Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Kim CARNES - St Vincent's Court (1979)
Par MARCO STIVELL le 12 Janvier 2022          Consultée 242 fois

Suite à la parution de son troisième album en 1976, et avec un succès moindre que pour l'année d'avant, Kim CARNES traverse un nouveau hiatus, période de trois ans seulement cette fois durant laquelle elle change de label. Après A&M, c'est pour une major encore plus importante : EMI Records ! Plutôt juteuse, cette collaboration offre à la Californienne offre à certes dernière la plus grande stabilité sur une décennie presque entière, mais également la voix du succès international !Pour l'heure, St. Vincent's Court (1979), grandement inspiré par les visites de CARNES à Paris, France, est un album de test et, après la parenthèse old south en 76, marque bien le retour sur la côte ouest.

Outre son mari Dave Ellingson, aussi présent dans l'instrumentation qu'il ne l'est aux choeurs de façon ponctuelle, apparaissent ici certains des accompagnateurs les plus importants pour la chanteuse durant les années à venir. On parle du claviériste Bill Cuomo (déjà présent sur le dernier titre de l'album précédent), du saxophoniste Jerry Peterson (qui joue également en parallèle pour Olivia NEWTON-JOHN sur Totally Hot en 1978, et Joe DASSIN pour son ultime album, Blue Country) ou encore de Daniel Moore, musicien rock qui co-produit l'ensemble et signe une chanson ("Take Me Home Where My Heart Is") quand tout le reste est estampillé CARNES/Ellingson.

Il s'agit d'un premier disque pop-rock visant à donner une image moins sage de la chanteuse romantique, quitte à diversifier son propos. "What Am I Gonna Do" n'en ouvre pas moins l'ensemble sur une ballade country traditionnelle, mandoline et banjo lumineux à l'appui. Le son se muscle ensuite, CARNES et ses musiciens se plaçant sous les meilleurs auspices avec un titre efficace, ensoleillé, énergique, cowbell en prime !

Diversité question texture plutôt que rythmique, incombe cependant un grand nombre de slows. Désireuse de ne pas se perdre en regrets, Kim l'amoureuse envoie un "Stay Away" bien senti, aux effets blues. Sa voix grésille avec bonheur tandis que le piano de Cuomo et l'orgue de Ron Barron (DR. JOHN) lui répondent sur "It Hurts So Bad", folk léché en puissance. Le désabusé "Blinded by Love" côtoie "Goodnight Moon" et son besoin de nouvelles instrumentations, trompette bouchée en l'occurrence. "Take Me Home to Where My Heart Is" lui-même est introduit par une flûte à bec synthétique sur nappe d'orgue.

En dehors de la qualité de ces titres et de ces quelques interventions plaisantes, ce qui frappe néanmoins le plus, c'est l'emploi fort du saxophone. Peut-être Kim CARNES est-elle consciente de ne plus être l'exception féminine avec sa voix rocailleuse dans la musique anglo-saxonne depuis 1978 et l'avènement de la Galloise Bonnie TYLER à l'internationale avec "It's a Heartache". Alors, outre le fait qu'elle s'adapte et de manière très convaincante à un nouveau style, elle se trouve un bel écho avec le sax, joué par Jerry Peterson sur une bonne part des titres de l'album, anticipant le son des futures années 80 mais en gardant l'esprit soft et chaleureux des 70's.

Sur "Jamaica Sunday Morning", les impressions contemplatives, marimbas, arpèges acoustiques, piano Fender Rhodes, se laissent elles-mêmes surprendre par l'arrivée du sax qui se réserve un long solo de fin. Idem pour "Paris Without You (St. Vincent Court)" empli de nostalgie et raffiné dans ses arrangements, aussi convaincant que peuvent l'être "Skeptical Shuffle", au refrain typiquement pop et très 'cheeky', ou encore "Lookin' for a Big Night" et son orientation soul-funk. Ce disque est témoin d'un virage réussi pour Kim CARNES, qui décroche un tube mineur avec "It Hurts So Bad" en attendant mieux !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


ZUCCHERO
Fly (2006)
L'envol (2)




Kate BUSH
Live At Hammersmith Odeon (1994)
Au sommet


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Kim Carnes (chant, choeurs, melodica)
- Dave Ellingson (guitares, banjo, choeurs, melodica)
- Bobby Cochram (guitares)
- Steve Geyer (guitares, mandoline)
- John Beland (guitares, dobro, mandoline)
- Leland Sklar, Dominic Genova (basse)
- Reine Press, David Jackson (basse)
- Matt Betton, Richie Hayward (batterie)
- Larry Hirsch, Victor Feldman (percussions)
- Bobbye Hall (percussions)
- Bill Cuomo (pianos, claviers, synthétiseur arp)
- Ron Barron (orgue)
- Jim W. Gordon (orgue, synthétiseurs)
- Jerry Peterson (saxophones)
- Gary Montgomery (harmonica)
- Tim Weisberg (flûtes)
- Darrel Leonard (trompette)
- Jim Ed Norman (arrangements et direction des cordes)
- Daniel Moore (choeurs, melodica)
- Danny Timms, Etan Mcelroy (choeurs)
- Matthew Moore, Brian Cadd (choeurs)


1. What Am I Gonna Do
2. Jamaica Sunday Morning
3. Stay Away
4. Lookin' For A Big Night
5. Paris Without You (st Vincent Court)
6. It Hurts So Bad
7. Lose In Love
8. Skeptical Shuffle
9. Take Me Home To Where My Heart Is
10. Blinded By Love
11. Goodnight Moon



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod