Recherche avancée       Liste groupes



      
ALTERNATIF / HARD / WORLD  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1986 Album
 

- Style : Virgin Prunes
- Membre : Leftfield, The Sex Pistols , Siouxsie And The Banshees, Magazine, Painkiller

PUBLIC IMAGE LIMITED - Album (1986)
Par PSYCHODIVER le 23 Juin 2022          Consultée 268 fois

1986. John Carpenter catapulte Kurt Russell dans les méandres occultes de Chinatown. Iggy POP revendique son statut de "Real Wild One". Trois vives panthères nippones animées débarquent sur les télés françaises. David Lynch filme Kyle MacLachlan aux prises avec un Dennis Hopper plus dérangé que jamais dans un trip onirique de toute beauté. L'axe du bien commence à prendre l'Orient proche et moyen pour des cours de récré. L'arnaque SOS Racisme divise, ghettoïse et radicalise au lieu de concilier. Michel 'Coluche' Colucci s'éteint dans des circonstances aussi morbides qu'ahurissantes. Et les Alligators 427 distillent l'agonie à travers l'Europe depuis l'URSS. Oui, 1986 est une année charnière dans l'histoire du monde. Elle correspond à la fin de l'insouciance tandis que les deux blocs capitaliste et communiste moribonds sombrent doucement mais sûrement. C'est la mort des idéaux authentiquement bienveillants et leur remplacement par un humanisme contrefait et pernicieux. Le triomphe du consumérisme et l'avènement d'un nouvel ordre mondial qu'un vieux poudreux US ne tardera pas à proclamer. C'est dans un contexte comme celui-là, où l'espoir, l'anticonformisme et les dernières velléités d'idéalisme s'entre-déchirent avec la corruption, le mensonge et l'argent roi que John Lydon décide de réactiver PUBLIC IMAGE LIMITED.

Un John qui n'a pas pris de vacances depuis son dernier attentat sonique de 1984 qui, à défaut d'avoir tout explosé, avait délivré quelques tubes désormais solidement ancrés dans les mémoires (voir l'épisode "This Is What You Want This Is What You Get"). Il rend régulièrement visite à ses rivaux/amis du défunt CLASH et assiste à la création de BIG AUDIO DYNAMITE (projet authentiquement fédérateur celui-là) par Mick Jones et Don Letts (il fait d'ailleurs une apparition dans le clip fendard de "Medicine Show"). John participe également à l'Armageddon rap du gourou Afrika Bambaataa sobrement intitulé : "World Destruction". Un 45-tours produit par le délirant et polyvalent Bill Laswell dont la coopération avec l'ex-SEX PISTOLS donne naissance à un des OVNI magnifiques, du genre de ceux tellement à contre-courant de la musique proposée à leur époque qu'ils font figures de sauveurs.

Vous vous êtes toujours demandé à quoi ressemblerait un disque de rock conçu entre autres par un vétéran du punk UK, un guitar hero américain déjanté et jamais ennuyeux, un batteur survivant du psychédélisme anglais et un claviériste et compositeur japonais reconnu comme un monstre sacré ? Album vous donnera la réponse. Mais il ne faudra pas compter sur la pochette de l'ouvrage pour vous apporter quelques éclaircissements. Dépouillée, sobre, à l'exception du sceau de PIL en vigueur depuis Metal Box : on ne remarque rien. Juste une dénomination qui s'adapte au format des enregistrements (Album pour le 33-tours, Compact Disc pour le CD et Cassette pour la cassette). Ce choix d'emballage ne plaît pas aux punks californiens de FLIPPER qui accusent PIL de s'être trop inspiré de la pochette de leur premier 33-tours Album - Generic Flipper de 1982. Ah, la scène afterpunk, celle de tous les plagiats et de tous les sampling (pas la peine de vous dépoussiérer la polémique DAMNED/KILLING JOKE/NIRVANA). Le mystère planant au-dessus du line-up de ce nouveau PUBLIC IMAGE LIMITED a été entretenu aussi longtemps que possible, même après la sortie du disque, avant que les exécutifs ne s'aperçoivent que Lydon et Laswell avaient recruté un casting de légende. Des musiciens de studios, toujours, là-dessus, John ne change pas sa formule gagnante, mais pas des zicos de troquets, non : des pointures. Jugez vous-même : Steve VAÏ, Ryuichi SAKAMOTO, Ginger BAKER. Je m'arrête ? Je continue ? La rumeur veut que Miles DAVIS lui-même se soit pointé au milieu des sessions d'enregistrement mais que son travail n'ait pas été retenu. John explique que les pontes de Virgin ont pris peur en découvrant le line-up, persuadé que ce dernier serait susceptible de faire de l'ombre aux potentielles futures gloires dont un METALLICA déjà bien rincé. Ce PIL flambant neuf se voit ainsi vite dissous au profit d'une poignée de chevelus faux rebelles, malléables et durs à cuire au point de recourir à des coachs en relations humaines. On ne peut décidément pas faire confiance à une major.

Fusion de rock alternatif, de world music et de hard-rock, sur lequel règne un climat aussi décomplexé que résolu à ne pas accepter quoi que ce soit de ce que nous prépare un avenir qui s'annonce bien pourri, Album est un opus curieux mais essentiel dans la discographie de PUBLIC IMAGE LIMITED. Lydon (qui à l'époque écoutait VAN HALEN en boucle) n'a jamais composé musique plus éloignée du post-punk que ce festival de riffs et de structures simples et accrocheuses. Un pur album à guitares. Celle de VAÏ est partout. Il s'amuse comme un gosse et affirme encore aujourd'hui que son travail avec PIL demeure une de ses meilleures contributions. Il enchaîne les morceaux de bravoure autant qu'il n'évite pas certaines redondances, vite rattrapées par quelques bonnes surprises (en provenance des claviers de SAKAMOTO, le Fairlight CMI en premier).
"FFF" ouvre les hostilités sur un rythme effréné, coup de poing et annonce la couleur. John chante mieux, est moins enclin aux dérapages vocaux, mais n'hésite pas à montrer les dents de temps à autre. Arrive "Rise", inoubliable, mélodique et déterminé, le plus beau des hymnes anti-apartheid porté par un gimmick devenu l'emblème de Monsieur Lydon : Anger is an energy. Le lourd et entêtant "Round" autorise une légère accalmie bienvenue. Second grand tube de ce cru 86 : "Home", désabusée et colérique diatribe anti politique hantée par la perspective effroyable d'une guerre atomique. John est à nouveau irréprochable sur ce titre qui aurait pu figurer sans problème sur la bande originale de "When The Wind Blows", dramatique film d'animation anti-nucléaire sorti en cette année 86 (au côté de David BOWIE, Roger Waters, GENESIS et Hugh Cornwell, PIL n'aurait pas été intrus). Mais rien de tout ce que vous avez entendu sur Album ne vous a préparé à sa conclusion anthologique. "Ease". Immense morceau épique, oriental, électrique, magistral. Claviers world/ambient en introduction, une belle performance de Lydon, le tout s'achevant sur un solo à tomber par terre d'un Steve VAÏ touché par la grâce : un très grand moment de rock à l'image d'un 33-tours puissant, carré et dont le plaisir qui découle de l'écoute est sans cesse renouvelé.

De tout les opus de PUBLIC IMAGE LIMITED, Album est celui que le rocker de base et le plus fervent métalleux vont préférer. Débarrassé de tout délire post-punk, krautrock, space, dark, ce PIL-là est plus propre sur lui, moins fougueux et bien moins porté sur l'expérimentation et l'exploration des ténèbres. Certains diront que PIL est devenu plus mature. Ou que Lydon était tellement au bout du rouleau qu'il a choisi d'arrondir les angles afin de s'assurer une survie. C'est un fait, Album est le disque le plus accessible du groupe de John Lydon. Par certains aspects, ce 33-tours poursuit la logique de This Is What You Want This Is What You Get, c'est-à-dire celle d'un album estampillé PIL alors qu'il ressemble plus à un album solo de John accompagné de musiciens de sessions. Mais, il ne faut pas non plus nier les évidentes et fort nombreuses qualités de ce disque ayant permis à John de reprendre du poil de la bête et de s'affirmer comme l'une des personnalités les plus marquantes du rock mondial, capable de coopérer efficacement avec des valeurs sûres. PIL était de retour et n'allait pas faire semblant. L'album suivant sera encore meilleur. Soyez prévenus.

A lire aussi en ALTERNATIF :


TAD
8-way Santa (1990)
Tad Doyle s'énerve toujours mais ...




MANO NEGRA
King Of Bongo (1991)
King of France ?


Marquez et partagez





 
   PSYCHODIVER

 
  N/A



- John Lydon (chant)
- Steve Vai (guitare)
- Nicky Skopelitis (guitare)
- Bill Laswell (basse)
- Ryuichi Sakamoto (claviers)
- Bernie Worrell (claviers)
- Shankar (violon)
- Ginger Baker (batterie)
- Tony Williams (batterie)


1. Fff
2. Rise
3. Fishing
4. Round
5. Bags
6. Home
7. Ease



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod