Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Alan Simon

ZUCCHERO - Black Cat (2016)
Par MARCO STIVELL le 19 Mars 2019          Consultée 95 fois

Black Cat marque le grand retour aux affaires de ZUCCHERO en cette belle année 2016. Parmi les décisions prises, il y a celle d'un son à nouveau blues, plus proche d'Oro, Incenso & Birra en termes de moyens massifs. Question succès, comme d'habitude c'est un double voire triple disque de platine en Italie, avec un fort soutien des voisins du nord, la Suisse et l'Autriche. En France toutefois, il est largement présenté cette fois-ci, sur les chaînes d'info et dans les émissions.

Si le choc n'est plus aussi fort qu'il y a vingt-cinq ou trente ans, tout semble sourire à une oeuvre qui le vaut bien. Car oui, à 60 ans bien sonnés, ZUCCHERO arrive encore à nous pondre un petit bijou aux ambiances variées et hautement inspiré. On rencontre plus de musiciens anglo-saxons que d'Italiens, avec la crème des musiciens de session : Pierce, East, Leisz, Keltner, Bellerose, Castro, Chamberlain, Muhoberac, Warren... Ainsi que Brendan O'Brien, qui produit une nouvelle fois ce disque de Zu' comme depuis dix ans en collaboration avec Don Was, plus T-Bone Burnett ici.

Blues, effectivement, "Partigiano Reggiano" l'est jusqu'au bout des ongles ! Le chant rugueux du cantautore, les cuivres rutilants, le piano malicieux nous font revenir aux anciennes aspirations et d'une manière excellente. En prime, un texte cinglant et un joli jeu de mots avec une spécificité bien connue de la province italienne dont ZUCCHERO est originaire, le fromage Parmigiano Reggiano, ou parmesan. Bombe suivie par deux autres de même magnitude, le twist de "13 buone ragioni", à l'intro sermon façon nouveau "Diavolo in me", une ambiance cuivrée encore et de très bonnes paroles, ainsi que "Ti voglio sposare", son rock à grosses guitares, sa batterie puissante... Excellent !

La sensation d'amplitude est grande, et avec les samples vocaux traditionnels de blues ou de chants folk américains en introduction de nombreuses chansons, on pense fortement aux albums les plus récents de Bruce SPRINGSTEEN. Un morceau est d'ailleurs furieusement imprégné de l'empreinte du Boss dans ses élans les plus folk et atmosphériques, batterie/tambourin et synthétiseur doux planant à l'appui : "Hey Lord".

Autre morceau de taille, "Streets of Surrender (S.O.S)" préfigurait l'album en tant que single, mais bien au-delà de ça, c'est un nouveau texte écrit par BONO from U2 pour ZUCCHERO, après "Someone Else's Tears" (sur Chocabeck), à la portée supplémentaire, et pour cause ! C'est un hommage vibrant aux victimes des attentats de Paris, survenus l'année précédente, et cela explique en partie aussi pourquoi le chanteur a eu droit à une telle visibilité chez nous. Une version italienne est proposée en fin de disque, chose guère incongrue car cela constitue un final grandiose.

Une très belle ballade qui semble avoir été composée pour l'album de 2010, même si les cordes sont plus massives. On a droit à un caméo musical prestigieux en règle puisque Mark KNOPFLER y participe. Tout le monde s'attend à un solo de Stratocaster par l'ancien leader de DIRE STRAITS, plein de lyrisme et dont il a le secret, mais il n'en est rien ! Marko est hyper discret, se pose en accompagnateur et simplement pour quelques arpèges de guitare National, celle de Brothers in Arms, avec sa délicatesse acoustique métallisée. Pour un grand moment émotionnel.

ZUCCHERO n'est pas avare à ce sujet, l'ensemble du disque est franchement excellent. Mis à part sur "Hey Lord", le blues revient sur "Ten More Days" (chanson du feu DJ AVICII), autre négro spiritual de toute beauté et sur "Turn the World Down" (texte d'Elvis COSTELLO), par un rythme shuffle enivrant. Tourné en rythme dance mais de manière intelligente et absolument pas kitsch comme on aurait pu le craindre, "La tortura della luna" fait son petit effet, on aime toujours le chant "rough" de Zu'. Les choeurs féminins font merveille sur "L'anno dell'amore", les guitares sont vraiment à l'avenant sur ce disque.

"Voci", avec sa country céleste et son piano grave lourd repris de Chocabeck, son chant plein de profondeur, s'ancre dans notre tête. Dans un ton crépusculaire, "Terra incognita" fait de même, et entre le titre choisi et l'envolée de synthétiseur proprement inattendue, je ne peux m'empêcher de penser à Mike OLDFIELD et son album The Songs of Distant Earth. Si ZUCCHERO peut poursuivre dans cette voie et aussi bien... À la fois habituel et surprenant, Black Cat n'est pas "l'album de plus", au contraire !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


I MUVRINI
Au Zénith (1994)
Rare et précieux




Katie MELUA
Pictures (2007)
Un peu plus orienté pop-rock


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Zucchero (chant, pianoforte, guitare acoustique, claviers)
- Mark Goldenberg (guitare acoustique)
- Stavros Ioannou (guitare, basse)
- Colin Linden (guitare électrique)
- Tim Pierce (guitare électrique, guitare acoustique)
- Max Marcolini (guitare électrique, basse, harpe, dobro, mel)
- Brendan O'brien (guitare 12 cordes, guitare électrique, bas)
- Greg Leisz (pedal-steel guitare, guitare acoustique)
- Russell Pahl (pedal-steel guitare)
- Jerry Douglas (lap-steel guitare, dobro)
- Federico Biagetti (dobro)
- Nathan East (basse)
- Jim Keltner, Matt Chamberlain (batterie)
- Jay Bellerose (batterie, percussions)
- Lenny Castro, Aaron Sterling (percussions)
- Michael Finnigan (piano)
- Patrick Warren (mellotron)
- Nils Ruzicka (claviers)
- Jamie Muhoberac (piano, mellotron, synthétiseur minimoog)
- Davide Rossi (violon)
- Barry Balese (contrebasse)
- Darrell Leonard, Lester Lovitt (trompette)
- Ira Nepus (trombone)
- Thomas Peterson, Joe Sublet (saxophone)
- Stephanie O'keefe (cor d'harmonie)
- Gene Cipriano (cor anglais)
- Kurt Lykes, Jason Morales, James Mccrary (choeurs)
- Linda Mccrary, Arthur Miles, Louis Pardi (choeurs)
- Melody Perry, Cheryl Porter, Leslie Sack (choeurs)
- Alfie Silas, Lisa Stone (choeurs)
- Jennifer Vargas, Vincenzo Draghi (choeurs)
- Biagio Antonacci (choeurs)
- Mike Piersante (claps)
- Mark Knopfler (guitare national)


1. Partigiano Reggiano
2. 13 Buone Ragioni
3. Ti Voglio Sposare
4. Streets Of Surrender (s.o.s.) (feat. Mark Knopfler
5. Ten More Days
6. L'anno Dell'amore
7. Hey Lord
8. Fatti Di Sogni
9. La Tortura Della Luna
10. Turn The World Down
11. Terra Incognita
12. Voci
13. Ci Si Arrende (feat. Mark Knopfler)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod