Recherche avancée       Liste groupes



      
BIG ROCK  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (1 / 11)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1978 2 Van Halen
1979 Van Halen 2
1980 Women And Children First
1981 1 Fair Warning
1982 Diver Down
1984 2 1984
1986 5150
1988 Ou812
1991 F.U.C.K..
1995 Balance
1998 3
2012 A Different Kind Of Truth

SINGLES

2012 Tattoo

DEMOS

1976 The Gene Simmons Demo / Zero
 

1978 Van Halen
1979 Van Halen Ii
1980 Women And Children Fi...
1981 Fair Warning
1982 Diver Down
1984 1984
1986 5150
1988 Ou812
1991 For Unlawful Carnal K...
1993 Live: Right Here, Right ...
1995 Balance
1998 Iii
2004 The Best Of Both Worlds
2012 A Different Kind Of T...
 

- Style : Bon Jovi
- Membre : David Lee Roth , Sammy Hagar
- Style + Membre : Chickenfoot, Montrose
 

 Site Officiel (731)

VAN HALEN - Van Halen (1978)
Par BUDDY le 11 Mars 2006          Consultée 12507 fois

En 1978, un nouveau groupe fait son entrée sur la scène rock, emmené par deux frères hollandais de souche : Alex et Edward Van Halen. Ils forment une première mouture de leur trio sous le nom de 'Mammoth' avec Mark Stone à la basse. Ce n’est qu’en 1974 que David Lee Roth intègre le groupe parce qu’Edward en avait assez de chanter. Le bassiste Mike Anthony est appelé par Edward pour rejoindre le combo en remplacement de Mark Stone. N’étant pas satisfait du nom, ils le changent en alliant leur nom de famille. Le groupe devient en peu de temps un des meilleurs combos de rock de l’histoire.
Van Halen sort de l’ombre grâce à Gene Simmons, le bassiste fantasque de KISS, qui les repère en 1976 et produit leur première galette. Ce premier disque qui se révèle d’une puissance et d’une créativité exemplaires fait mouche dès sa première écoute grâce à un son brut, violent, aiguisé et ravageur. Le combo a la hargne et sort les crocs. Cette bombe ne demande qu’à être amorcée. La galette en séduit plus d’un en cette année 1978 où le punk est en vogue. Mais nos hardeux de VAN HALEN qui ne s’en laissent pas compter nourrissent leur premier bébé à grands coups de riffs de guitare et de double-pédale de grosse caisse Ludwig.

L’enfer débute par "Runnin’ With the Devil" qui enflamme l’opus avec sa rythmique basse-batterie bien en place et la 'Kramer' de Mr Edward qui délivre ici un son épuré et brut de décoffrage. Autant dire que l’on en prend plein les tympans.
Le volcan continue de déverser sa lave avec "Eruption", instrumental où Edward démontrant toute l’étendue de ses capacités guitaristiques est sur le point d'inspirer un bon nombre de musiciens. Cette superbe salve n’a pas pris une ride en presque 30 ans. Roy ORBISON peut être fier de ses pairs. VAN HALEN nous offre "You Really Got Me", une reprise des KINKS de toute beauté. Tout y est : un riff accrocheur, une batterie et David Lee Roth déchaînés, des chœurs démultipliés avec bonheur. Avec ce troisième titre, l’auditeur ravi a juste le temps de se remettre de ses émotions. Le très brut "Ain't Talkin' 'Bout Love" arrive tout schuss et sert un rock simple et efficace.
Le déjanté "I'm the One" reprend le flambeau avec un tempo relativement rapide. Les quatre membres du groupe se la jouent 'crooners' vers la fin du titre, avec leurs Wap ba ba, shoobidoowa! Ha han hah…Wap ba ba, shoobidoo-bidoo-bidoo-wa!.
Le pétillant "Jamie's Cryin'" fait son entrée avec le chant hyper-sexy de David Lee Roth et les chœurs élégants des frères VAN HALEN. "Atomic Punk" au chant assez classique délivre un style plus traditionnel. Des effets de guitare sont perçus par-ci par-là, mais l’ensemble du morceau demeure assez rock.
Un des moments forts de l’album est le titre "Little Dreamer" au riff de départ assez cinglant, avant que s'installe un tempo moyen, avec une instrumentation dépouillée, uniquement soutenue par la basse et la batterie, et qu'entrecoupent simplement quelques interventions de guitare.
Notons que la plupart des titres de cet album ont été enregistrés sans 'overdubs' guitares pour les parties solo. Edward Van Halen n’avait pas l’habitude en studio des enregistrements multi-pistes. C’est certainement pour cela que l'opus sonne presque comme un live.
"Ice Cream Man", à la guitare bluesy 'feu de camp', arrive tranquillement pour montrer l'esprit joyeux et festif du groupe, jusqu’à ce qu'au bout de 1 min 15, David Lee Roth arrache une hurlée à ses cordes vocales pour démarrer le couplet dans un style 'be-bop' bien balancé. "On Fire" clôture l’album de fort belle manière, dans le style rock traditionnel du groupe.

Ce premier essai, à n’en pas douter un vrai coup de maître, frappe très fort, devenant une source d'inspiration pour plusieurs générations de groupes et de musiciens. Le quatuor américain a ouvert une brèche dans le monde du rock et beaucoup s’y engouffrent, avec plus ou moins de succès.
Quant à VAN HALEN, au destin tout tracé, il sera difficile à arrêter.

A lire aussi en HARD ROCK par BUDDY :


VAN HALEN
5150 (1986)
Van halen engage un nouveau chanteur qui va...




VAN HALEN
Women And Children First (1980)
Pour que Van Halen mette fin à l’attente


Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
   ERWIN
   FROMAGE_ENRAGE

 
   (3 chroniques)



- David Lee Roth. (chant)
- Michael Anthony. (basse.chant)
- Edward Van Halen. (guitares.chant)
- Alex Van Halen. (batterie)


1. Running With The Devil
2. Eruption
3. You Really Got Me
4. Ain't Talkin' 'bout Love
5. I'm The One
6. Jamie's Cryin'
7. Atomic Punk
8. Feel Your Love Tonight
9. Little Dreamer
10. Ice Cream Man
11. On Fire



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod