Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  DEMO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1978 2 Van Halen
1979 Van Halen 2
1980 Women And Children First
1981 1 Fair Warning
1982 Diver Down
1984 2 1984
1986 5150
1988 Ou812
1991 F.U.C.K..
1995 Balance
1998 3
2012 A Different Kind Of Truth

SINGLES

2012 Tattoo

DEMOS

1976 The Gene Simmons Demo / Zero
 

1978 Van Halen
1979 Van Halen Ii
1980 Women And Children Fi...
1981 Fair Warning
1982 Diver Down
1984 1984
1986 5150
1988 Ou812
1991 For Unlawful Carnal K...
1993 Live: Right Here, Right ...
1995 Balance
1998 Iii
2004 The Best Of Both Worlds
2012 A Different Kind Of T...
 

- Style : Bon Jovi
- Style + Membre : Chickenfoot, Montrose
 

 Site Officiel (653)

VAN HALEN - The Gene Simmons Demo / Zero (1976)
Par NESTOR le 18 Juin 2022          Consultée 584 fois

Si je vous dis que le premier album de VAN HALEN, le fantastique Van Halen I aurait pu être encore meilleur qu’il ne l’est, vous me croirez ? Je comprends votre scepticisme que je partageais jusqu’à ce que je tombe sur cette démo datant de 1976 et qui est présentée indifféremment sous les noms de Van Halen 1976 Zero Demo ou bien de The Gene Simmons Demo (ainsi que sur des mélanges de ces deux noms, la dénomination la plus amusante étant Listen to this, Gene).

Il faut dire que l’histoire de ces enregistrements est intimement liée à Gene SIMMONS, le chanteur et bassiste de KISS. Celui-ci était en effet dans une phase où il cherchait à faire fructifier sa récente fortune en produisant de jeunes groupes via son label "Man Of A Thousand Faces". Il assiste alors à un concert réunissant VAN HALEN et BOYZ, du futur DOKKEN Georges Lynch. Gene envisageait alors de produire ces derniers mais à la vue des frères Van Halen, il change d’avis et décide de financer l’enregistrement de démos de VAN HALEN aux Electric Lady studios situés à Greenwich Village (NY). Georges Lynch déclarera plus tard sur le ton de l’humour : "Cela devait être notre concert à nous. Au lieu de ça, toutes mes connaissances en guitare ont été pulvérisées "

Mais après plusieurs sessions d’enregistrement Bill Aucoin, le manager de Gene SIMMONS, renonce à poursuivre l’aventure avec VAN HALEN, leur préférant THE PIPER du guitariste Billy SQUIER. A ses yeux David Lee ROTH constituait un handicap pour le groupe : il n’était pas assez beau et n’avait pas une voix suffisamment agréable pour devenir un chanteur charismatique. SIMMONS aurait alors rendu les bandes au groupe en lui souhaitant bonne chance. Comme quoi, on ne peut toujours avoir du flair ! (Plus tard Gene SIMMONS indiquera que c'est le groupe qui avait hésité à sortir ces titres et que le comportement ambigu de David Lee ROTH, qui craignait qu'Eddie VAN HALEN ne rejoigne KISS, avait fait capoter ce projet).

Le sentiment le plus fort qui vient à l’écoute de ces enregistrements, au regard de leur très bonne qualité, est l’incompréhension au fait que l’on ne retrouve que "On Fire" et "Running With the Devil" sur leur premier album. Comment le groupe a-t-il pu faire l’impasse sur des titres aussi forts que "House Of Pain", "Let's Get Rockin'" ou "Big Trouble" ? Alors soit, certains des autres morceaux présents sur ces Demos ne seront pas oubliés pour autant. Ainsi, des versions retravaillées de "Women in love" et de "Somebody Get Me a Doctor" paraitront sur Van Halen II. L’excellent "Big Trouble" devait être incorporé à Diver Down, tout comme "House of Pain", mais faute de place ces deux titres furent abandonnés ce qui ne manque pas de surprendre lorsque l’on constate que ce disque ne fait que trente et une minutes. Le groupe argumentait à l’époque que la "haute-fidélité" imposait des sillons plus larges sur le vinyle… "House of Pain" finira tout de même sur l’album 1984 dans une version plus aigue et produite de manière plus boursoufflée et sur travaillée. Mais le fait que le groupe ait considéré qu’il avait mieux sous la main pour réaliser son premier album est assez surprenant. Car il y a lieu de constater que dans ces Demos nous avons affaire à un groupe à la fougue et au mordant impressionnants. VAN HALEN étant alors à mille lieux des digressions dont il abusera à partir des années 80. Ici nous sommes confrontés à un Rock direct et tranchant. Pourtant Eddie Van Halen racontera qu’il n’avait pas apprécié devoir réenregistrer les mêmes passages plusieurs fois à la demande de Gene SIMMONS qui le poussait à toujours faire mieux. Le guitariste estimant qu’il y perdait en naturel et en efficacité. De même le groupe jugea la production un peu trop massive, ce qui est assez surprenant car ce n’est pas le sentiment qui prévaut à l’écoute de ces morceaux au son impeccable et à l’énergie évidente.

"Running With the Devil" présente peu de différence avec la version que l’on connait sur Van Halen I. Il faut dire que cette Démo et leur premier album partagent le même état d’esprit. Par contre, lorsque l’on compare la version "Demo" de "Women in love" avec la version qui apparait sur Van Halen II, on se rend compte de l’évolution du groupe sur cette période, et on ne peut qu’être impressionné par la puissance de l’original. Il en va de même avec l’excellent "House of Pain" au riff puissant et à la basse très présente (chose que l’on retrouvera sur "Put Out the Lights" dans laquelle la basse de Michael Anthony fait des merveilles), qui devient bien plus incertain et poussif dix ans plus tard. Ici, tout est animal, direct, inspiré. Même le chant de David Lee ROTH, qui a parfois été considéré comme irritant, passe très bien. Le seul bémol est peut-être à chercher du côté des chœurs qui manquent un peu de professionnalisme, ce qui est assez surprenant car leur auteur principal, Michael Anthony, avait été recruté par VAN HALEN en grande partie pour ses qualités au chant. Cette énergie est quasiment omniprésente, car on ne trouve pas de titre au tempo lent comme cela a toujours été le cas par la suite dans les albums de VAN HALEN. Il suffit d’écouter l’entrainant et furieux "Let's Get Rockin'" pour s’en convaincre. C’est un feu d’artifice de guitares et de d’enthousiasme. Eddie Van Halen y brille de milles feux et le groupe apparait très cohérent et soudé. A tel point qu’il est difficile de trouver un titre qui n’avait pas le niveau pour se trouver sur leur premier album.

Si vous avez aimé celui-ci, essayez de récupérer cette Demo qui montre un groupe au talent déjà insolent.

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


ALICE COOPER
The Last Temptation (1994)
Un Alice sombre et toujours à la pointe de la mode




TRUST
Trust Iv (1983)
Bon album, à l'orientation grand public déroutante


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- David Lee Roth (chant)
- Eddy Van Halen (guitare)
- Alex Van Halen (batterie)
- Michael Anthony (basse, chœurs)


1. On Fire
2. Woman In Love
3. House Of Pain
4. Runnin' With The Devil
5. She's The Woman
6. Let's Get Rockin'
7. Big Trouble
8. Somebody Get Me A Doctor
9. Babe, Don't Leave Me Alone
10. Put Out The Lights



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod