventures des Californiens, les explications restent insuffisantes. On ne sait pas vraiment ce qui s'est passé. Toujours est-il que Gary Cherone, le chanteur du défunt EXTREME, hérite de la difficile place de frontman chanteur au sein du combo. On connaît bien l'animal qui sort d'une superbe carrière avec le groupe de Boston. La transition n'est pas choquante, et on pense que Gary sera capable de gérer les egos. D'ailleurs, les membres du groupe n'ont pas de mots assez gentils pour décrire l'impact positif de Gary sur l'ambiance et la mentalité de leur famille musicale à l'époque. Tant mieux, j'avais beaucoup d'espoir dans cette mouture des hollandais volants, et j'ai donc usé l'album jusqu'à la corde. La couv' avec "Cannonball" Richard laisse perplexe, mais on n'en est pas à cela près avec eux, allez !

Les écoutes se succèdent et j'ai beaucoup de difficultés à trouver des classiques dans cette livraison. Le single "Without You" n'est pas bien flamboyant, et il est possible – probable – que la majorité des fans aient raté ce début avec Gary, même si le refrain est sympa. Etrangement toutefois, Gary sonne comme Sammy sur ce titre. La répétitive "One I Want" présente des attraits avec son atmosphère très KINKS des nineties ; logique finalement, c'est incontestablement pop en diable avec un joli solo d'Eddie. Le dernier single "Fire In The Hole" n'a guère plus de succès que les précédents. Le son de gratte est identifiable comme jamais, un gros riff et une vibe big rock très classique, pour un titre passe-partout. Les singles sont les seuls titres auxquels Michael participent sur cet album, son dernier avec le groupe, une fin en peau de boudin, puisque c'est Ed qui tient la quatre cordes sur le reste de l'opus.

Cette livraison offre cependant quelques moments forts : un début affolant de technicité embraye "Year To The Day", qui se transforme ensuite en mid-tempo aux multiples ambiances. On n'est pas si loin de QUEEN, avec une belle performance de Cherone au micro et des solos de dingo. Mais le moment de bravoure de l'album survient à ses extrémités : la douce "Neworld", très pop, qui introduit l'album, fait aussi office d'introduction pour le titre de fin "How Many Say I", au piano Mercurien – et oui ! Et notre gratteux préféré qui chante d'une voix qui oscille entre basse et baryton, avec Gary aux choeurs. Je la trouve très réussie et elle m'a suivi jusqu'à présent. S'il faut essayer un titre sur ce III, c'est celui-ci ! Quel plaisir d'avoir Eddie au chant ! Totalement pop.

Nous sommes surpris des sonorités BEATLESiennes de "Josephina", des influences scarabéennes avec "From Afar", le son est juste hard, serait-ce la patte de Gary ? La speederie qu'est ensuite "Ballot Or The Bullet "manque selon moi de fond alors que le solo "Primarly", au sitar, ne peut s'aligner face aux classiques du genre déjà pondus par Eddie. Je ne suis pas fan des aspects trop californiens de "Dirty Water Dog", un brin bordélique et sans âme. Un piano lugubre, des sonorités pop, un chant presque new-wave, "Once" propose une plongée quasi world au final, mais Gary crie trop. Un peu de douceur n'aurait pas dépareillé sur ce titre, et un solo qui ne lui ressemble pas.

Un album complètement déséquilibré. Sans-doute Edward a-t-il voulu laisser libre court à toute sa créativité et s'est-il retrouvé enthousiasmé par la présence positive de Gary Cherone, mais n'a pas su juguler tout ce qui lui passait par la tête. Imaginez un instant ce qui peut bien se passer dans la tête d'un Edward VAN HALEN ! Du coup, cette troisième incarnation du mammouth ne vivra pas assez longtemps, puisque devant les résultats de vente médiocres, la maison de disque va dire stop ! Et Gary de retourner sur sa côte Est, laissant le groupe en proie à son Pandemonium personnel. Nous retiendrons la lumineuse "How many Say I" et quelques instants bien sympas mais l'ensemble est trop déstructuré pour mériter une meilleure note. Il faudra attendre les multiples aller-retour de Sammy HAGAR et de David Lee ROTH, puis l'arrivée de Wolfgang à la basse – ouais le fils d'Edward "Ludwig", c'est comme ça - pour les voir pondre un dernier opus avec le blondin cinglé.

A lire aussi en HARD ROCK par ERWIN :


DEF LEPPARD
Hysteria (1987)
L'arlésienne.




BODY COUNT
Carnivore (2020)
A bloody steak sir ?


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Gary Cherone (chant)
- Michael Anthony (basse)
- Edward Van Halen (guitares-claviers-chant sur 12)
- Alex Van Halen (batterie)


1. Neworld
2. Without You
3. One I Want
4. From A Far
5. Dirty Water Dog
6. Once
7. Fire In The Hole
8. Josephina
9. Year To The Day
10. Primary
11. Ballot Or The Bullet
12. How Many Say I



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod