Recherche avancée       Liste groupes



      
REVIVAL  |  SINGLE

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

- Style : Howlin' Jaws, Enuff Z'nuff, Lovin' Spoonful, The Turtles , The Lickerish Quartet , Jellyfish, The Madcaps , The Monkees , Cheap Trick, Harry Nilsson , The Kinks , The Zombies
- Membre : Ringo Starr , George Harrison , John Lennon , Paul Mccartney
 

 Yellow-sub.net (3975)

The BEATLES - Now And Then (2023)
Par LONG JOHN SILVER le 28 Avril 2024          Consultée 993 fois

Lorsque certaines occasions viennent à se présenter, il devient urgent de prendre tout son temps avant de foncer tête baissée dans un panneau bien trop évident pour être évité. Et voilà qu’à l’automne 2023 la nouvelle de la sortie imminente d’un nouveau single des BEATLES a poppé si fort que mes draps s’en souviennent (encore). La tentation de la réaction à chaud devenait irrésistible. D’autant plus qu’un certain Peter Jackson a assorti sa publication d’un clip vachement porté sur la nostalgie avec force incrustations pouet pouet qui s’en vont souligner le côté vintage cher aux fans du groupe. En fin de clip, le groupe salue le public puis s’efface, ne laissant que son seul nom briller à travers les âges. Sans oublier le mini docu publié quasiment au même moment et relatant le making of du morceau. Le single est rapidement devenu numéro 1 au Royaume Uni, une première depuis 54 ans puisque le dernier top hit des BEATLES datait de 1969 lors de la mise en bacs de "The Ballad Of John And Yoko". Certes, mais s'octroyer un temps de recul permet aussi d'échapper à la dictature de l'instant, d'éclaircir ses perceptions.

L’histoire de "Now And Then", titre bringuebalé à travers les âges, est mouvementée, depuis sa version démo en 1978, en passant par les sessions studio abandonnées en 1995 – l’intention étant d’incorporer la chanson à Anthology III puisque les deux volumes précédents ouvraient chacun sur un inédit fignolé sur la base de démos de John - jusqu’à sa finalisation rendue (enfin) possible en 2023 grâce au procédé utilisé par Peter Jackson lors de la réalisation de la série documentaire Get Back, diffusée en 2021, qui lui avait permis d’isoler les conversations des BEATLES hors le brouhaha ambiant. Technologie IA aussi utilisée par Giles Martin, fils de George du même nom, au moment de remixer l’album Revolver publié fin 2022. Mais également pour un travail identique appliqué à bon nombre de titres des compilations connues sous le nom de double rouge et double bleu, cette dernière accueillant au passage "Now And Then", single de 2023 alors qu’elle se nomme The Beatles 1967/1970. L’occasion a donc bien été saisie de reprendre le travail inachevé 28 années auparavant, avec l’accord des ayants droit, alors qu’à l’époque l’enthousiasme de George HARRISON pour ce titre était, disons, mesuré. Cependant, outre le fait que la qualité technique déplorable de la démo de LENNON était un frein rédhibitoire à la publication de la chanson, frein levé grâce à l’apport d’une technologie qui a parfaitement réussi à isoler sa voix du piano et nombreux sons parasites, c’est toute une partie de la chanson qui a été supprimée soit son pré-refrain, ou pour les intimes : I don’t wanna lose you. Et franchement c’est beaucoup mieux ainsi, la chanson gagne en efficacité sur le plan musical même si elle laisse de côté son aspect le plus surprenant et son texte ainsi délesté ouvre la voie à des interprétations bien plus universelles que celle dédiée à une simple histoire d'amour contrariée. L'émotion qu'elle provoque saisit directement son auditoire. Puis Paul et Ringo ont réenregistré leurs parties, le premier se chargeant également du piano en plus de la basse et de quelques parties de guitare.

In fine, le boulot effectué sous la houlette de Paul McCartney et Giles Martin pour raviver la flamme est on ne peut plus classieux, en dépit du fait que la voix de LENNON est restée dans son jus, ne subissant qu’un léger toilettage, tout le background issu de sessions de 1995 et de 2022 pose un écrin à la fois soyeux et fort à propos s’agissant de la légende Beatlesienne. L’incorporation de la chanson à la double compilation bleue ne dénote pas. Ce qui n’est pas un mince exploit. Alors, certes, les arrangements de cordes dirigés par Giles Martin auraient pu être un peu plus aventureux alors qu’on pense au travail de George, le papa, sur "I Am The Walrus" ou plus récemment sur la version de "While My Guitar Gently Weeps" intégrée au projet Love. George était un génie et son fils, qui fait de l’excellent boulot, reste dans une forme d’hommage, mais n’oublions pas non plus que notre bon Paulo Macca, coproducteur de l’objet, n’y est pas pour rien et que face à lui on ne pèse pas bien lourd. Ce bon Paulo, qui a créé le pont instrumental, y va également de son solo de slide guitar en (toujours) hommage à George, HARRISON cette fois, et c’est réussi. Si on veut chipoter, on dira que le quiet one avait un touché particulièrement unique au bottle neck et que Paulo n’en n’est pas à ce stade. Oui, mais ça sonne tout de même très bien. Comme toute la chanson qui se retient facilement et qui lors de ses quatre minutes ravive les atmosphères d’antan tout en sonnant intemporelle. Des chœurs piqués dans Revolver et Abbey Road viennent enjoliver judicieusement le passage instrumental et le titre s’achève peu ou prou de la même manière que la chanson "Wait" issue de Rubber Soul, comme autant de sauts de puces dans le glorieux passé sans pour autant faire figure de fan service putassier, les mecs savent se tenir.
La face B du single est fournie par la version remixée en 2023 de "Love Me Do", qui sonne de façon incroyable dans sa nouvelle copie stéréo. La boucle est bouclée, le tout premier single du groupe accompagne son tout dernier : comment se dire adieu ?

En revanche, la pochette du single, créée par l’artiste qui a façonné celle - pourtant réussie - de l’album McCartney III, ne marque pas vraiment la rétine et c’est regrettable. Nous aurions préféré que ce soit son verso, représentant une horloge au look irrésistiblement pop 60's, qui fasse office de représentation. Surtout, le narratif diffusé par Olivia HARRISON nous apprend que ladite horloge achetée jadis par son défunt mari, sur laquelle les mots 'Now et Then' figurent, venait juste d’être déposée sur le manteau de sa cheminée alors que l’ami Paulo téléphonait afin d’avoir son feu vert pour relancer la prod’ de la chanson. Ce fut un grand OUI, George venait de donner son accord depuis l’au-delà. Les BEATLES restent magiques.

A lire aussi en POP par LONG JOHN SILVER :


John LENNON
Plastic Ono Band (1970)
Un autre homme, une autre chance




Harry NILSSON
Nilsson Schmilsson (1971)
L'album du slow de l'éternel été mais pas que


Marquez et partagez







 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- John Lennon
- Paul Mccartney
- George Harrison
- Ringo Starr
- +
- Ensemble De Cordes


1. Now And Then
2. Love Me Do



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod