Recherche avancée       Liste groupes



      
POST PUNK ELECTRO DUB  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1986 Album
2023 End Of World
 

- Style : Virgin Prunes
- Membre : Leftfield, The Sex Pistols , Siouxsie And The Banshees, Magazine, Painkiller

PUBLIC IMAGE LIMITED - What The World Needs Now... (2015)
Par NOSFERATU le 18 Octobre 2015          Consultée 3470 fois

Mais quelle pochette laide ! Où sont donc celles des premiers disques plus minimalistes dans leurs conceptions, augurant bien souvent de contenus à contre-courant des dogmes musicaux ? Et que valent justement les chansons de la dernière œuvre du gang du pourri ? On avoue être plutôt dubitatif.
PIL revient, donc, pour le bonheur des vieux quadras et quinquas marqués à jamais par ce combo qui révolutionna à lui seul la fameuse scène post-punk anglaise des années 77-85. 2012 avait vu la reformation autour de Mr John Lydon (qui devrait être annobli par la reine, ça ne devrait pas tarder !) avec de nouveaux mercenaires et des shows qui finalement rassurèrent les fans de base. Certes, il n’y a plus Jah Wooble, Keith Levene ou Martin Atkins, l’infernal trio qui constitua l’ossature originelle.

Evoquons brièvement le langage novateur de PIL, repris ici et là par le revival New-wave de ces dernières années (les récents et très médiatiques SLEAFORD MODS étant certainement les derniers spécimens de ce courant). On retrouve pourtant avec jubilation le PIL historique sur une grande partie du disque, borderline et acéré à volonté.

En effet, dès "Double trouble", on est en terrain connu. La voix de John Lydon assure toujours. Il est en forme et ça s’entend. Le morceau en question fait penser à un croisement de GANG OF FOUR de la grande époque et des DEAD KENNEDYS. La rage des vocaux est quasi pistolienne par moments, un poil même caricaturale, il faut l’avouer. La gratte de "Know Now" prend une teinte carrément metallique à la KILLING JOKE/WIRE première période, avec quelques délires electros au milieu du morceau. Un sacré titre punk dark. On entend de la répétition sur "I’m not Satisfied" qui évoque un peu l’ambiance du premier album par son rythme funk/punk entrainant. Une bonne salve, on reste satisfait (oui c’est facile !) de cette performance avec son entétant refrain.

On reconnaît aussi le PIL planant et foutraque dans une autre part de l’œuvre. Ainsi, "C’est la vie", morceau atmosphérique, voire planant, avec sa basse dubisante nous renvoie aux lointains souvenirs de la période de Jah Wooble. Mais surtout, "Big Blue Sky" à la basse dub bien chaloupée qui remémorre la période enfumée de Metal Box, long de plus de huit minutes, est malheureusement gâché par un refrain kitsch à souhait. On entend des petits délires electro et une rythmique répétitive sur "Whole Life Time". L’ambiance, bien dub à nouveau, de Metal Box ressort également de "Corporate", marquée par des bruits industriels (on n’est pas loin de NEUBATEN), des vocaux agressifs et délirants, de la guitare noisy qui grésille. Il en est de même de "Shoom" qui flirte un peu avec la techno expérimentale, rappelant les travaux de Johnny collaborant alors avec LEFTIELD.

Avec le très poppy "Spice of Choice", PIL tente de refaire une sorte de "This is not a Love Song". Malgré une guitare new-wave épique, le refrain est d’une pauvreté effarante. On est loin justement des hymnes dansants d’antan. Pareil pour "The one", malgré un léger fond mélancolique. Un côté légèrement seventies apparait cependant sur "Bettie Page". La guitare commence presque comme du vieux PINK FLOYD. De la part de celui qui arborait fièrement en 77 le tee shirt I hate Pink Floyd, c’est plutôt étonnant (quoique, au fond de lui, l’homme a toujours admiré SYD BARRET). Le refrain est assez grandiloquent avec ses chœurs étranges à la SPARKS.

L’ensemble reste donc plutôt diversifié. Plus de hauts que de bas, heureusement. C’est sûr qu’on ne peut pas faire la déjante de "Flowers of Romance" tous les jours.

A lire aussi en NEW-WAVE par NOSFERATU :


KILLING JOKE
The Singles Collections 1979-2012 (2013)
Dansons réellement sous les bombes




Iggy POP
Zombie Birdhouse (1982)
Disque très underground d'Iggy


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
   PSYCHODIVER

 
   (2 chroniques)



- John Lydon (vocaux)
- Lu Edmonds (guitare,piano)
- Scott Firth (basse,synthés, percussion)
- Bruce Smith (batterie)


- double Trouble
- know Now
- betty Page
- c'est La Vie
- spice Of Choice
- the One
- big Blue Sky
- whole Life Time
- i'm Not Satisfied
- corporate
- shoom



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod