Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT/ACID HOUSE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : M-ziq, Luke Vibert , Squarepusher, Autechre, Venetian Snares
- Membre : Mike & Rich
- Style + Membre : Caustic Window, Gak, Afx/lfo, Bradley Strider , Power-pill, Polygon Window, The Tuss , Afx
 

 Communauté Aphex Twin (754)
 Label Warp (824)
 Site Officiel (10)

APHEX TWIN - Xylem Tube (1992)
Par SASKATCHEWAN le 14 Mars 2008          Consultée 3906 fois

Avec sept sorties sur divers labels, l’année 92 constitue le véritable point de départ de la carrière de Richard D. JAMES. Fort du succès de son Selected Ambient Works 85-92 parmi les fans d’Acid-House de l’époque et épaulé par son label principal R&S Records, APHEX TWIN décide de sortir quatre nouveaux morceaux sous forme d’EP. Xylem Tube, tant musicalement que graphiquement, est le digne successeur de Digeridoo sorti la même année. On retrouve le son typique du début des années 90, des structures répétitives et la petite touche d’Ambient déjà caractéristique de la musique d’APHEX TWIN.

Sorti uniquement en vinyle avec un artwork coloré immédiatement identifiable, Xylem Tube est plutôt un disque austère, dont la musique ne parle pas tout de suite à son auditeur. Il faut pour cela s’habituer à un son qui a considérablement vieilli, comme sur toutes les productions d’APHEX TWIN sorties la même année. Et pour cause, Digeridoo, Selected Ambient Works et Xylem Tube sont tous les trois issus du même matériau originel : une série de cassettes audios que Richard D. JAMES faisait écouter à ses potes durant leurs trajets en voiture. Ca fleure bon l’amateurisme, le matériel utilisé ne devait pas être de première qualité, mais malgré cela, les assauts du temps n’ont pas vraiment altéré le charme de ces premiers enregistrements.

Le son daté n’est pourtant pas le seul parallèle que l’on peut dresser avec le Selected Ambient Works 85-92. « Polynomial-C » en particulier présente des similitudes avec quelques titres phares de l’album précédent comme « Xtal » ou « Heliosphan ». Mais « Polynomial-C » est avant tout le premier d’une longue liste de morceaux mélodieux et accrocheurs qui sortiront tout au long de la décennie sur divers EP : on pense à « On », « Donkey Rhubarb » et bien sûr, « Windowlicker ». Ici les notes s’écoulent sans interruption pour maintenir l’auditeur dans une rêverie sans conséquence, avec l’appui de quelques nappes de synthé pour accentuer le côté planant de la mélodie. Intemporel, entraînant, doux, captivant, mélancolique, fragile, inspiré ou délicat sont autant d’adjectifs ou d’adverbes qui ne font que toucher du doigt la véritable nature de « Polynomial-C » : un titre qui, plus que tout autre, représente l’avance prise par Richard D. JAMES sur ses contemporains et ce dès le début de sa carrière.

« Tamphex (Hedphuq Mix) », très rythmé, apporte pour sa part tout ce que l’on peut attendre d’un morceau témoin de l’heure de gloire de l’analogique. Composé de multiples couches superposées, agrémenté de samples pour le moins étrange (que l’on dit tirés d’une pub pour des tampons), « Tamphex » se révèle peu à peu au fil des écoutes. D’abord repoussant parce que trop répétitif, il prend toute son ampleur quand on découvre la richesse sonore qui l’accompagne. La conclusion du morceau est particulièrement marquante : chaque élément de la mélodie se désagrège au profit du rythme, qui finit lui aussi par se fondre dans un magma synthétique, discret rideau pour une première face de haute volée.

Hélas, la face B est bien loin de tenir les promesses de « Polynomial-C » et « Tamphex ». Si ces deux premiers titres auraient pu figurer sans problème sur SAW 85-92, « Phlange Phace » et « Dodeccaheedron » font vraiment figure de chutes de studio (si tant est que Richard D. JAMES ait déjà mis les pieds dans un studio). « Phlange Phace » échoue là ou « Tamphex » réussissait avec brio : on ne parvient pas à s’extraire du côté répétitif du morceau, la faute à un manque flagrant de nuances et de variété. C’est rébarbatif, indigeste et comparable à la nuisance sonore qu’un régiment de tourneurs fraiseurs produiraient s’ils installaient leur atelier juste sous votre fenêtre.
« Dodeccaheedron » (en français un dodécaèdre, ou solide à douze faces) a surtout le mérite de présenter une lubie particulière de l’artiste. En effet, tout au long de sa carrière, l’ex étudiant en électrotechnique piochera dans son instruction scientifique quelques titres obscurs, dans des domaines aussi variés que la Biologie (Xylem Tube et Phloem, nom d’une partie de la tuyauterie des végétaux) ; l’électronique (Pulsewidth, Xtal, Schottkey) ou même les mathématiques (voir la formule de l’EP Windowlicker). En dehors de ça, « Dodeccaheedron » se révèle quand même être un peu plus écoutable que « Phlange Phace » grâce au retour des nappes de synthés, mais rien de très transcendant là non plus. Ce titre bénéficie pourtant de l’admiration des fans du jumeau APHEX première époque, ce que j’ai du mal à m’expliquer.

Très ancré dans son époque, Xylem Tube nécessite un effort d’adaptation avant de livrer tous ses trésors. On retiendra surtout « Polynomial-C », pierre angulaire d’une discographie qui possède de nombreux coins et « Tamphex (Hedphuq Mix) », qui se révèle un délice à savourer une fois que l’on a décortiqué sa carapace. L’année 92 pour Richard D. JAMES s’achèvera par des sorties plus confidentielles sous les pseudos de POWER-PILL et CAUSTIC WINDOW, avant de revenir mettre tout le monde d’accord l’année suivante avec des sorties estampillées APHEX TWIN, AFX, POLYGON WINDOW, Bradley STRIDER, UNIVERSAL INDICATOR et de nouveau CAUSTIC WINDOW (oui, rien que ça). A noter que comme ses grands frères Digeridoo et SAW 85-92, Xylem Tube a bénéficié d’une réédition vinyle en 2006 de la part de R&S Records, qui pousse ici le vice jusqu’à reproduire les fautes dans le nom des titres et les erreurs de tracklist présentes sur la version originale.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


APHEX TWIN
Selected Ambient Works Volume Ii (1994)
Pour un sommeil apaisé

(+ 2 kros-express)



CEEPHAX ACID CREW
Charismatic Integrity Slam (2015)
Inégalable Ceephax !


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Richard D. 'aphex Twin' James (tout)


1. Polynomial-c
2. Tamphex (hedphuq Mix)
3. Phlange Phace
4. Dodeccaheedron



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod