Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK CALIFORNIENNE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Kim CARNES - Café Racers (1983)
Par MARCO STIVELL le 22 Août 2022          Consultée 613 fois

Café Racers est un gâchis, non par rapport à sa qualité supérieure à celle de Voyeur, mais bel et bien parce que Kim CARNES continue sa pente descendante sur le chemin de la popularité. Malgré trois singles dont un tube ("I Pretend") et un morceau présent dans la BO de Flashdance ("I'll Be Here Where the Heart Is"), le grand public américain, autrement dit le plus fort par rapport aux multiples européens et cie, ne valide que très timidement ce projet. Peut-être avec une autre pochette, cela aurait-il pu mieux passer ?

Même au niveau de la production pourtant, c'est presque un sans-faute, car si Val Garay se trouvait occupé ailleurs, on a au moins affaire à l'un des meilleurs en remplacement, le bien-nommé Keith Olsen, responsable de certaines parmi les meilleurs productions pop californiennes, de FLEETWOOD MAC à notre SHEILA nationale. Moins chargée que Voyeur, cette réalisation de Café Racers contribue grandement à l'appréciation du disque qui, à défaut de hit intemporel, se trouve rempli de belles chansons. Et avec des invités de marque s'il vous plait, en l'occurrence la moitié du groupe TOTO mais sur des titres différents !

Tandis que Steve Lukather fait des rythmiques par-ci par-là et joue le solo héroïque du poppy et léger (un peu trop bavard hélas) "You Make My Heart Beat Faster (And That's All That Matters)", David Paich ponctue "Hanging' on by a Thread (a Sad Affair of the Heart)" d'un piano avenant et programme la basse-synthé du cyber-rock "Invisible Hand". Un titre si efficace, même fun entre les passes du chant de CARNES et des choeurs masculins, le solo de synthé par Bill Cuomo, qu'on se demande bien pourquoi il n'ai pas pu marcher davantage !

Le dernier des compatriotes et du groupe de virtuoses devenus stars, c'est Steve Porcaro pour les ambiances sur "Young Love", titre exactement dans la même veine. Les critiques ont eu bon dos de qualifier ce disque comme trop facile car réunissant tout ce qu'il y avait de bien à faire avec le gratin obligé en 1983, mais la qualité se trouvait bien là, pas très loin d'autres méga-tubes moins justifiés.

Le reste est encore plus à la gloire de Kim CARNES l'enchanteresse, usant modérément de son chant émerveillé comme on peut l'entendre sur le pont de "Hurricane" contrairement à ailleurs. Cela étant, elle fait toujours preuve de belle magie sur le titre concerné, mélange délicieux de batterie électronique, de guitares funky et de claviers planants, et bien d'autres par la suite. Le titre de Flashdance, "I'll Be Here Where the Heart Is", est une réussite en matière de slow nostalgique et épique à la fois, sans surcharge, ni dans la voix ni ailleurs, ce qui en ces années-là tient du miracle !

Avis similaire pour la complainte vaporeuse "Meet You at the Wrong Time of My Life" ou le cosmique "Universal Songs", révélateur d'un joli travail d'échange entre CARNES et ses choristes hommes, d'un dosage idéal des synthétiseurs de Bill Cuomo – quasiment seul la plupart du temps -, inhérent au disque entier et, encore une fois, beaucoup mieux que le précédent. "Hanging' on by a Thread (a Sad Affair of the Heart)", seul titre écrit par la chanteuse seule, offre une jolie respiration acoustique courte.

Ne reste qu'à mentionner les deux petites perles fleurs bleues aux senteurs côte Ouest et où la touche habituelle de Keith Olsen demeure la plus visible ! "I Pretend" avec la participation de Jerry Petersen au saxophone, autre habitué de la maison, et "Kick in My Heart", tout aussi léger et sympa musicalement, dont les paroles font le sel conjointement à l'interprétation vocale d'une chanteuse trop sous-estimée, hésitant entre la chaleur des gestes amoureux et la souffrance ressentie en parallèle.

Au cours de l'histoire, il y a eu nombre d'injustices, et durant les années 80 en musique, Café Racers se trouve bien concerné !

A lire aussi en VARIÉTÉ INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


Alicia KEYS
Songs In A Minor (2001)
12 millions d'albums vendus ne peuvent mentir




I MUVRINI
Pè L'amore Di Tè... (1988)
Premier disque réellement accessible


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Kim Carnes (chant, choeurs)
- Steve Lukather (guitares)
- Waddy Wachtel (guitares, choeurs)
- Chas Sandford (guitares, choeurs)
- Mark Andes (basse)
- Dennis Carmassi, Craig Krampf (batterie)
- Brian Fairweather (batterie électronique simmons, choeurs)
- Keith Olsen (percussions)
- Bill Cuomo (claviers, synthétiseurs)
- Steve Porcaro, Duane Hitchings (claviers)
- David Paich (piano, basse-claviers)
- Jerry Peterson (saxophone)
- Martin Page (choeurs, synthétiseur roland jupiter 8)
- Kevin Chalfant, John Waite (choeurs)
- Daniel Moore, Dave Ellingson (choeurs)


1. You Make My Heart Beat Faster (and That's All That
2. Young Love
3. Meet You At The Wrong Time Of My Life
4. Hurricane
5. Universal Songs
6. Invisible Hand
7. I Pretend
8. Hanging' On By A Thread (a Sad Affair Of The Heart
9. Kick In The Heart
10. I'll Be Here Where The Heart Is



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod